Pages Menu
Menu catégories

Posté par le 17 mars 2024 dans

Black Rain: Entre nostalgie musicale et déception cinématographique

Suivant ma tendance à revisiter les films de mon enfance, particulièrement ceux des années 80, un élan de nostalgie m’a récemment poussé à revoir « Black Rain ». Curieusement, ce film occupe une place spéciale dans mon histoire personnelle, car la première cassette audio que j’ai achetée dans ma vie fut la bande originale de ce film. Un choix qui, avec le recul, semble marqué par un certain sens de la prédestination, compte tenu de mon intérêt pour les compositions cinématographiques.

Black Rain » de Ridley Scott, malgré son esthétique visuelle accrocheuse et son cadre exotique, se noie dans un océan de clichés et manque cruellement d’originalité. Ce film, censé être un thriller policier captivant se déroulant entre les États-Unis et le Japon, souffre d’un scénario prévisible et d’une exploration superficielle des différences culturelles, réduisant ainsi son potentiel à une simple confrontation de stéréotypes.

Le jeu d’acteur, bien que porté par des talents reconnus comme Michael Douglas, ne parvient pas à transcender les faiblesses du script. Les personnages semblent être des caricatures plutôt que des figures avec des profondeurs et des motivations réalistes. Le protagoniste, un policier new-yorkais typique aux méthodes brutales, se retrouve plongé dans le monde complexe de la Yakuza sans qu’une véritable évolution ou prise de conscience ne se produise.
En outre, le film renforce des stéréotypes dérangeants, notamment en ce qui concerne la représentation des genres et des cultures. Le personnage féminin principal se réduit à un simple accessoire du héros, ne servant qu’à renforcer l’arc narratif masculin sans bénéficier de sa propre profondeur ou évolution. Cette approche réductrice des personnages féminins souligne un manque flagrant de considération pour la représentation équitable et nuancée des femmes dans le cinéma.

Le traitement des éléments culturels japonais frôle par moments l’orientalisme, réduisant une culture riche et complexe à un simple fond exotique pour les aventures d’un protagoniste américain. Cette approche simpliste et parfois irrespectueuse envers la culture japonaise ne fait qu’ajouter à la liste des manquements du film. Les Japonais sont collectivement représentés comme étant prisonniers de leurs traditions, en contraste frappant avec les Américains, dépeints comme des « cowboys » individualistes et libres. Cette dichotomie manichéenne non seulement perpétue des clichés éculés, mais empêche également une exploration authentique et respectueuse des nuances culturelles.

La réalisation de Ridley Scott, habituellement remarquable pour sa capacité à créer des mondes immersifs, ne suffit pas à sauver « Black Rain » de ses lacunes narratives. Bien que le film soit visuellement impressionnant, capturant l’essence néon et pluvieuse d’Osaka, ces éléments esthétiques ne compensent pas une trame faible et des dialogues souvent banals.

En conclusion, force est d’admettre que « Black Rain » a mal vieilli. Déjà à l’époque, lors de sa première vision, le film ne m’avait pas particulièrement emballé, souffrant d’une série de défauts narratifs et conceptuels que le temps n’a fait qu’exacerber. Toutefois, il demeure une exception à cette désillusion progressive : la musique atmosphérique d’Hans Zimmer. La bande sonore, avec ses mélodies envoûtantes et ses rythmes captivants, conserve une qualité intemporelle qui transcende les limites du film lui-même.

Affiche du film "Black Rain"

Black Rain (1989)

R 125 min - Drama, Action, Thriller - 22 septembre 1989
Votre note :

Two New York cops get involved in a gang war between members of the Yakuza, the Japanese Mafia. They arrest one of their killers and are ordered to escort him back to Japan. However, in Japan he manages to escape, and as they try to track him down, they get deeper and deeper into the Japanese Mafia scene and they have to learn that they can only win by playing the game—the Japanese way.

Réalisateur :  Ridley Scott
Acteurs :  Michael Douglas, Andy García, Ken Takakura, Kate Capshaw, Yūsaku Matsuda, Shigeru Kōyama, John Spencer, Yuya Uchida, Guts Ishimatsu, Tomisaburō Wakayama, Miyuki Ono, Luis Guzmán, John Costelloe, Stephen Root, Richard Riehle, Bruce Katzman, Tim Kelleher, Edmund Ikeda, Tomo Nagasue, Clem Caserta, George Kyle, Vondie Curtis-Hall, Joe Perce, Louis Cantarini, Doug Yasuda, Toshio Sato, Jun Kunimura, Roy K. Ogata, Shirô Oishi, Professor Toru Tanaka, Rikiya Yasuoka, Jôji Shimaki, Gorô Sasa, Taro Ibuki, Daisuke Awaji, Keone Young, Jim Ishida, Shōtarō Hayashi, Toshishiro Obata, Michiko Tsushima, Linda Gillen, John Gotay, Matthew Porac, Ken Kensei, Josip Elic, Mitchell Bahr, Ken Enomoto, Nathan Jung, Al Leong, Bruce Locke, Chris Nelson Norris, Dennis Y. Takeda, Celia Xavier

Photos

Aucune image importée pour ce film.

Histoire

Two New York cops get involved in a gang war between members of the Yakuza, the Japanese Mafia. They arrest one of their killers and are ordered to escort him back to Japan. However, in Japan he manages to escape, and as they try to track him down, they get deeper and deeper into the Japanese Mafia scene and they have to learn that they can only win by playing the game—the Japanese way.


Collections : Ridley Scott

Slogan : An American cop in Japan. Their country. Their laws. Their game. His rules.

Genres : Drama, Action, Thriller

Détails

Site officiel : 
Pays :   États-Unis
Langue :  Anglais, Japonais
Date de sortie :  22 septembre 1989

Box Office

Budget :  $30 000 000
Recettes :  $134 212 055

Compagnies

Compagnies de production :  Pegasus Film Partners, Paramount, Jaffe-Lansing

Détails techniques

Durée :  2 h 05 min
54 visionnements
Article précédent

Article suivant
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x