Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 6 mai 2012 dans Politique nationale

Le carré de sable québécois

Le carré de sable québécois

Nos politiciens jouent gaiement dans les limites accordées à notre démocratie. Sommes-nous en mesure de voir au delà?

Et voilà, après des lustres, la gauche française revient à la présidence. De notre côté cependant, peut-être aurez-vous remarqué que nos médias parleront plutôt de la victoire de François Hollande et non pas celle de son parti (socialiste). Car voyez-vous, ce mot-là, honnis par nos élites, appartiendrait à une autre époque et n’existerait plus que dans les vieux livres d’histoires. Il ne faudrait surtout pas ramener à notre esprit des noms chargés de potentiel subversif.

conception de l'opposition gauche/droite dans la société américaine

le système états-unien affligé par le bipartisme, les libéraux (parti démocrate) forment le pôle gauche et les conservateurs (le parti républicain) le pôle droit. Dans un même ordre d’idée, l’étiquette «socialiste» est irrationnellement démonisée en tant que synonyme au communisme.

Il est vrai que dans la belle province du Québec nous ne sommes pas encouragés à trop nous éloigner de ce que sarcastiquement je dénomme l’extrême centre. Dans les faits, nous sommes toujours une colonie n’ayant pas le réel pouvoir d’autodétermination. Alors, parce que nos parlementaires s’amusent à faire de la politique dans les limites du cadre provincial octroyé, nos capacités de projection démocratique en sont fort limitées.

diagramme des partis du Québec et du Canada sur les axes gauche/droite et fédéraliste/souverainiste

Ma vision (donc forcément subjective) des partis du Québec et du Canada sur les axes gauche/droite et fédéraliste/souverainiste. Notez bien l’illustration de l’influence des médias dominants pour maintenir l’opinion publique dans la zone du pouvoir en place. Je profiterai de l’occasion pour spécifier que les vrais socialistes devraient considérer les partis politiques comme des outils démocratiques pour guider les citoyens vers le bien commun.

Dans un même ordre d’idée, les idéologies de nos partis dominants ne sont pas très marquées. Il faut dire que notre mode de scrutin (uninominal à un tour) handicape fortement (le mot est faible) l’émergence de nouvelles forces politiques. Subséquemment, notre conscience collective est particulièrement atteinte par notre état de colonie; comme si nous n’étions pas en mesure de pouvoir réfléchir par nous-mêmes à notre avenir collectif.

Photographie 2009 de l’axe gauche/droite en France. Force est d’admettre que cette société a évolué en offrant plusieurs choix démocratiques à ses citoyens. Logiquement, la conversation nationale dans ce pays indépendant est plus complexe que dans notre colonie.

À contrario, en France, l’élection du président se décide au suffrage universel et il y a deux tours à tous les paliers électifs (quitte à pouvoir opérer des collaborations entre certains partis). Bref, il y a de la place pour toutes les idées du monde, de l’extrême gauche à l’extrême droite. Puis chaque citoyen est disposé à être politisé, peu importe sa classe sociale ou son niveau d’éducation. Voilà qui est bien dynamique n’est-ce pas? Voilà qui déborde de vitalité démocratique. Voilà simplement qui est le propre d’un pays ayant une culture issue de son état d’indépendance.

Les élections françaises pour les nuls (canadiens)

Dans cet article «Les élections françaises pour les nuls (canadiens)» je vous explique les modalités électorales en France.

Et pendant que les Français réfléchissent, débattent et évoluent, nous au Québec on attend après ce qu’on nous présentera comme le changement… mais sans pour autant nous donner le loisir de librement s’exprimer sur ledit changement nécessaire.

Voir au delà

La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité
– Albert Camus

 

Aucun mots clés
831 visionnements

Laisser un commentaire