Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 18 juin 2006 dans Écologie, Politique internationale, Télévision

Al Gore stupidement parodié par South Park

Manbearpig

Est-ce le début de la fin de ce génial dessin animé ?

Étant un grand fan de la série South Park (J’ai pratiquement visionné deux fois l’intégrité des 146 épisodes actuels), je dois cependant admettre que quelques uns des derniers épisodes de la saison en cours (saison 10) commencent à vraiment m’irriter. Et d’ailleurs, je n’aurais jamais pensé qu’un jour, je serais à mon tour indigné par South Park… une série que j’ai toujours encensée.

Autant ce dessin animé me paraît vraiment génial, autant je commence à réaliser que ses créateurs quittent trop souvent leurs assises anarchistes pour « basher » sur la gauche étasunienne (déjà que les idées de la gauche là-bas sont pathétiquement marginales). Jusqu’à là, je pouvais encaisser, parce que le concept de South Park est justement de « basher » sur à peu près tout le monde, à commencer sur ce qui est a priori inadmissible. Mais là, les 2e et 6e épisodes de la saison 10 m’ont vraiment agressé :

10×02 (#141) Smug Alert !
10×06 (#145) Manbearpig

En effet, ces deux épisodes, pratiquement presque collés dans le temps, partagent l’objectif de ridiculiser, voire banaliser les tenants du réchauffement climatique. Ce qui en définitive, fait des concepteurs de South Park, des alliés objectifs du système en place nous amenant à la faillite écologique.

Histoire de saisir les capacités politiques des deux créateurs de la série, Trey Parker et Matt Stone, il faut comprendre aussi que le génie de South Park réside en autre dans sa conception « cheap » et totalement versatile. Or, puisqu’un épisode peut se générer en quelques heures, d’autant plus que les deux créateurs font presque l’intégrité des voix des personnages, cette série peut au besoin se mettre au diapason de l’actualité pour formuler les idées de Parker et Stone. Ainsi, non seulement South Park peut arriver à exprimer les divers délires de ses créateurs, mais ceux-ci peuvent se retourner sur un 10 cents pour modifier au besoin un épisode en cours. Voilà d’ailleurs pourquoi, je n’apprécie guère l’avant-dernier épisode ou Al Gore est stupidement parodié.

En effet, dans l’épisode Manbearpig, M. Gore est dépeint comme un « has been » isolé, voulant alarmer la population des dangers de l’homme-ours-cochon. Étant ici une allusion directe de la croisade actuelle de Gore contre le réchauffement climatique, l’analogie en question est aussi inappropriée qu’irresponsable.

Image de prévisualisation YouTubeVisionnez ici un extrait de l’épisode Manbearpig

Et, cette fois, on ne peut pas plaider l’innocence des concepteurs. En effet, l’épisode Smog Alert (10×02) est intégralement consacré au smog provoqué par le carburant des voitures… du moins, spécifiquement à cause des voitures hybrides dans le cas ce cet épisode ?!? (Vraiment, n’importe quoi !). D’ailleurs, cet épisode évoque comme une mode le courant de se doter d’une voiture hybride, une mode simplement motivé par le besoin de se prétendre plus « cool » que le voisin. J’avouerai ici vomir sur cette pseudo dénonciation par l’absurde tellement la comparaison est mesquine. Et politiquement, tout sert ici à conforter la population dans le maintien de ses habitudes face au réchauffement climatique, une situation qui serait simplement exagérée par des gauchistes hurluberlus en manque d’attention.
Petite incise, en regardant cet épisode, j’ai pensé à mon collègue de Projet Montréal, Claude Mainville, président cofondateur dudit parti. En effet, celui-ci, très alarmiste quant aux conséquences imminentes du réchauffement planétaire, avait cru comprendre dans l’un de mes discours que je banalisais l’urgence de la situation. À vrai dire, je suis tout aussi alarmiste que lui, mais je tenais à relativiser ce discours effrayant par rapport aux conditions électorales. En effet, je pense qu’il ne faut pas juste dénoncer d’une façon véhémente la situation, aussi urgente est-elle, car dans le ce contexte démocratique ou la population dort au gaz, il faut plutôt convaincre en proposant une alternative positive. Nous ne sommes pas, les écologistes, que des critiques bien-pensants éloignés du pouvoir, nous devrons être aussi la solution politique qui s’impose logiquement. Mais bon, ce n’est pas d’hier que la gauche québécoise me reproche mon côté électoraliste… comme quoi, selon moi ici, elle est encore bien loin du pouvoir politique. Peu importe, je refilerai à Claude les épisodes de South Park en question; je suis curieux de connaître ses commentaires sur le sujet.

Pour revenir à nos moutons, je suis finalement très déçu du tournant que prends cette série que j’admirais. Cette prise de position affirmée contre les écologistes est triste, parce que South Park a été une bouffée d’air frais dans le paysage social étasunien, particulièrement pour sa virulence contre les religions de toute sorte. Le dessin animé le plus audacieux du dernier siècle, la série la plus anti politically correcte qui soit… a donc fini par faire l’apologie du système dont il fait partie.

Maintenant, vu la tribune de prédilection qu’est devenu South Park, il serait naïf d’applaudir systématiquement les prochains épisodes de la série. C’est pourquoi, puisque South Park contribue présentement au climat pour une réélection de Dubya Bush, je souhaite dorénavant l’arrêt de cette série culte avant qu’elle dégénère davantage dans la voie réactionnaire. Toutes les bonnes choses ont une fin.

La liberté enfante l’anarchie, l’anarchie conduit au despotisme et le despotisme ramène la liberté
– Honoré de Balzac (Extrait de La peau de chagrin)

Aucun mots clés
2 632 visionnements

6 Commentaires

  1. Désolé de réagir 4 ans plus tard à cet article, je viens de tomber dessus.
    Je trouve ce discours ridicule et ça montre bien à quel point les gens adorent qu’on tape sur les travers qu’ils dénoncent mais dès que ça touche leurs intérêts ça va plus.
    Tout aussi ridicule, le ton larmoyant « South Park est mort » alors que c’est loin d’être la première fois qu’ils se moquent du réchauffement climatique (saison 9, saison 3).
    Mais le plus triste reste que cet article interminable n’aurait pas vu le jour si seulement vous aviez compris le but de ces épisodes et de la série tout entière.

    « En effet, l’épisode Smog Alert (10×02) est intégralement consacré au smog provoqué par le carburant des voitures… du moins, spécifiquement à cause des voitures hybrides dans le cas ce cet épisode ?!? (Vraiment, n’importe quoi !) »

    Dommage que vous n’ayez absolument rien écouté, le smog est la conséquence de l’auto-satisfaction des habitants de South Park et non pas des émissions de carburants hybrides.

    « Et politiquement, tout sert ici à conforter la population dans le maintien de ses habitudes face au réchauffement climatique, une situation qui serait simplement exagérée par des gauchistes hurluberlus en manque d’attention. »

    Encore une fois, dommage que vous ayez raté le passage où les enfants expliquent à la ville que les voitures hybrides sont un progrès, et que c’est leur suffisance et leurs mauvaises motivations qui sont un problème.
    Le fait que les habitants décident de revenir aux 4×4 ensuite n’est qu’une blague et une satire de la mentalité des gens, ce qui est assez courant dans la série (je crois)…

    Enfin : ne faites pas de South Park ce qu’il n’est pas, c’est-à-dire un instrument politique qui doit servir une cause. Parker et Stone se moquent de tout et de tout le monde parce qu’il y a matière à le faire et parce que ça les amuse. Al Gore est un clown égocentrique, le parodier ne veut pas dire faire l’apologie des industries polluantes.
    De même que ridiculiser la mode écolo ne veut pas dire qu’on n’est pas sensible à l’environnement.

  2. 😳 Moi je suis d’accord avec vous concernant l’épisode Homoursporc
    Ayant vu le documentaire d’Al Gore sur le réchauffement, fruit de nombreuses années de recherche, je ne vois pas en quoi cet homme est si critiquable, à côté d’une société qui prône l’appat du gain et de l’argent au détriment de l’écologie.
    Peut être faut il être américain pour comprendre en quoi cet homme est critiquable ?
    En attendant, je suis, comme vous, quelque peu indigné par cette tournure, heuresement passagère de cette excellente série.
    Cordialement

  3. Alors là…
    Déjà la citation de Balzac à la fin, on a l’impression que l’auteur ne connait rien à l’anarchisme. Il est difficile de créer du despotisme sans pouvoir mais le débat n’est pas là. De plus Al Gore est un défenseur du capitalisme je le rappelle. Tout comme la plupart des « écolos » avec le développement durable et autres joyeusetés. Bref, se moquer de personnes qui ont été candidats aux présidentielles US, et qui se découvrent écolo du jour au lendemain, alors que les mouvements anti-nucléaires datent de plusieurs décennies, là réside justement l’attaque de South Park à mon gout.
    Ni Rouge, Ni Vert, Sortons du Nucléaire.

  4. J’ai pu voir tous vos commentaires et je tiens a y laisser un mot… Car âgé de 26, je suis south park depuis mes 10 ans et encore… Je tiens a porter parole juste un en tant que fan simple « avancé » de south park… Sans mentir qu’au jour d’aujourd’hui a chaque repas je suis au moins un épisode de south park aléatoire en streaming sur le net… Je souhaite revenir sur l’avis d’ivan sur lequel j’y porte un avis favorable… Pourquoi?!.. Premièrement pas la peine d’argumenter sur les personnalités des auteurs qui, je pense, décident à la séquence près le déroulement d’un ou des épisodes de south park… South Park est pour moi une série a aimer ou pas a assumer ou pas… Mais dans toute série, film, personnage ou autre attraction publique ou voir même privée générant des fans, adeptes, audiences et autres moyens de « rentabiliser », tout est permis et osé pour pouvoir y arriver… Et South Park fait comme les autres sauf qu’il est plus « trash », direct, violent, hardcore et autre termes qui pourront le désigner mais avouons que South Park est une série a part entière… Personnellement je l’ai assumé car depuis mon jeune age elle m’a conquise par son humour, son audace, sa prise de risques de critiques dans certaines épisodes, la vulgarité des jeunes et tout ce qui en suit… Je trouve normal que l’on ne puisse pas l’aimer car je reconnais il y a des épisodes dont je trouve aucun sens, sans moral en gros un épisode à la va vite sur un coup de tête ou pourquoi pas dans l’urgence.. Une personne ne connaissant pas cette série après un épisode, surtout s’il est pri au hasard car de nombreux sont plus qu’extravagants pour ne pas dire ignobles… Mais c’est a prendre ou laisser… Critiquer est normal nous sommes tous humains… Mais sachons nous tolérer?.. Sachons nous rester humble devant l’adversité?… Non beaucoup préfèrent la facilité et dans ce monde ce qui est facile est la plupart du temps méprisable… Résultat en es de nos jours… Comprenez ce que vous pouvez comprendre…

  5. J’ai exactement ressenti la même chose en visionnant cette saison (et ils remettent le couvert dans le jeu Stick of Truth). L’intention sous-jacente est souvent non évidente (énième degré) mais là cela s’apparente clairement à tourner en dérision le réchauffement climatique (et donc soutenir le statu quo et notre société d’hyper consommation) ce qui est franchement décevant de leur part. Il y a eu plusieurs épisodes de cet acabit aux alentours de la saison 10. Je ne sais pas si la tendance a été infléchie entre temps.

    Après, force est de constater que SP brouille souvent allègrement les pistes, bien qu’il soit des sujets pour lesquels l’engagement est net (ex. avec la scientologie, vraiment bien ciblé pour le coup !)

    • (ceci dit apparemment dans les saisons suivantes, ils auraient rétropédalé sur le sujet / il y aurait des déclarations à ce sujet)

Laisser un commentaire