Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 17 juin 2006 dans Écologie, Cinéma, Politique internationale

Excellent! Al Gore en croisade contre le réchauffement climatique

Excellent! Al Gore en croisade contre le réchauffement climatique

La droite y dénoncera une manœuvre politique, des écologistes scanderont la récupération, le couillon de Richard Martineau ira probablement d’une feuille de choux réactionnaire sur le sujet… mais qu’on se le dise, l’ancien numéro deux de la Maison blanche, celui qui avait « perdu » d’un cheveu la présidentielle américaine de 2000 contre W. Bush, devient un incontournable porte-parole environnementaliste.

En effet, M. Gore tiendrait le rôle principal d’un tout nouveau film sur le sujet, un documentaire dénommé : Une vérité qui dérange (An Inconvenient Truth)

Image de prévisualisation YouTube Visionnez ici la bande-annonce du film An Inconvenient Truth

Je n’ai pas encore vu le film, mais je suis convaincu que par la renommée de M. Gore, la préoccupation pour l’écologie évoluera vers un nouveau niveau. D’autre part, je dois admettre que de ce que j’ai pu entendre de M. Gore sur le sujet, il s’avère un excellent vulgarisateur qui synthétise à merveille la situation environnementale. Or, je crois donc qu’avec cette initiative, M. Gore contribuera à démarginaliser le sujet… et je l’espère, au point de faire enfin consensus chez les américains. Est-il possible ici de croire finalement que pour la prochaine élection présidentielle Étasunienne en 2008, les Démocrates feront campagne pour la ratification du protocole de Kyoto ? (J’ai bien hâte de connaître les commentaires de Ralph Nader).

À propos du film en question, le critique de SRC exprime que Gore y tiendrait trop la vedette… et bien tant mieux. En effet, il faut comprendre que le petit peuple américain à besoin d’icônes populaires, de vedettes justement, pour se rattacher à des causes sociales et parler de celles-ci. Et là où cette dynamique devient drôlement importante (au point que sur le plan de l’évolution cela en soit totalement pathétique), c’est qu’en définitive, c’est ce petit peuple brainwashé à la « religion cathodique » qui orientera le sort de l’humanité.

Alors, maudit ! Qu’ont se le dise tous : ce film est salvateur. Évitons cette fois de faire les puristes baba-cool en critiquant la formule populiste de ce film, ou encore, de jouer les vierges offensées parce qu’un politicien notoire se remet en marche avec cette dynamique. Qui sait, ce film provoquera peut-être chez nos voisins du sud la prise de conscience écologique tant attendue… qui au passage, pourrait de surcroît déblayer Dubya Bush du pouvoir. Ce film est donc une très très bonne nouvelle.

La présidence n’est pas un concours de popularité, c’est un combat quotidien pour le peuple
– Al Gore

Aucun mots clés
728 visionnements

Laisser un commentaire