Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 14 octobre 2008 dans Politique nationale

Gonflé à bloc

élection au Québec

Bien qu’endeuillé par la mort de ma grand-mère, je retrouve ce matin la force de vous écrire un petit mot avant d’aller donner une journée militante au Bloc Québécois. Oui, comme vous le savez, aujourd’hui c’est le jour J. Or au nom de tous nos ancêtres, de tous ceux qui ont contribué à construire la société Québécoise, il est important de continuer le combat démocratique pour notre indépendance politique.

Il est vrai, étant confiné à être minoritaire dans l’ordre canadian, le Bloc Québécois est une formation défensive ; mais oh combien nécessaire pour affirmer notre existence politique. Certains valets du système canadian affirmeront qu’il est « inutile » d’élire un parti si ce dernier ne peut accéder au pouvoir. Le raisonnement de ces derniers est corrompu par leurs intérêts personnels à représenter le pouvoir. Collectivement, pourquoi devrions-nous nous dissoudre dans la culture d’une autre nation quand nous pouvons demeurer intègres à ce que nous sommes ? Car oui, par sa simple présence, par le jeu des alliances circonstancielles que peut susciter un gouvernement minoritaire, les partis d’oppositions ont une influence certaine…. d’autant plus quand le parti en question détient 2/3 des sièges au Québec depuis plus de 18 ans.

Bien sûr, il s’avère maintenant que le Bloc québécois «bloque» la formation d’un gouvernement majoritaire au Canada. Mais justement, non seulement il en va de notre avenir à bloquer le projet réformiste des néoconservateurs au Québec, mais ne voilà- t-’il pas justement, le signe que les deux nations fondatrices du Canada s’empêchent mutuellement d’avancer vers leur volonté respective. Or, il serait peut-être temps de revoir les termes de notre mariage forcé.

En ces temps où l’idéal souverainiste a été mis en veilleuse (par le PQ), il est important de maintenir actif le flambeau de notre vitalité nationale… cet espoir d’auto-détermination et de liberté. Et qui sait, peut-être qu’une forte majorité accordée au Bloc génèrera un nouvel élan au projet national du Québec.

Pour ma part, je m’en vais derechef voter pour mon candidat, Gilles Duceppe (une 6e fois dans ma vie). Ensuite, je partirai dans Ahuntsic épauler la talentueuse Maria Mourani. Je suis particulièrement fébrile pour ma copine Chantale qui risque de battre le ministre Blackburn dans Alma/Jonquière. Puis, comme vous vous en doutez, je fantasme à l’idée que Vivian Barbot résiste à l’aristocrate fendant dans Papineau—Saint-Michel. Bien sûr, mon petit velours de la soirée sera de voir l’arrogance de Michael Fortier mordre la poussière.

Alors à demain. Dans l’espoir que nous aurons résisté à l’envahisseur… voire mieux encore, fait un pas en direction de notre libération.

Image de prévisualisation YouTubeVoir la deuxième publicité télé pour le Bloc Québécois

Je préfère voir des députés debout dans l’opposition qu’à genoux au pouvoir

– Gilles Duceppe

Aucun mots clés
614 visionnements

3 Commentaires

  1. On va espérer, en tout cas, que les Conservateurs n’entreront pas majoritaires ! Par la même occasion, mes sympathies pour ta grand-mère ! 🙁

    Alex| lire ici le dernier article de son blogue: Dernier billet de campagne électorale

  2. Deux peuples se bloquent l’un l’autre. Majorité bloquiste au Québec, conservatrice dans le ROC. Pour combien de temps encore ?

  3. Il faut continuer à souffler sur la braise de solidarité qui a allumé le Québec pendant cette campagne. Certains diront que la fierté québécoise se tient autour du 40%. Je leur dit qu’en comptant les abstentionnistes et en regardant le vote français, la passion d’un pays est encore bien vivante. Un peu engourdie par le lavage de cerveaux mais bien vivante.

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: lutopium déménage

Laisser un commentaire