Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 30 octobre 2008 dans Écologie, Société

Je pollue donc je suis

Hummer

Je ne devrais pas devoir vous présenter le Hummer. Ce grotesque véhicule initialement conçu pour l’armée étasunienne… mais qui serait maintenant adapté à la conduite urbaine parce qu’il peut se faire peinturer en toutes les couleurs. Alors, je ne m’étalerai pas ici sur les caractéristiques absurdes de l’engin en tant que véhicule urbain (Richard Bergeron évoque très bien le sujet dans son Livre noir de l’automobile, puis le blogue antivoitures exprime déjà bien ce que je pense du Hummer). J’aborde plutôt cette thématique,  parce que moi, militant écologiste prétendant à une certaine influence sur son environnement, je dois tolérer la proximité immédiate du Hummer de l’un de mes voisins. D’ailleurs, dans tout mon quartier, je n’ai repéré qu’un seul propriétaire de Hummer (faudrait-il croire que le destin fait bien les choses ?). Or, évidemment, vous vous douterez que j’exècre intrinsèquement ce symbole qui fait l’éloge public de la stupidité en tant que valeur dominante.

Non, mais, c’est quoi l’idée d’utiliser un Hummer en ville, de surcroît, quand tu habites sur l’une des rues les plus étroites du quartier le plus densément peuplé du Canada (dans le Plateau Mont-Royal, nous sommes 16 000 habitants au kilomètre carré). Si bien que ce soit sur le simple point de la gestion de l’espace en ville, posséder un tank (plus de 2,50 mètres de large), c’est incohérent.

aussi  absurde que d’utiliser une Smart pour aller faire la guerre en Afghanistan

aussi absurde que d’utiliser une Smart pour aller faire la guerre en Afghanistan

Mais pire encore, c’est évidemment la consommation record du monstre en combustible fossile (20 à 25 litres/100 km). À l’heure du réchauffement climatique, à l’heure où le pétrole se raréfie, à l’heure où le prix de l’essence explose, il est complètement illogique de choisir un Hummer comme véhicule urbain.

Puis là, je ne vous parle même pas de l’empreinte écologique que coûte en ressources la construction d’un Hummer.

Au rythme actuel, l’humanité aura besoin d’une deuxième planète au début de la décennie 2030 pour répondre à ses besoins. Du coup, la déforestation, la pénurie d’eau, le déclin de la biodiversité et le dérèglement climatique, provoqué par les émissions de gaz à effet de serre, mettent de plus en plus en péril le bien-être et le développement de toutes les nations.

Alors, à quel besoin répondrait donc la possession de ce véhicule? Pouvons-nous penser que la vraie «valeur» de ce véhicule réside finalement dans l’expression sociale qu’il génère à son propriétaire… c’est-à-dire d’exhiber son surplus économique et sa suposée nature dominatrice ?

Toujours fier d'avoir un Hummer

Toujours fier d’avoir un Hummer

Suivant donc cette logique, il faut ainsi déduire que les propriétaires de Hummer considèrent plus «hot» de démontrer leur pouvoir de polluer que de respecter l’environnement. Or, si ce sentiment de puissance (individuelle) s’acquiert en défiant l’intérêt collectif et le développement durable, ai-je vraiment besoin de dire que les propriétaires de Hummer sont des parasites sociaux? Et d’ailleurs, c’est là que réside tout le problème de l’existence des Hummer en ville; un symptôme de la primauté de l’individualisme dégénéré sur l’instinct de survie globale.

« Je menace l’existence du monde, donc je suis un mâle dominant ». Une logique d’hommes de Cromagnon. (Mais pourquoi serait-il si important pour les hommes au petit cerveau de se démontrer excessivement dominant… pour impressionner les pitounes à chars ? Faudrait donc t’il croire que la descendance de G.I. Joe et Barbie soit un danger planétaire ?)

Ici, un Hummer camouflé pour passer inaperçu

Ici, un Hummer camouflé pour passer inaperçu

Ainsi, je suis donc confronté dans mes valeurs : dois-je, me résigner à accepter faiblement cette menace environnementale (comme l’ensemble des moutons composant la société), ou dois-je mettre en action mes convictions sociopolitiques (au risque de provoquer un conflit avec M. Hummer)? La question donc se formule comme suit, à partir de quel niveau, un individu doit-il réagir pour protéger son environnement? Alors, vous constaterez que ce véhicule trouble ma quiétude d’esprit et provoque chez moi plusieurs interrogations.

De la sorte, avant de planifier la moindre action, j’ai donc cherché à visualiser le propriétaire du Hummer en question. Si bien que lorsque j’ai finalement repéré ma cible, je fus abasourdi de constater sa correspondance avec la caricature que j’appréhendais. Concrètement, mon voisin est un mastodonte portant un veston en cuir de la marque Harley Davidson. Gel luisant dans les cheveux, anglophone, il déambule d’un air patibulaire sur le trottoir flanqué d’un chien doberman.

le Hummer de mon voisin

Comme quoi le Hummer est considéré comme un moyen d’expression, voici un petit message de mon voisin à notre attention

Mais plus inquiétant que l’allure antipathique du personnage, ce sont les deux caméras de surveillance accrochées à la façade de son domicile. En effet, en braquant directement les passants de ma rue, ces caméras dégagent ainsi la nette impression que nous sommes surveillés par un bunker du crime organisé. À ce moment-là, cette simple histoire de Hummer devenait ainsi un dossier de sécurité publique. Mais après vérification, il s’avère que M. Hummer n’est simplement que le fils d’un riche restaurateur grec… son look de motard étant ainsi du même ressort superficiel que celui de son véhicule.

Quand la policie surveille pour nous protéger, ce serait répréhensible. Mais quand c'est le privé qui nous surveillerais, ce serait plus acceptable ???

Quand la police surveille les citoyens, ce serait de l’oppression. Mais quand c’est l’intérêt privé qui nous surveille, ce serait un symbole de liberté !?!

Franchement, bien qu’il soit attardé qu’un individu valorise ouvertement l’image du crime organisé, le vrai problème de société réside bien plus dans notre tolérance quant aux comportements menaçant l’intérêt collectif. Or, non seulement nos politiciens devraient légiférer afin d’éliminer le droit d’utiliser des 4×4 en ville, mais en tant que société, nous devrions valoriser la conscience environnementale plutôt que la liberté individuelle de polluer (et menacer le monde). Désarmer les imbéciles et les traiter comme tels, voilà la solution. Et maintenant que les barbares sont aux portes de notre civilisation, faudra-t-il attendre leur invasion avant de réagir?

Image de prévisualisation YouTubeEn toute logique, mon voisin se fait un plaisir de laisser rouler son moteur pour réchauffer son habitacle
Image de prévisualisation YouTubeH2: Bummer

Nous sommes en train d’agir écologiquement de la même façon que les institutions financières se sont comportées économiquement, cherchant la satisfaction immédiate sans prendre en compte les conséquences.
Jonathan Loh, Société zoologique de Londres

Aucun mots clés
14 190 visionnements

3 Commentaires

  1. Excellent article! Je pense la même chose, mais j’ai heureusement la chance de ne pas en voir tous les jours, je pense que ce serait mauvais pour mon coeur!

    Tiens, voilà qui pourrait t’intéresser : http://tagadummer.com/

    Faut pas lâcher…

    Le Détracteur Constructif| lire ici le dernier article de son blogue: Le Rest of Canada va nous mettre à la porte

  2. Hypothétiquement parlant… si le Québec abritait une usine de Hummers, comment réagiraient les partis politiques, les syndicats, les journalistes et les citoyens face à la fermeture d’une de celle-ci?

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: La vie dans la brousse de fantômes

  3. imbécille, ce 4×4 ne pollue pas plus que les grosses bmw de nos ministres!

Laisser un commentaire