Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 1 janvier 2008 dans Journal de bord

Bilan 2007 | Résolutions 2008

mécanique temporelle

Une nouvelle année; une autre révolution complétée autour du soleil. J’ai beau trouver absurde que notre année de référence temporelle soit la supposée naissance de Jésus… il demeure que le calcul des années m’est une notion importante. Effectivement, pour bien discerner l’importance de la vie, je crois qu’il convienne de mesurer le «passage du temps». Or,  en terme de mécanique céleste, quoi de mieux à l’échelle humaine que de compter les années… ces horlogères circonférences autour de notre grand moteur énergique. Bref, dans mon livre à moi, j’estime une année à un centième de vie… ce qui est forcément matière à réflexion lorsque le chiffre au compteur avance d’un chiffre. Si bien qu’aujourd’hui, le moment m’est approprié pour réfléchir à «l’endroit» ou je suis rendu. Formellement, comment pourrais-je résumer mon année 2007… comment devrais-je orienter mon année 2008 ?

En commençant par la fin, si aujourd’hui j’ai du temps à ma disposition, c’est que mon contrat à la SAQ est terminé. En effet, j’aurai finalement beaucoup travaillé durant la période des fêtes; au point où je n’ai pratiquement pas été sur mon blogue durant cette période. À cet effet d’ailleurs,  je me demande bien comment les Louis et cie. de notre blogosphère arrivent à trouver l’énergie nécessaire pour composer des textes et travailler simultanément. Peu importe leur recette, j’ai moi aussi mes petits secrets. He oui,  ma surprise fut de constater que mon blogue se maintient dans le top du palmarès politique de TMEB. Finalement, faut-il croire que ma logistique d’indexation assure un certain  trafic vers celui-ci.

  • Depuis un an, 60,914 visionnements distincts ont été générés sur mon blogue  au total
  • Depuis un an, plus de 200 000 mots ont été écrit sur ce blogue

Évidemment, je parle beaucoup de mon blogue, car l’émergence de ce dernier m’apparait comme mon fait saillant de 2007… en égalité avec l’arrivée d’une nouvelle compagne «steady». Tout de même, avant de rencontrer Anne-Marie, je dois avouer que j’étais un célibataire endurci depuis plusieurs années. Puis, histoire de bien mêler ces deux changements modulant dorénavant ma vie, je dois mentionner aussi l’apparition de Facebook… incontestablement l’événement 2.0 de l’année 2007. Formellement, non seulement cette innovation m’a permis de réactiver des ponts de communication avec des anciennes connaissances, mais elle nous permet de cristalliser des liens avec les gens que nous rencontrons. Par ailleurs, du côté sociopolitique, Facebook s’avère  aussi un puissant outil d’organisation et de réseautage (cette fois, somme-nous en mesure de penser que les tenants de ma génération pourront s’investir pleinement dans le domaine politique? Touchons du bois! ). Cependant, puisque Facebook est voué à devenir une incontournable plate-forme de nos vies sociales, il devrait toutefois devenir utilisable dans notre langue maternelle. Aussi utile soit-il,  il ne faudrait pas pour autant que Facebook devienne un accélérateur de retrait social du français.

facebook

Depuis que je suis sur facebook… j’aurai définitivement « flushé » MSN

Paradoxalement, 2007 fut pour moi une année socialement calme… exactement comme je l’avais d’ailleurs destiné. En effet, il faut croire que ma vigoureuse campagne électorale en 2005 et mes dernières responsabilités politiques m’avaient vraiment épuisé. Je ne sais trop si c’est un  signe de vieillesse ou une caractéristique des temps modernes, mais ma vie sociale se passe maintenant surtout par Internet… et j’en suis pour l’instant satisfait. Mais à constater mon historique personnel, je suis probablement en train de reprendre mon souffle afin de mieux replonger dans la piscine électorale. En effet, la culture politique est imprégnée dans mes gènes, or je ne pense pas être en mesure d’échapper bien longtemps à ma nature… à moins que je prenne vraiment goût à la sérénité que m’apporte l’écriture. Il est vrai, je n’ai jamais autant écrit de ma vie; et finalement, je ne me suis jamais aussi bien senti… quelque peu détaché et aérien; la tête vers les étoiles.

Il faut dire que la politique est un milieu psychologiquement turbulent, une ligne de front où s’entrechoquent idées, valeurs et intérêts. Or, un bon combattant devrait savoir faire des pauses entre les batailles afin de se ressourcer… voir carrément maintenir un sain équilibre mental. La preuve, observez tous les « freaks » œuvrant dans ce domaine… serait-ce parce qu’ils y sont, justement, demeurés trop longtemps ?

Tant qu’à aborder le sujet politique, je consacrerai l’année 2007 à l’ADQ. En effet, l’événement politique au Québec fut sans contredit l’intrusion de ce parti à l’Assemblée nationale en tant qu’opposition officielle. Immature, opportuniste et sans réelle vision pour l’avenir, cette formation politique bloque actuellement notre gouvernail social à tribord… et concrétise ainsi notre mouvement en rond. Si bien qu’un petit vent de droite frisquet souffle actuellement sur le Québec, une dépression qui aura d’ailleurs généré le débat sur les accommodements raisonnables. N’est-ce pas pathétique d’assister à cette peur nationale de disparaître… sans pour autant avoir le courage de se donner les moyens d’assurer cette existence nationale? Heureusement, le PQ reprend l’initiative du débat national… ce qui concrétise finalement l’essoufflement de la baloune adéquiste. Pour notre démocratie maintenant, espérons que les Verts et QS arrivent à trouver une façon de pénétrer le débat public.

D’un point de vue local maintenant, je manquerais d’opportunisme en élidant l’incroyable performance de Projet Montréal à l’élection partielle d’Outremont. Arrivant bon deuxième à quelques 300 voix de la victoire, les résultats électoraux démontrent mon parti municipal comme le vecteur affirmant le désir de changement des Montréalais. Assurément, l’horizon pour Projet Montréal se dégage… nous serons plus compétitifs en 2009. Cela dit, ayant pleinement participé au Jour J de cette élection, je comptais y écrire un billet relatant mon expérience de la journée. Mais vous aurez compris que le temps m’aura manqué. Toutefois, j’espère bientôt me consacrer à sa rédaction; quitte à prochainement y déposer cet article… en date du lendemain de cette élection. Comme quoi dans la blogosphère, il est virtuellement possible de tricher avec le temps.

Côté racine et milieu de vie, ma propriétaire m’ayant annoncé sa volonté de «résider» dans mon logement actuel, cette action aura finalement précipité mon choix quant à l’endroit ou je vivrai l’année prochaine. En effet, l’échéancier de notre décision ainsi devancé, Olivier et moi avons finalement entrepris de faire appel à la régie du logement afin de poursuivre notre expérience en colocation. Concrètement, dans la perspective que nous gagnions notre point, ce sera donc pour moi une neuvième année dans cet appartement; une huitième année dans ce logement avec Olivier. Pour ce qui était de l’autre coloc, le troisième; he bien, comment dire… disons que nous avons marchandé son «départ» afin de démontrer notre bonne foi à la propriétaire. Il est vrai, ce dernier, nocturne, y était pas mal fort sur le party; or la chambre de la proprio étant directement sous celle de notre troisième larron, je vous laisse deviner à quel point elle était exaspérée de la situation (tout comme moi d’ailleurs). D’autre part, c’est justement parce que notre propriétaire habite le rez-de-chaussée de notre appartement, que cette dernière n’a pas grand chance de réussir à nous évincer. Puis franchement, si notre proprio se borne vraiment à tenter le coup de force, laissez-moi vous dire qu’il me fera plaisir de vous tenir au courant de mes démarches juridiques. En effet, étant d’emblée préoccupé par la gentrification de mon quartier (via la hausse de nos loyers), il m’importe de bien comprendre les rouages sociojuridiques régissant ce mécanisme. Or, si j’en arrive à devoir moi-même me battre afin de conserver mon logement, je profiterai donc de l’occasion pour vous partager la méthodologie de ma défensive.

Résolutions

Mes résolutions pour l’année 2008 maintenant. Avec ma prochaine paye de la SAQ, m’octroyer des cours de conduite afin de finalement obtenir mon permis. Passer du bon temps avec ma blonde et l’initier au football américain. Assister l’organisation locale de Projet Montréal. Changer l’apparence de mon blogue. Écrire plusieurs articles dénonçant le néolibéralisme dans différents aspects de la société. Être près pour couvrir d’éventuelles élections sur mon blogue. Répondre à davantage de courriels. Allez rendre visite à mes grands-parents.

Maintenant, puisqu’il n’y a rien qui va aussi vite que le temps, je n’ai alors peut-être que le temps d’une vie pour vous souhaiter bonne année à tous.

La nature humaine bouscule toujours la bonne volonté et les meilleures résolutions !
de Anne-Marie (Extrait de L’aube de la joie)

Aucun mots clés
213 visionnements

Laisser un commentaire