Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 19 décembre 2008 dans Politique nationale

Amir Khadir: Un rayon de soleil à l’horizon du contexte québécois

Amir Khadir

Vous l’aurez remarqué, depuis l’élection d’Amir Khadir, j’ai pris congé de mon blogue afin de me reposer (et reformater, encore, mon système informatique à cause d’un virus). Mais bon, je ne peux aborder quoi que ce soit sans revenir sur la soirée électorale du 8 décembre… car quelle soirée mémorable ce fut.

Franchement, j’ai encore de la misère à croire la réalité !!! Amir Khadir a été élu député du Plateau Mont-Royal; Amir Kahdir premier solidaire élu à l’Assemblée nationale. Wow, je n’en reviens toujours pas! Et là, je ne vous dis pas les frissons qui ont parcouru mon corps, quand finalement, Amir a pris le micro, filmé en direct à la télévision. Sa première phrase : «Bonsoir Québec !», étant des plus significatives pour ses militants. Cette fois-ci, le Québec entendra notre point de vue. Cette fois-ci, la vraie gauche intègre l’Assemblée nationale. Cette fois-ci, le Plateau parlera librement. Décidément, ce fut un moment historique! Je dirais même que dans l’angle des vieux militants, le Medley avait peut-être des airs d’un certain 15 novembre 1976.

Image de prévisualisation YouTubeVoir ici le discours de victoire d’Amir Khadir

Pour ma part, j’ai n’ai jamais été si heureux par l’élection d’un politicien. À dire vrai, pour la première fois de ma vie, j’ai pleuré de joie. En effet, Amir est le politicien québécois en qui, je me serai jamais si mieux identifié. Ensuite, pour connaître personnellement le cheminement politique d’Amir, il faut dire j’ai une confiance totale en lui. Alors, Amir est mon rayon d’espoir dans le paysage  assombri de notre démocratie… il est mon Barrack Obama !

Parlant justement du nouveau président étasunien, j’ai la réelle impression que 2008 consacre le recul international de la droite… que la gauche revient parallèlement en force. Ensuite, considérant que l’actuelle crise financière mondiale démontre la faillite du système néolibéral, je reprends quelque peu confiance en l’avenir. De ma vie, je ne me suis jamais senti aussi politiquement zen.

Cependant, bien qu’en état de grâce, je me sens maintenant un peu vide. Bien sûr, je suis exténué par la campagne électorale: le porte-à-porte étant une activité émotionnellement lourde d’implication. D’un autre côté, j’ai le sentiment du travail accompli, une sensation que la gauche au Québec est maintenant en marche d’elle-même, cette impression d’être mieux représenté que jamais… voire d’être maintenant remplaçable en tant que militant.

Effectivement, en 2005, j’ai donné un an de ma vie pour l’intégration de Richard Bergeron au conseil de Ville à Montréal. Maintenant, Amir Khadir entrera à l’Assemblée nationale du Québec. Voilà deux intellectuels professionnellement accomplis et dévoués à l’évolution de leur société… deux humanistes au sommet de la pyramide de Maslow. Franchement, en considérant que nous avons aussi le chef du Bloc québécois comme député au niveau fédéral, que pouvons-nous avoir de mieux comme politicien dans le Plateau Mont-Royal? Réalisez-vous tout l’impact de ce que mon quartier propulse comme idées au Québec? Sincèrement, je suis vraiment fier de mon travail : après toutes ces années à militer, aujourd’hui, je pourrais même envisager de prendre ma retraite politique… car j’ai cette fois la certitude que l’avenir est entre de bonnes mains.

2009, une grande fenêtre s’ouvre sur la souveraineté!

Pour revenir au contexte québécois, l’écroulement de l’ADQ et la démission de son chef Mario Dumont à la dernière élection marquent ainsi la fin d’un cycle. Cette situation est aussi une excellente nouvelle pour la relance du mouvement souverainiste. Effectivement, dans un premier temps, je souhaite ardemment un réel nationaliste à la tête de l’ADQ afin de préparer la nécessaire coalition QS-PQ-ADQ en route vers le pays. En effet, si je vois en QS l’embryon de la formation politique qui sera le parti de gauche dans un Québec indépendant, l’ADQ devrait parallèlement devenir son équivalent de droite. D’autre part, il m’apparait évident que le supposé concept d’autonomie porté par l’ADQ devient aujourd’hui caduc; voilà donc qui aidera à l’assainissement du débat politique. Puis, cette dynamique combinée à l’arrivé d’Amir Khadir à l’Assemblée nationale, le leader du courant souverainiste de Québec solidaire, encouragera le Parti québécois à justement réactiver le débat sur la question nationale. Car, oui, réalisez-le, le PQ étant maintenant en compétition électorale avec QS pour maintenir son aile sociale-démocrate; il sera donc obligé de remettre à l’ordre du jour la souveraineté du Québec pour gagner les prochaines élections (ce fait semble totalement incompréhensible pour les candides partisans péquistes s’imaginant que la priorité du PQ serait naturellement l’indépendance).

D’ailleurs, parlant du Parti québécois, quelle belle surprise que fut de constater son solide retour à l’opposition officielle. Pour ma part, je me réjouis personnellement du retour de notre spécialiste des relations avec la France, Louise Beaudoin, et de l’arrivée de mon ancien président d’exécutif dans Mercier, François Rebello. Effectivement, ce dernier étant un réel leader (qui ne courbe pas l’échine pour monter les échelons politiques), il incarne merveilleusement bien l’intégration de la génération X dans le Parti québécois (ce qui n’est pas rien pour assurer la pérennité de ce parti). Homme de conviction et grand démocrate admirant Al Gore, il est aussi un homme d’affaires spécialisé dans les investissements dit responsables (fonds éthiques). Bref, cette pragmatique de centre gauche a tous les talents pour assurer la transition générationnelle, voire de devenir un jour premier ministre.

De la sorte, ce troisième mandat du PLQ sonnera certainement le déclin de cette formation; or parions que la simple usure du pouvoir permettra au PQ de revenir au gouvernement. Mais pour le PQ maintenant, la question sera bientôt de choisir soit simplement remplacer le gouvernement libéral… ou d’utiliser l’élan de la prochaine vague électorale pour finalement viser la souveraineté du Québec. À cet effet, je souscris entièrement à ces propos de Louis Bernard :

La voie que je préconise est la suivante. Le PQ devrait utiliser les quatre prochaines années à préparer le terrain afin que la prochaine élection puisse porter principalement sur la question nationale. Ce travail d’action politique serait confié au Parti lui-même, à ses dirigeants nationaux et locaux, à ses instances régionales et locales et a ses membres et militants – et non pas à l’aile parlementaire qui continuerait à remplir normalement son rôle d’opposition officielle à l’Assemblée nationale.

Le Parti québécois a donc quatre belles années d’opposition devant lui pour faire avancer son projet d’indépendance. Et, en toute sincérité, cette fenêtre de 2014/2015 sera certainement notre dernière chance pour réaliser notre projet national. D’ici là, il faudra tous saisir qu’il est du devoir des militants péquistes de s’assurer que les intérêts politiciens soient relégués au second plan : L’opportunité est historiquement trop capitale pour être négligée. Mais bon, la politique s’élaborant sur le rapport de force, je suis très optimiste quant à l’effet Kahdir sur les prochaines décisions stratégiques que le Parti québécois choisira.

Alors, maintenant, peut-être comprendrez-vous pourquoi j’ai consacré quelques jours pour l’élection de mon politicien préféré. Allez Amir, mon ami, c’est maintenant à ton tour de jouer. Montre au Québec l’étendue de tes talents… et la grandeur de ton âme bienveillante.

Cliquez ici pour voir mes photos de la campagne électorale

Dans la nuit noire tôt ou tard va briller un espoir et germer ta victoire
Françoise Hardy (Paroles de la chanson Contre Vents et marées)

Aucun mots clés
887 visionnements

5 Commentaires

  1. J’ai également pris une pause après les élections, je reprend donc le temps perdu et visite mes blogues préférés… Quel beau billet. Quelle soirée mémorable, quel bon temps nous avons eu au Medley. En fait, je tanguais entre une joie imprévue, une déception de ne pas voir Françoise accompagner Amir et le sentiment de vivre un moment historique. Modeste, mais historique.

    Il ne faudrait pas oublier de signaler le travail de deux femmes extraordinaires: Nadine Beaudoin, celle qui s’est assuré de ficeler une campagne électorale malgré des moyens tellement moins importants que ceux des autres partis. Et Manon Massé pour avoir donné le ton lors de cette soirée électorale en nous rappelant nos racines, les membres, l’engagement-citoyen.

    Bravo à toute l’équipe électorale de Qs Mercier, vous avez fait un travail exceptionnel et prouvé que la « gogauche » pouvait élire un député!

    As-tu lu la lettre de Marc Desnoyers, Vice-président du PQ-Mercier, publiée dans Le Devoir? Pathétique, il me rappelle Reblochon. Heureusement, Paul Cliche lui a répliqué de belle façon. Pour ceux qui n’ont pas lu ces deux billets, vous pouvez les cosulter sur Vigile: http://www.vigile.net/-Amir-Khadir-sera-t-il-blame-par-l-

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: L’insolubilité religieuse

    • Bonjour lutopium. Bon retour et bonne année 2009!
      Durant cette soirée, j’ai eu une pensée pour toi, car j’avais le présentement que tu pouvais y être.
      Oui, j’ai lu cette lettre du fanatique Desnoyers ainsi que la réplique de Paul Cliche… je vais m’en mêler dès aujourd’hui. Merci lutopium de m’avoir aligné sur ce débat.

  2. Vous avez oublié de remercier les « fédéralistes » qui ont voté en masse pour Khadir pour barrer la route au PQ. Mission bien accomplie!

    • Tout comme vous Simeon, je n’ai pas oublié ce fait. Mais bien que j’admette possible l’existence d’un vote stratégique pour QS afin de battre le PQ dans Mercier, ce raisonnement électoral m’apparaît trop tordu et complexe pour l’électeur libéral moyen.

      Toutefois, je conviendrai volontiers avec vous qu’Amir aura certainement fait le plein du vote progressiste anglophone… un vote que nous pouvons facilement affilier au NPD d’ailleurs.

      À croire Simon, que la vision progressiste (et souverainiste) d’Amir Khadir attire finalement la gauche fédéraliste vers nos idées. Ici, ce n’est pas l’actuel PQ qui pourrait en faire autant.

  3. Salut et bonne année à toi également. Oh que si, j’y étais… Si tu as une photo sur laquelle on voit tous les candidats invités sur la scène lors du discours d’Amir, tu m’y apercevras à l’extrême gauche (…)

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: Le messie

Laisser un commentaire