sondage

Le contexte canadien sur la démocratie québécoise génère un prisme médiatique déformant. En effet, Influence Communication à révélé aujourd’hui que seulement 11% du poids médiatique au Québec était accordé au Bloc québécois. Pourtant, depuis son baptême électoral en 1992, le Bloc détient la majorité des sièges au Québec et demeure la principale formation politique au Québec sur la scène fédérale avec près de 40% .
Lire la suite »

caricatures

Bien sur Bado… le message des artistes ne passerait pas !

Une image vaut mille mots ; or nous ne pouvons aborder le sujet de la propagande du journal La Presse sans considérer ses caricatures. La Presse… objective dite-vous… je vais donc simplement vous démontrer le contraire par un petit décompte mathématique. Ci-dessous, voici donc l’intégralité des caricatures du réseau Gesca pendant l’actuelle campagne faisant référence au Bloc et au Parti conservateur. À chaque fois qu’une caricature est favorable à son sujet, je lui donne un point. Inversement, je soutirerai un point si la caricature est défavorable. Voyons donc le résultat.
Lire la suite »

propagande

À chaque jour de l’actuelle campagne électorale, le Bloc québécois lance des nouveaux thèmes afin d’engager des débats d’idées… mais il est rare que ces derniers franchissent le mur médiatique. Aussi aberrant que cela puisse paraître pour une «démocratie », ce ne sont pas les partis de l’opposition qui lancent les débats dans notre pays … mais définitivement les médias de masse qui orchestrent le grand scénario électoral. À cet effet, il faut d’ailleurs constater le revirement politique de La Presse (Power Corporation), qui a délaissé son appui historique aux Libéraux à la faveur du Parti conservateur. Mais ce journal ne se contente pas que de promouvoir la salade du Parti conservateur (et ses intérêts), il s’acharne aussi à discréditer le Bloc québécois…. méthodiquement.
Lire la suite »

autruche

Je souffre d’un mal singulier; en effet, mon humeur personnelle est très liée à celle du climat politique. Pour une partie de mon entourage, je suis ainsi bizarre de me laisser affecter par le contexte environnemental. Effectivement, à les écouter, je devrais faire comme tout le monde et simplement m’occuper de ma petite personne (travailler, consommer, me divertir… et surtout fermer ma grande gueule). Puis, quand je leur évoque notre responsabilité démocratique de s’impliquer pour l’avenir, on me répond alors que personne ne peut rien changer à rien… bref, qu’il vaut mieux se déresponsabiliser en se maintenant «heureux», la tête dans le sable.
Lire la suite »

Harper

Dans mon dernier article, je relatais les limites démocratiques que nous imposait le système uninominal à un tour. Aujourd’hui, j’exposerai une autre des limites de notre démocratie, à savoir ce pouvoir du premier ministre de déclencher quand bon lui semble des élections (avec  45 jours de préavis). Et dire qu’après l’élection de Stephen Harper en 2006, j’étais au moins satisfait que ce dernier nous ait promis des élections à date fixe. Rappelez-vous, Stephen Harper justifiait alors la nécessité d’une loi sur les élections à date fixe pour empêcher l’utilisation du calendrier électoral à des fins partisanes. Dans l’actuelle campagne pourtant, c’est exactement ce que Stephen Harper a fait en violant sa propre loi. Et maintenant, il faudrait s’étonner du cynisme de la population envers le pouvoir politique.
Lire la suite »

terme de Recherche

Les utilisateurs ayant trouvé cette page dans les moteurs de recherche ont tapés ces mots clés: