Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 30 novembre 2007 dans Entomologie

Que faut-il savoir des araignées ?

araignée

Suite aux nombreux commentaires générés par mes deux derniers articles sur les araignées, je vous transmets aujourd’hui ce petit texte de l’entomologiste Marjolaine Giroux de l’Insectarium de Montréal. En effet, je considère ce texte (recopié manuellement à partir du journal Métro) parfait pour qui cherche à comprendre les questions élémentaires sur les araignées. Alors, en ce petit texte vulgarisé, j’espère vous donner assez d’informations complémentaires afin de me décharger de plusieurs de vos questions.:roll:

Que faut-il savoir des araignées ? (par Marjolaine Giroux)


Les araignées sont des créatures méconnues. Mais lorsqu’on s’attarde à les observer, on découvre des êtres fascinants et étonnants. On compte environ 40 000 espèces d’araignées dans le monde, dont près de 700 au Québec. Les spécialistes estiment que plusieurs autres espèces restent à découvrir, peut-être même le double du nombre connut.

À quoi servent les araignées ?

Les araignées sont des prédateurs voraces qui avalent d’importantes quantités d’insectes. Elles assurent ainsi une forme de contrôle biologique dans plusieurs milieux naturels et agricoles. Les araignées servent également de nourriture à certains oiseaux, reptiles et guêpe solitaires.

Certaines espèces d’araignées dont la vue est plus faible tissent des toiles de soie pour attraper leurs proies. D’autres, qui ont une vision remarquable, vagabondent et ne font pas de toile. Elles errent au sol ou dans la végétation à la recherche d’insectes et même… d’autres araignées !

Image de prévisualisation YouTubeWhen they say jumping spider, they’re not kidding. This spider can jump 50 times its body length. More worse for its intended victim – in this case, a bee

Sont-elles venimeuses ?

La très grande majorité des araignées dans le monde sont venimeuses. Toutefois, s’il y a morsure, seulement une trentaine parmi les milliers d’espèces connues ont un venin pouvant menacer la santé humaine. (Au Québec, seule l’espèce Chiracanthium mildei représenterait une menace).

Cliquez sur l'image pour lire mon article sur l'araignée Chiracanthium mildei

Cliquez sur l’image pour lire mon article sur l’araignée Chiracanthium mildei

Le venin de l’araignée sert à paralyser la proie qu’elle capture. Par la suite, des sucs digestifs sont injectés pour dissoudre les tissus de la proie et permettre à l’araignée de «boire» son repas.

La mystique Veuve noire est considérée comme l’espèce d’araignée la plus venimeuse au monde

La mystique Veuve noire est considérée comme l’espèce d’araignée la plus venimeuse au monde

Les araignées piquent-elles ?

Contrairement aux guêpes, les araignées ne piquent pas… elles mordent! Leur bouche contient une paire de crochets qu’elles utilisent pour transpercer leur proie. Au Québec, et partout dans le monde, la plupart des araignées ont des crochets trop petits ou trop fragiles pour perforer la peau humaine.

Image de prévisualisation YouTubeSi les araignées sont inoffensives au Québec, ce n’est pas nécessairement le cas ailleurs dans le monde

Celles qui arrivent à nous mordre ne causent généralement qu’une douleur passagère. Toutefois, il ne faut pas oublier que les araignées ont peur de nous et que la fuite est leur premier réflexe. Les araignées nous mordent seulement si elles se sentent coincées ou menacées.

En construisant nos habitations de plus en plus près de la nature, en embellissant nos propriétés de fleurs, en ajoutant du mobilier dans nos jardins, nous offrons aux araignées les cachettes et les supports dont elles ont besoin pour tisser leurs toiles ainsi que pour croître et se reproduire. Or, se rapprocher de la nature, c’est aussi se rapprocher des insectes et des araignées. Il faut donc, dans la mesure du possible, apprendre à les connaître et à vivre avec elles puisque leur présence est un indice précieux de la qualité de notre environnement.

araignée crabe sur une fleur

Coït interrompu… Quand est-il de la sexualité des araignées? (par Benjamin Tanguay dans La Presse)

On n’aime qu’une fois, chez les mâles Nephilengys malabarensis. Ces araignées font face à un dilemme crucial: être dévoré tout cru après l’amour, ou sacrifier leur sexe et avoir une chance de rester en vie…

Un eunuque malheureux: même si ce mâle a sacrifié son sexe (en encadré) pendant la copulation, il n’a pas réussi à échapper à la passion dévorante de sa femelle et se retrouve conincé entre ses pattes

Il la regarde amoureusement. Courage, se répète-t-il. Nerveux, il avance précautionneusement: un gentleman n’effarouche pas sa dulcinée, surtout lorsqu’elle fait 10 fois sa taille. Ils échangent un regard complice. Elle veut! Sans faire ni une ni deux, il escalade son abdomen et, dans un moment indicible d’exaltation, insère tendrement son bulbe reproducteur dans l’épigyne de sa compagne. La culmination de toute une vie.

couple de Veuve noire

Ici, un couple de Veuve noire

Mais la relation à peine entamée, la dame y met fin en des termes on ne peut plus clairs. «Je n’avais pas terminé», pense-t-il, incrédule, pendant que sa compagne dévore ses entrailles. Alors que l’étincelle de vie vacille dans ses huit yeux, un dernier regret effleure l’esprit de l’araignée: coït interrompu.

Tragédie après tragédie, les Nephilengys malabarensis mâles une espèce d’araignée notamment présente en Afrique et en Océanie ont dû céder aux arguments et aux dents de leurs bien-aimées. La politique du coït interrompu chère à ces dames est une manière de s’assurer que plus d’un mâle féconde ses oeufs: seul le tiers du sperme d’un mâle est transféré avant que l’arachnide ne soit mangé. Une plus grande variété de matériel génétique donne de meilleures chances de survie à l’espèce.

Image de prévisualisation YouTubeDeadliest Mates: Black Widow Spider De NationalGeographic.If you think the dating world of humans is tough, check out the love life of black widows, where one misstep can lead to a lethal end.

C’était sans compter l’obsession de l’évolution et des hommes pour le sexe. Pour éviter l’interruption importune, les mâles ont trouvé la solution parfaite: l’ablation des organes génitaux pendant la copulation. Selon des chercheurs de l’Université nationale de Singapour, cités dans le plus récent numéro de la revue scientifique Nature, les Nephilengys malabarensis coupent leur bulbe copulateur dès son insertion dans l’épigyne de la femelle afin que le transfert de leur sperme se poursuive au moment où ils s’emploient à échapper aux avances charnelles de leur amoureuse.

Mais les avantages ne s’arrêtent pas là. Les Nephilengys malabarensis sont jaloux de leur femelle, et le bulbe copulateur détaché joue aussi le rôle de ceinture de chasteté. Impossible pour un autre mâle de féconder une femelle qui a un bulbe implanté dans l’épigyne. Surtout pendant que les eunuques veillent au grain et attaquent férocement tout prétendant. Leurs bijoux de famille sacrifiés, ces araignées n’hésitent pas à combattre à mort. Elles n’ont littéralement plus rien à perdre.

Un oeil qui en vaut deux

Alors que la rétine humaine ne possède qu’une seule couche de cellules photosensibles, les araignées sauteuses en possèdent quatre. Elles servent à percevoir la lumière ultraviolette et la lumière verdâtre. Mais en raison de la distance qui les sépare, seule une couche peut voir une image avec netteté. Ce fait en apparence anodin a longtemps laissé les chercheurs perplexes: pourquoi avoir plusieurs rangées de cellules photosensibles si elles procurent une vision floue?

Image de prévisualisation YouTubeResearchers have discovered a unique visual attribute that jumping spiders use in attacking and catching prey. The arachnids use what is called image defocus-proven in part by videos that show spiders jumping with deadly accuracy in green light (and fumbling in red).

Une équipe de l’Université d’Osaka a testé les capacités des araignées d’attraper leurs proies sous différentes lumières. L’humain a besoin de ses deux yeux pour percevoir la profondeur. Mais chez l’araignée, les chercheurs ont découvert que chaque oeil arrive à percevoir la profondeur en comparant l’image floue avec l’image nette.

http://www.dailymotion.com/video/x4bcloLa toile d’araignée et ses étonnantes propriétés

Architecture arachnéenne

Comment font les toiles d’araignée pour résister aux plus fortes intempéries? D’après Markus Buehler, de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT), le secret de la toile d’araignée réside dans la capacité de sa soie à s’adapter à différentes situations. Lorsqu’une toile est secouée par une légère brise, les brins de soie conservent leur flexibilité pour laisser l’énergie se dissiper. Mais lorsqu’un stress plus grand comme un coup de vent menace de détruire la toile, les fils de soie les plus touchés se rigidifient et se rompent pour limiter les dégâts. Il est donc plus facile de réparer la toile que de la reconstruire.

Une équipe de checheurs a analysé la structure de la toile d’araignée et sa réaction à différents stress, comme la chute d’une brindille ou une tempête.

La résistance des toiles d’araignées ne tient pas qu’à leurs fils

Une équipe de checheurs a analysé la structure de la toile d’araignée et sa réaction à différents stress, comme la chute d’une brindille ou une tempête.

La résistance des toiles d’araignées ne tient pas seulement à celle de leurs fils de soie: en cas de choc, leur architecture permet d’en sacrifier une zone limitée pour préserver l’essentiel, une conception dont pourraient s’inspirer des ingénieurs, selon une étude publiée mercredi.

«Cela permet à l’araignée de réparer plutôt que de reconstruire complètement», soulignent les chercheurs dans la revue scientifique britannique Nature. Car construire une toile demande une énergie que l’araignée ne peut se permettre d’y consacrer souvent.

La force et la résistance de la soie avaient déjà été vantées, mais ses autres avantages au sein d’une toile d’araignée «restaient inconnus», relève Markus Buehler (Massachussets Institute of Technology, États-Unis) qui a dirigé ces recherches.

Associant observations sur le terrain et simulations sur ordinateur, son équipe a analysé la structure de la toile d’araignée et sa réaction à différents stress, comme la chute d’une brindille ou une tempête.

Par rapport à leur poids, les fils d’araignée «sont plus solides que l’acier et plus résistants que le Kevlar», rappelle le Pr Buehler dans un communiqué du MIT.

Les toiles d’araignées que l’on trouve dans les jardins et les garages sont faites de plusieurs types de soie, dont deux sont importants pour l’intégrité de cette construction : les fils visqueux et élastiques qui spiralent du centre vers l’extérieur de la toile et servent à capturer la proie, et les câbles en soie dure et sèche qui rayonnent depuis le coeur de la toile.

La soie de ces câbles, dotée d’une structure moléculaire qui lui confère à la fois solidité et flexibilité, joue un rôle crucial dans les propriétés mécaniques de l’ensemble de la toile.

En cas de perturbation importante, toute la toile réagit. Mais l’impact est atténué différemment par chaque type de fil. Lorsqu’un câble radial est touché, la toile se déforme davantage que lorsqu’il s’agit d’un fil de la spirale.

Quel que soit le type de fil qui rompt, victime d’un grand stress mécanique, c’est le seul fil qui rompt, le reste de la toile est préservé, selon les chercheurs.

La nature des protéines de la soie renforce cet effet, en alternant phases où elle joue de son élasticité, durcit et absorbe le choc, avant que les frottements entraînent la rupture.

Dès que le fil est rompu, la toile retrouve sa stabilité, même lors de simulations impliquant des vents de la force d’un ouragan.

Les chercheurs suggèrent aux ingénieurs de s’inspirer de ce qui fait la résistance des toiles d’araignées, afin de limiter les dégâts en cas de contraintes extrêmes.

Les innovations de la nature ont déjà servi de modèle pour créer des fermetures Velcro imitant la fleur de Bardane ou des adhésifs puissants en s’inspirant des pattes du Gecko.

En guise de complément plus pointu, je vous propose la lecture de mon article, Nouvelles observations sur des araignées du Québec

Une araignée de perdue, cent insectes de retrouvés !

Aucun mots clés
15 118 visionnements

5 Commentaires

  1. voila j’ai une araignée prés de ma fenêtre elle a tisser un cocon et puis au file des jours son abdomaine a grossi vraiment ! et elle a tisser un autre cocon et elle a « maigris » et 15 jours aprés je crois et bin elle a tisser un autre cocon elle et devenu toute mégrichonne 😕 enfin je voudrais savoire pourquoi elle fait sa juste comprendre pourquoi 😉 elle a la même morphologie que la veuve noire mais moin grosse et sans couleur rouge ^^ elle et juste noire claire et sur labdomaine un tout petit trai blanc enfin voila merci de répondre si vous le pouvez et désolé pour les fautes d’orthographe ^^

  2. Salut johanna

    Une araignée noire avec un trait blanc… je n’ai jamais vu pareille araignée. 😕 Dis-moi donc, es-tu au Québec ?

    Cela dit, les araignées femelles perdent toujours du poids après avoir pondu.

    • Salut Johanna, tu as l’air de t’y connaître en araignée ?.. Je cherche des infos sur cette araignée (trouvée en France). Est-elle venimeuse d’après vous ?
      http://mimibuzz.com/video/flippant/araignee-geant
      Merci d’avance.
      Francesca Bertin.

  3. Allo!

    Étrangement, moi aussi je m’appelle Joana, j’habite à Québec et ça fait deux fois hier que je vois une araignée vraiment étrange! la première était très grosse, environ 3 cm de circonférence mais avec des pattes et un corps très épais… Ensuite j’en ai vu une pareille dans mon appartement, mais en beaucoup plus petite mais avec le même corps et pattes épais.. Elle sont noire et blanche et je n’en avais jamais vu.. Aurais-tu une idée de ce que c’est comme araignée?

  4. Non je n’habite pas au Québec elle à fait quand même 3 cocons

Laisser un commentaire