Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 22 janvier 2008 dans Politique nationale, Société

À propos de l’identité québécoise

drapeau du Québec

Ce billet est en relation avec l’auteur du blogue : Un quebecois dans l’ouest.

Par ailleurs, en ce jour du 60ieme anniversaire du (jeune) drapeau québécois, j’ai dernièrement réalisé qu’un drapeau était finalement un concept très malléable dans le temps. En effet, aujourd’hui même dans le Devoir, il y a cette pragmatique proposition pour modifier le drapeau québécois. Bien que dans ce cas, j’admettrai que les arguments se tiennent, nous devons parallèlement saisir aussi qu’un drapeau national fluctue à l’image de la nature du peuple qui le constitue. Or, dans quelques décennies d’anglicisation… pouvons-nous penser que le drapeau du Québec pourrait en devenir rouge… de honte ?
Essai graphique sur le drapeau québécois

Essai graphique sur le drapeau québécois

Histoire de faire suite à la thématique de mon dernier article, j’aborderai aujourd’hui les concepts d’identité nationale… et d’aliénation. De la sorte, je vous ferai part, ici-bas, d’un échange intéressant que j’avais tenu en septembre dernier avec un Québécois vivant en Alberta. À ce moment-là, puisque j’observais régulièrement l’activité du feu blogue d’Élodie Gagnon-Martin (Pierre Morin), je m’étais laissé prendre à y commenter l’un de ses billets (en effet, puisqu’il m’était simplement intolérable de laisser Morin «spiner» faussement qu’André Boisclair était de mon quartier…j’avais jugé approprié d’y imposer un correctif). Alors, à son tour, mon commentaire attira une réaction de l’internaute en question… un certain Stephan. Formellement, imputant l’incapacité des habitants du Plateau à concevoir une autre façon de penser, ce dernier s’avèrera choqué par mon évocation à l’effet que les fédéralistes québécois souffriraient d’un complexe d’infériorité. Or, Stephen m’imposera alors une réflexion intéressante :

«Pourquoi pour vous les Socialistes, separatistes syndicalistes les seuls quebecois qui meritent le titre exclusif de “vrai quebecois” ou les “nous” de Sainte-Pauline-Premiere doivent adherer entierement et aveuglement a vos valeurs ? Il me semble que dans un modele de gauche comme au Quebec on a encore le droit de penser differemment ? »

Et Stephen de conclure : «Je te laisse sur une question primordiale. SVP bien vouloir me repondre». Cependant, puisque ma réponse fut écrite la veille du jour où le blogue d’Élodie Gagnon-Martin tira la plogue, ma réflexion a disparu avec le blogue en question. Si bien que je décide aujourd’hui de réanimer cet échange… et de finalement répondre aux yeux de Stephen. Car effectivement, parce qu’entre la droite fédéraliste et la gauche souverainiste au Québec, faut-il croire à a une vision diamétralement opposée de concevoir l’identité nationale, je juge finalement intéressant de tenter d’y ouvrir un pont de communication. Par ailleurs, je pense que ma réflexion est originale, dans la mesure qu’elle intègre la dimension temporelle à ce que je pense être l’identité nationale. Je vous laisse donc l’enfilade en question… libre à vous de rejoindre notre réflexion collective.

C’est de l’identité qu’est née la différence
de Heinz Pagels

——————– message innitial à l’attention d’Elodie——————–

Vous êtes d’une rigueur telle à l’ADQ, que vous n’êtes même pas en mesure de vous renseigner adéquatement avant de «spinner» des expressions qui ne collent, mais vraiment pas à la réalité. C’est comme Radio X là : peu importe la vérité, tant que ça fait réagir le peuple (pis vendre de la pub).

Franchement, je suis écœuré d’entendre que Boisclair est du Plateau, il ne faut vraiment pas connaitre Montréal pour errer ainsi dans les faits. C’est comme si nous disions ici que Pauline Marois était de Québec…

Primo, mettez-vous ça dans vos petites têtes : Boisclair n’est pas, et n’a jamais été du Plateau.

Deuxio, allez lui demander ce qu’il pense de l’esprit politique de notre quartier, vous verrez finalement qu’il vous ressemble beaucoup plus que vous pensez : opportuniste, démagogique et vous foutant éperdument du réel intérêt de la population.

Ici, on riait de lui autant que Dumont et Charest

D’ailleurs, qu’est-ce qui énerve tant Mario Dumont et une large part de nos compatriotes à propos du Plateau ?

Ah, c’est vrai, nous sommes souvent des militants : pour l’indépendance, l’altermondialisme, l’écologie, la paix dans le monde. Ça agace toujours un peu le discours militant, surtout quand il est filtré, caricaturé et diffusé par médias interposés.

Ah c’est vrai, on ne pogne pas dans les radios populistes et les discours démagogiques de votre parti. Tenez, à la dernière élection, dans Mercier, le PQ a gagné, suivi de près par Québec solidaire. Le Parti libéral est arrivé 3e, le Parti vert 4e et l’ADQ… 5e! L’ADQ en 5e place !

Bon, je comprends, le Plateau vous dérange dans cette différence…

Mais de là à dire que Boisclairs est un représentant du Plateau, franchement; un minimum de rigueur SVP. Tant qu’à nous insulter, insultez-nous pour ce que nous sommes.

——————–2ieme message en réponse à un commentaire de Stephan——————–

Stephan, tu sous-entends que nous ne pouvons pas concevoir une autre façon de penser. Tu as tout faux. Ici, c’est le centre francophone de la métropole Québécoise; en gros, ça veut dire sociologiquement que nous sommes incessamment confrontés à des mélanges culturels; et ce, depuis des décennies. Pourtant, par la langue française et nos valeurs d’ouverture, nous arrivons à vivre en harmonie; concrètement, nous sommes arrivés à développer un modèle d’intégration. Notre exemple devrait inspirer le reste du Québec qui s’énerve avec les accommodements raisonnables.

D’autre part Stephan, étant partisan d’une réforme du mode de scrutin pour un mode proportionnel, je souhaite ardemment que chaque région du Québec puisse parler en son propre nom. Le Québec deviendra un pays, seulement si la métropole, la capitale et les régions trouvent la cohésion nécessaire pour entreprendre ce projet collectif; projet, qui implique l’écoute des besoins de chacun.

Finalement, c’est l’ADQ que je traite de démagogique… et non pas les « NON-Plateau », comme tu le sous-entends… démagogique.

Nous serions déconnectés parce que les propos de L’ADQ ne trouvent pas écho dans la métropole… c’est peut-être, justement, parce que nous sommes un peu plus connectés sur le monde… plutôt que sur une radio poubelle.

Tu as raison toutefois, à savoir que l’ADQ pourrait gagner la prochaine élection… mais dans une course à trois formations principales, il n’y aura pas de balayage. Et nous, qui sait, peut-être enverrons-nous un solidaire à l’Assemblée nationale. À ce moment, peut-être entenderez-vous adéquatement notre discours… tout en constatatant que Boisclair n’a rien à voir avec notre quartier.

Trouvez l’erreur dis-tu… de ne pas voter pour la majorité?!? (non mais c’est quoi ce raisonnement). L’erreur n’est pas dans la différence Stephan, elle est dans la faiblesse des gens sans identité, ceux-là qui cherchent de ressembler au modèle dominant… un peu comme toi en Alberta. Cela s’appelle le complexe d’infériorité.

Alors, formellement, je préfère, de loin, un Néo-Québécois défendant les valeurs du Québec plutôt qu’un Québécois «pur souche» aspirant à devenir Américain. Le Québec se construira avec ceux qui aiment le Québec, pas ceux qui veulent le morceler (en montant les régions les unes contre les autres).

——————– réponse de Stephan——————–

Carl, je n’ai aucun complexe d’inferiorite crois moi. Je constate plutot que vous sur le plateau, et toi en tant que porte-parole, et Guy A. Lepage comme porte flambeau aimez beaucoup se placer au-dessus de la plebe, du petit peuple demagogue qui ecoute la radio-poubelle et vote ADQ. “Notre exemple devrait inspirer le reste du Quebec”, “Nous sommes un peu plus connecte sur ce qui se passe dans le monde”, Vous vous entendez pas ! Et vous faites la lecon au reste du monde… pathetique.

C’est quand meme etrange que tous les partisans de tiers partis sont pour le mode se scrutin proportionnel, et que les partis majeurs cont contre… J’inclus l’ADQ, qui n’en parles plus depuis la derniere election.

La demagogie… vous avez seulement ce mot en bouche. Des que quelqu’un emet une opinion contraire a la votre, c’est un mechant demagogue. Avez vous de vrais argument ? Se faire traiter de demagogue est aussi insultant que de me faire traiter de federaliste, donc pas insultant du tout. Le sens est tellement large que cela ne veux plus rien dire.

Pour les prochaines elections, on verra. Tout comme toi je n’ai aucune idee precise du resultat. On peut cependant speculer. Les signes indiquent une hausse de l’ADQ, une baisse du PLQ, une hausse des verts et une baisse marquee du QS. Voir l’autre post d’Elodie.

Ma boule de cristal me donne un gouvernement majoritaire ADQ 70, avec PLQ 40 comme opposition et le PC avec 15 sieges approx. Y a pas assez de communistes au Quebec pour elire un hurluberlu du QS. Cette vision n’est pas un fait j’en suis conscient. Dans une certaine mesure c’est un souhait. Tu vois les choses differemment, c’est bien correct dans une democratie. Remarque que QS ne veux rien savoir de la democratie, mais la c’est un autre sujet.

Tu me juges durement sans meme me connaitre. Je pourrait te traiter de demagogue, mais cela ne veux rien dire. Je te dirai seulement ceci. Je suis fier de mes origines. Nous propageons les valeurs Quebecoises ici en Alberta, somme tres actifs dans la communaute francophone de Calgary et mes enfants sont eduques dans une ecole purement francophones avec des profs quebecois. Tous de faux quebecois, traitres a la nation comme moi. Le directeur est meme un Bleuet.

En passant, au Quebec vous devriez peut etre vous inquiter un peu du solde migratoire, avant de vouloir augmenter le nombre d’immigrants outre-mer.

Je te laisse sur une question primordiale. SVP bien vouloir me repondre.

Pourquoi pour vous les Socialistes, separatistes syndicalistes les seuls quebecois qui meritent le titre exclusif de “vrai quebecois” ou les “nous” de Sainte-Pauline-Premiere doivent adherer entierement et aveuglement a vos valeurs ? Il me semble que dans un modele de gauche comme au Quebec on a encore le droit de penser differemment ?

——————– 3ieme message, réponse à Stephan——————–

Salut Stephan!
Désolé pour le délai; je suis toujours très occupé et j’écris très rarement des commentaires sur les autres blogues (sauf que là, l’association fallacieuse de Boisclair à mon quartier, je suis juste pu capable).

Je suis heureux de savoir que des Québécois en Alberta font le nécessaire pour préserver l’enseignement du français à leur enfant. Mais l’usage d’une langue commune n’est pas tout pour soutenir son identité culturelle, voire nationale selon le point de vue. En effet, le concept d’identité collective est lié à plusieurs facteurs comme les origines (le passé), l’endroit géographique dans lequel tu vis (le présent), et le désir mimétique… c’est-à-dire le modèle que l’individu veut devenir (le futur).

Or, c’est peut-être dans ce dernier facteur que nous trouverons les éléments de réponse à ton excellente réflexion, à savoir, pourquoi les souverainistes ont cette tendance naturelle à ne pas considérer les fédéralistes du Québec comme de «vrais Québécois». En effet, finalement, qu’est qu’un québécois ?

Or, si tu veux fonctionner politiquement (et psychologiquement) dans un système étranger (à l’intérêt collectif) du Québec, il est évident que tu adopteras un système de valeurs différend que celui de tes compatriotes résistants à la colonisation culturelle. Et vois-tu, si ton idéal sociopolitique prend comme source le système politique d’un pays étranger, d’autant plus un empire colonisateur, pouvons-nous mettre un bémol à ton appartenance à l’intérêt collectif des Québécois? Vois-tu, être Québécois n’est pas juste une question d’origine, mais aussi d’orientation sociopolitique (pour demeurer Québécois).

Quand tu pars à l’étranger (ce qui est une excellente expérience), tu laisses une partie de tes racines en arrière pour mieux t’intégrer à ton nouvel environnement; ce principe d’échange culturel est fondamental à toute personne qui respecte autant ses origines que sa société d’accueil. Alors, au pays de King Ralph et des sables bitumineux, permets-moi de penser que tu baignes dans un environnement culturel aux antipodes de celui des «intérêts québécois».

En conclusion, la réflexion que tu m’as imposée est très complexe; or, je n’ai pas le temps d’approfondir le sujet… mais, en tant que Québécois, c’est une réflexion que nous devrions tous avoir un jour ou l’autre.

Pour l’instant, j’écris un livre sur l’histoire socio-politique de mon quartier. Je compte terminer ce livre pour la prochaine campagne électorale municipale en 2009. Seras-tu assez ouvert d’esprit, pour accepter une copie de mon livre?

Aucun mots clés
2 463 visionnements

5 Commentaires

  1. Dsl j’ai pas pu lire plus loin quand j’ai vie ton « plus connecté » parlant des gens de Montréal. C’est quoi ton problème? En fait c’est quoi votre problème? J’essaie de penser qu’enfin une majorité de la métropole à compris qu’on vit aussi en 2008 dans les régions dites « éloigné du nombril du Québec » mais à chaque fois on me prouve le contraire. Ah, c’est vrai, on est moins connecté car notre sang se mêle depuis 3 générations et que le seul moyen que de faire rouler nos appareils électronique est en faisant courir un rongeur pour activer un dynamo et que comme la petite bête se fatigue des fois on ne peut pas se tenir au courant.

  2. Salut Marion,

    Pour chaque problème, la prémisse de toute solution s’entame avec la communication. Or, il est désolant que tu t’arrêtes de me lire au passage d’un simple mot. D’emblée, je constate que tu es sensible au mot « connexion »… ce qui doit être révélateur de certains malaises entre les gens des régions vis-à-vis les métropoles.

    Cela dit, avant de te répondre adéquatement, sache que je suis totalement sympathique aux revendications des régions. Je suis pour une décentralisation des pouvoirs vers les régions, puis, pour un accroissement bilatéral des échanges (entre la ville et les régions). En effet, bien que je suis solidaire à ma communauté, voire fier de mon appartenance à celle-ci, je considère le Québec comme un ensemble national. Or, chaque partie à ses caractéristiques propres, voire nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble.

    D’ailleurs, je comparerai ici le Québec national à un organisme vivant. Ainsi, le système nerveux est-il plus important que les poumons parce qu’il « connecte » les informations sensorielles et motrices vers les effecteurs? Dans un organisme vivant, ne serait-il pas absurde que les cellules d’un organe arrêtent de s’identifier au corps auquel il appartient? Or, à force de se faire suggérer notre disparition, à force de se faire diviser par la propagande d’un état parasite, force est d’admettre que le Québec est malade. Dans un pays, la métropole à besoin des régions comme les régions ont besoins de leur métropole.

    Ensuite, n’ayons pas peur des mots : un chat ça s’appelle un chat. Or, oui, forcément à Montréal, par la densité humaine, les échanges économiques et les mélanges culturels, ben on est plus « connecté » sur le monde que les gens en campagne… c’est un fait. Est-ce que cela est mieux? Pas nécessairement, il y a des avantages et des désavantages. D’ailleurs, en campagne, vous avez la nature, moins de stress, moins de conflits, une certaine paix que nous n’avons pas en ville, voire… vous êtes certainement plus connecté sur le vrai sens de la vie. Alors, le fais d’être être en ville, « mieux connecté » sur le monde, ne nous rends pas supérieur (si c’est cela que tu penses de nous).

    D’ailleurs, la finale du dernier film de Arcand, L’âge des Ténèbres », suggère la simplicité volontaire, le retour à la terre, comme porte de sortie à la tangente contemporaines des relations humaines. Puis, il y a ici un excellent article de Francois Cardinal : Le déficit de nature, à propos du danger croissant de la vie en ville sur la santé.

    D’autre part, avec le développement de l’accès d’Internet haute vitesse (via satellite), l’accès au « monde » sera bien plus lié à l’utilisation de cette technologie que la position géographique sur le globe. Cependant, la décision politique d’en faire une priorité au Québec se décidera à Ottawa. Or les conservateurs n’en n’ont rien à crisser de l’accélération de votre accès numérique au monde. Ces gens là gagnent leur puissance par l’intermédiaire de l’ignorance de la population qu’ils entretiennent.

    Alors, plutôt que de d’entretenir la guéguerre avec Montréal, vous devriez essayer de comprendre la réalité des francophones de votre métropole… avant que nous perdions totalement cette dernière aux mains des forces (capitalistes) étrangères. Car ces forces, elles, n’en n’ont crissement rien à foutre du développement socioéconomique des Québécois en région (contrairement à nous).

    À vous maintenant de choisir notre destin. Voulez-vous construire un pays à l’écoute de tout ses composants, ou réélire les collaborateurs d’un système étranger… travaillant tranquillement à notre disparition.

  3. Je suis contente que tu réalise ça. Être fédéraliste, ce n’est pas être anglophone ou vouloir l’être. C’est seulement penser que le Québec est mieux de rester dans le Canada.
    Ce que j’aime pas des séparatistes, ce qui n’est pas toujours le cas je dois le dire, c’est qu’ils disent qu’on a le droit à nos proppre opinion, mais on a pas le droit de pas vouloir la séparation du Quebec. Et ils nous traitent parfois pire qu’ils traitent les anglophones alors qu’on ne leur a rien fait. (pour moi oui en tout cas. Il y a probablement des fédéralistes qui l’ont provoquer aussi) On n’a juste dit notre opinion.
    Bref, restons Francophone quand même et le drapeau en rouge est encore plus laid que celui en bleu XD J’espère qu’il deviendra pas rouge.

  4. Pourquoi tout changer quand cest très bien comme sa?!Regarde cest pas le drapeau qui vat changer notre vie

Laisser un commentaire