Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 24 octobre 2010 dans Écologie, Indépendance du Québec

Parler d’énergie pour démarrer une deuxième Révolution tranquille

Eco tree lightbulb

Que de richesses coule entre les doigts de nos mains

En processus de mondialisation, loin d’être dépassé comme le claironnent les ennemies du peuple québécois, il faut revenir à l’essence de ce qui était à la source du Parti Québécois et terminer la Révolution tranquille. Au Québec, nous nous devons de réaliser un pays social-démocrate avant de nous dissoudre dans une culture globalisée par l’économie de marché. Mais encore là, un éventuel Québec indépendant du Canada ne serait pas moins vulnérable à l’ordre mondial qui s’organise toujours plus au dessus des gouvernements (et de la démocratie).

D’ailleurs, avez-vous entendu parler de l’AÉCG ? (Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne). Une fois de plus, les dirigeants des entreprises et des gouvernements négocient une entente de libre-échange dans le dos de la population. Concrétisant la priorisation du commerce international sur les lois gouvernementales, L’AÉCG constitue une menace pour nos services publics, nos emplois, notre environnement, notre alimentation, notre culture, nos télécommunications, notre eau et nos ressources – même nos droits démocratiques !

Image de prévisualisation YouTube Au rythme où le PLQ démantèle les acquis de la société québécoise, c’est à se demander si le Québec sera prochainement la Grèce de l’Amérique du Nord.

La vente à rabais des ressources fossiles du Québec à des intérêts étrangers, alors que nous débordons de sources d’énergie renouvelable, est une formidable occasion pour éveiller la conscience collective des citoyens. Car, si la question économique demeure l’enjeu politique interpelant l’intérêt du peuple, les notions de richesses collectives et d’indépendance énergétique peuvent logiquement devenir populaires, autant à gauche comme à droite. Or, si l’élection de Jean Lessage en 1962 et la Révolution tranquille furent propulsées par la nationalisation de l’électricité, la nationalisation de nos énergies fossiles, des forêts et des mines peuvent certainement amorcer une deuxième Révolution tranquille.

Révolution tranquille

Le nationalisme économique transcende la gauche ou la droite. Nos ressources naturelles, c’est à nous, pas aux multinationales étrangères

Entre-temps, à l’instar du peuple français présentement, il faut contester les actions du gouvernement libéral, descendre dans la rue et remobiliser les forces sociales au Québec. Individuellement, nous devons devenir intolérants à la corruption, et surtout, honnir publiquement les sombres benêts votant pour le PLQ. Et si Québec solidaire doit ouvrir le chemin en confrontant les fondements idéologiques du néolibéralisme, le PQ, lui, doit faire preuve de leadership quant à la nécessité de coaliser les souverainistes en ramenant à l’ordre du jour l’indépendance du Québec. Ultimement, le groupe de François Legault (qu’il soit devenu un Parti ou non) devra rallier la droite nationaliste pour franchir, ensemble, ce pas historiquement fondamental pour l’avenir du Québec.

OUI à la coalition souverainiste

Wake up Pauline!

Plutôt que de se vautrer dans le cynisme ambiant, le défaitisme et le repli sur soi-même, parlons de richesse collective et de solidarité pour développer l’infrastructure sociale de notre futur pays.  Valorisons de nouveau le succès collectif, entreprenons des projets de société, visons à faire entendre notre voix à l’ONU. Retrouvons notre fierté nationale en nous administrant par, et pour, nous-mêmes.

Les entités qui contrôlerons l’accès à l’eau, serons maitre de la géopolitique en ce millénaire.

Face à l’individualisme primaire et la corruption ambiante, nous devons nous reconnecter avec le sens civique et la pensée citoyenne. Maintenant, il faut impérativement s’occuper de politique… sinon, des intérêts étrangers le feront à notre place. Car, faute de vigilance politique, nous risquons de nous (faire) désorganiser jusqu’à la décomposition finale de la société québécoise.

La monnaie est un outil politique pour conditionner le comportement économique des masses. Le vrai pouvoir ne se calcule pas en or ou en argent, mais en énergie
– Moi-Même

Aucun mots clés
966 visionnements

3 Commentaires

  1. Alors, ça « gaz » de « schismes » en ce temps-ci Carl ! Que de rebondissements dans ce purgatoire de la moyenne démocratie du centre. J’ai toujours l’impression de voir les modérés sociaux démocrates comme des bisexuels perdus dans leur égoiste libido d’opportunisme. Une autre révolution; pourquoi pas! « Qui trop embrasse mal étreint ! » Que l’on pourrait adapter dans les circonstances par: « Qui trop écrit mal agi ! » Les machines-guns littéraires de mots n’ont jamais de  » re-morts de conscience »…

    Ferrandez, j’ai voter pour toi mon poilu et tu n’en a que pour les couples dans la quarantaine qui meurent d’élever des gosses sur un « Plateau doré ». J’ai moi la soixantaine et vu que c’est tout le monde qui t’ai élu, j’aimerai bien que tu conserve une certaine neutralité dans tes propos aux médias. Y pas que des obstinées de filles monoparentales dans cet arrondissement.

    Autrement, je suis assez d’accord que tu t’en prenne autant aux anomalies qui ont assez durées. T’as du caractère et les idées viennent avec, je prendrai tout parce que ce mélange « révolutionnaire » est de plus en plus rare.

    – Patience et longueur de temps valent mieux que force et…enfin merd…fonce, clanche et Tremblay vas s’essouffler!

  2. Faire une deuxième Révolution tranquille, c’est l’un des grands poncifs de notre pensée politique au Québec, et c’est rien moins que désirable. La société québécoise n’est plus jeune et enthousiaste, comme elle pouvait l’être dans les années 1960, elle dispose surtout d’une marge de manoeuvre beaucoup moins grande. L’État québécois est lourdement endetté et n’a plus les moyens d’emprunter massivement pour financer ses acquisitions. Dans une situation délicate, en tant que peuple, tout ce que nous pouvons faire est de renoncer aux entreprises les plus hasardeuses et d’assurer une gestion prudente, parcimonieuse presque, de l’héritage qui nous a été transmis, jusqu’à ce que la prospérité économique soit restaurée. Ce n’est pas une perspective emballante; mais une bonne politique n’a pas la prétention de l’être.

  3. Faire la deuxième Révolution tranquille voilà tout ce que cela prend pour déclencher la dynamque qui mène à la rupture du cadre constitutionnel canadien. Il s’agit d’un changement de paradigme:

    http://www.vigile.net/Le-difficile-changement-de

    Encore faut il prendre le pouvoir.Ce qu’on arrivera pas à faire en dispersant le vote.

    JCPomerleau

Laisser un commentaire