Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 11 août 2008 dans Non classé

Un certain malaise

emeute Un certain malaise

L’émeute d’hier soir à Montréal-Nord résultant de la mort du jeune Freddy Villanueva met en relief un malaise beaucoup plus grand qu’une simple escarmouche entre policiers et jeunes immigrants d’un milieu défavorisé. Je ne m’étendrai pas en longueur sur la teneur du sujet, sujet étant très bien exposé présentement sur le blogue de Louis. Toutefois, l’attention générale étant donc canalisée sur cet événement, je pense qu’il est l’occasion de trouver des solutions à certains problèmes érodant actuellement les fondations de notre société. À cet effet, je félicite justement Louis pour avoir formulé les forces responsables de cette situation :

“En quelque sorte, à mes yeux ce qu’on a vu hier soir est la conséquence directe de deux phénomènes: le multiethnisme de Trudeau qui favorise la ghettoïsation des immigrants et le désengagement de l’État qui réduit notre capacité collective d’intégration de la même façon”.

Mais à l’heure de la perte des repères collectifs, qui est vraiment conscient des causes ayant amené à pareille situation ?

Le citoyen lambda ira de quelques pointes xénophobes en associant le crime organisé à la communauté noire dans son ensemble. Les racistes primaires diront que les noirs sont intrinsèquement des sauvages ne recherchant qu’à parasiter les ressources de leur société d’accueil. Les tenants de la droite ne rechercheront aucune solution et en appelleront à davantage de répression policière.  Quelques porte-paroles de Montréal-Nord accuseront sommairement le rôle de la police (plutôt que celui des gangs de rues). Les tenants de l’extrême gauche et de l’anarchisme dénonceront binairement la «brutalité» des méchants policiers. Puis les Québécois d’origine haïtienne, incompris, se retrancheront davantage sur eux-mêmes… toujours plus à la merci du petit crime organisé sévissant dans leur environnement.

Mais faut-il s’étonner de pareil marasme quand les valeurs dominantes du système sont l’individualisme triomphant et la glorification de la richesse matérielle ? Effectivement, comment voulez-vous que des jeunes défavorisés respectent les règles de notre société et sa représentation policière quand ces derniers rêvent de gloire criminelle, fasciné par les armes en s’abreuvant à des 50 cents et quelques jeux vidéo genre Vice City. Voyez-vous, les héros modernes ne sont plus des idéalistes en quête de justice, de partage et d’évolution, mais bien les richissimes représentants corrompus de « notre » système socio-économique décadent. Finalement, ces enfants du système sont bien plus adaptés à l’ère du temps que vous et moi avec notre sens civique et nos dimensions sociales/nationales/écologiques/démocratiques/collectives.

hummerH2white Un certain malaise

Quand les criminels exhibent socialement leur pathétique parure en signe de « consécration sociale », faut-il vraiment s’étonner que ces derniers servent de modèle aux esprits primaires (c’est-à-dire sans dimension collective). Maintenant, demandez-vous dont à quel point la présence des Hummers, (littéralement des tanks urbains) à Montréal conditionne présentement les valeurs de références d’une jeunesse aliéné.

0 Un certain malaiseCette maladie culturelle est en autre transmise par désir mimétique via la musique étasunienne; quelquefois même, directement vers la jeunesse sur les ondes de Musique Plus. C’est tellement cool le gangta rap, tellement plus vendeur (de pubs) que la musique pacifique de chez nous.

Et maintenant, il faut rapidement intervenir politiquement afin d’éviter l’exemple des cités en France et des ghettos aux États-Unis. Tout en éliminant définitivement le potentiel de nuisance des gangs de rues, il est impératif de se doter d’une politique sociale d’intégration et d’investir dans les services sociaux. En ce sens, l’intelligentsia des Québécois d’origine haïtienne est de mise afin d’arriver à cet objectif. Il est temps de s’occuper réellement des problèmes de cette communauté. Joachim Alcim, un modèle d’intégration, de probité et de réussite s’il en est un, devrait d’ailleurs y jouer un rôle prépondérant.

alcine Un certain malaise

Ais-je vraiment besoin de vous présenter notre champion boxeur ?

À nous tous, maintenant, de travailler à l’évolution de Montréal… voire, à l’avenir du Québec en entier. Plus que jamais,  il devrait s’imposer le rêve d’un Québec solidaire et fort de sa diversité… ce projet de société s’exprimant au monde par ce nouveau pays tant nécessaire.

C’est l’histoire d’une société qui tombe et qui au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien…
- Extrait du film La Haine

1 130 visionnements

9 Commentaires

  1. Merci pour le lien Carl. Une vraie boîte de Pandore a été ouverte. C’est comme une expérience dont on a perdu le contrôle.

    J’aime beaucoup ton texte et la façon dont tu parles de Alcine. Cet homme est, à mes yeux, un vrai Québécois, et il devrait servir d’exemple aux immigrants d’origine haïtienne.

    Belz| lire ici le dernier article de son blogue: Montréal-Nord et sa racaille

  2. …En ce sens, l’intelligentsia des Québécois d’origine haïtienne est de mise afin d’arriver à cet objectif. Il est temps de s’occuper réellement des problèmes de cette communauté. Joachim Alcim, un modèle d’intégration, de probité et de réussite s’il en est un, devrait d’ailleurs y jouer un rôle prépondérant.

    *l’intelligentsia des Québécois d’origine haïtienne*

    Dans une société ultra capitaliste ou tous sont des * entités matérialistes indépendantes* ou les gens se nourrissent de fast food, de télé & d’internet et vivent au jour le jour.. Je doute qu’une intelligentsia puisse se former. Apparemment le résultat de cet * intelligentsia * fut plutôt de fuir et d’organiser des levées de fonds comme les autres pays et répéter le même cycle éternel et ce depuis 1804.
    -
    *C’est un mec qui en sautant du 50 ème étage, n’arrête pas de se dire, jusqu’ici tout va bien , jusqu’ici tout va bien , jusqu’ici tout va bien ….mais ce qui compte , ce n’est pas la chute mais l’atterrissage* La Haine
    -
    A mon avis en renforçant l’éducation au niveau mondial, dans plusieurs générations suite et grâce a l’ère de l’information … le résultat sera positif.
    Mais pour cette vie.. j’en doutes.

  3. Bonjour, j’aime beaucoups ton article, un article pacifique qui donne toutefois la vrai raison des diverses brutalités. J’avous le « Gangsta Rap » c’est vendeur ( Moi même j’écoutais et j’écoute encore x) ) mais donne pas toujours le bonne exemple. Comme je l’ai dit sur le blog a Belz, Joachim ferait 1 bon exemple pour nous ( la communauté Haitienne née au Canada) Sans oublier ça terre natale qu’il a surement connu plus que nous etant née la-bas, il oeuvre dans la communauté contre les gangs de rue et donne le bon exemple avec ces valeurs protestantes . Quant à moi le gangsta rap ne me représente plus. J’écoute plus des artistes comme T-pain,Usher,Akon qui ne parle pas toujours de gangta rap mais plus d’amour d’experience vecut etc.

  4. @Haitian509: Toi aussi, tu peux servir d’exemple aux autres. Tu es ouvert aux arguments des autres, tu ne t’enfermes pas dans une logique de style gangsta. Tu pourrais servir d’exemple aux autres jeunes!

    Belz| lire ici le dernier article de son blogue: Retour sur la tempête

  5. Excellent billet Carl. Probablement le meilleur article sur le sujet. Pour bien comprendre la situation et trouver des pistes de solutions, il est essentiel de disséquer les éléments. Stratégies gouvernementales de l’immigration, méthodes d’intégration à la vie de société, trafic de drogue, phénomène des gangs, etc…

    Il ne faut absolument pas associer les néo-québécois aux gangs. Lorsque j’étais ado, le phénomène existait. La gang de Saint-Roch, la gang de Beauport. Je me souviens d’une bagarre violente, sans aucune raison sérieuse, lors du Carnaval de Québec vers 1975. Des Gagnon, des Roy, des Tremblay. Trip de gars.

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: Quand les hommes vivront d’amour

  6. @lutopium: Je ne veux pas être plate, mais si tu penses comparer ne serait-ce qu’une seconde la petite violence des années 70 avec les gangs de Noirs hyper-criminalisés qui volent, attaquent au fusil, et cassent des jambes à coup de batte de baseball n’importe qui et pour le fun, c’est que tu n’as aucune idée de ce qui se passe à Montréal-Nord!

    Belz| lire ici le dernier article de son blogue: Le rond-point

  7. Salut Belz. T’as entièrement raison, je ne sais pas ce qui se passe à Montréal-Nord. Je suis né à Québec et suis arrivé dans la région de Montréal en 1991. Il ne faudrait tout de même pas associer le phénomène de gang exclusivement aux haitiens ou aux jamaicains, comme si c’était dans le code génétique! Certains hommes québécois (blancs, de souche, français) qui ont été attirés par le trip de gang dans les années 70 – et même aprèes – ont fini par joindre les Hells Angels et autres groupês criminalisés. Eux aussi ne se gênent pas pour voler, utiliser un fusil ou un batte de baseball…

    J’essaie de comprendre. Je tente d’éviter de tirer des conclusions hâtives.

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: Quand les hommes vivront d’amour

  8. Tous les Québécois, qu’importe leur couleur, déplorent la mort d’un jeune homme qui semblait mordre dans la vie comme Fredy Villanueva.

    Ceci dit, au-dela de l’incident à proprement parler, il va falloir en finir avec les gangs de rue et leurs commanditaires officiels, les groupes criminalisés.

    Si certains nouveaux arrivants trouvent « trop invivable » notre relative paix sociale, à Montréal-Nord et ailleurs, nous devrions avoir la courtoisie de leur fournir un billet d’avion, en aller-simple vers leur pays d’origine avec comme seule condition de ne plus jamais revenir.

    Claude Gélinas| lire ici le dernier article de son blogue: Nous sommes en élections fédérales!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Retour sur la tempête « Le Dernier Québécois - [...] l’immigration, revalorisation de la nation et de la fierté d’être Québécois, etc. Radicarl propose de se servir de modèles …

Laisser un commentaire