Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 1 septembre 2012 dans Bloc Québécois, Politique nationale

Message d’intérêt national à M. Duceppe

Gilles Duceppe

Cher M. Duceppe,

Étant du Plateau-Mont-Royal, j’ai toujours eu l’honneur de voter pour vous et le Bloc Québécois. Il est vrai que vous étiez plus qu’un député, mais un chef de parti, voire carrément notre ambassadeur souverainiste au Canada anglais. Si bien qu’à chacune des élections fédérales depuis 1993, j’ai été militant dans votre organisation. Ce n’est qu’en devenant conseiller municipal que j’ai osé vous parler pour une première fois. Mais aujourd’hui, c’est à titre de militant indépendantiste que je m’adresse à vous.

En effet, je vous ai vu cette semaine sur l’avenue du Mont-Royal accompagner le candidat du Parti québécois dans Mercier, M. Jean Poirier. Manifestement, après vous en être durement pris au député Amir Khadir en début de campagne, vous êtes passé de la parole aux actes en promouvant le retour du PQ dans notre quartier. Que vous appuyiez les candidats de votre choix, c’est votre droit le plus fondamental. Mais j’aimerais tout de même que vous considériez l’importance stratégique de maintenir les sièges des deux autres partis souverainistes à l’Assemblée nationale, à commencer par celui d’Amir Khadir.

Bien sûr, la dernière vague orange du 2 mai 2011 aura affaibli le Québec. Bien sûr, nous avons tous alors été sonnés par votre défaite; Amir le premier. Vous le responsabilisez personnellement d’avoir voté contre vous, soit-il. Mais dans ce cas, le contraire est aussi vrai. Il faudrait aussi blâmer le Bloc québécois d’appuyer unilatéralement le PQ alors qu’il pourrait rassembler l’ensemble des souverainistes. Dans un même ordre d’idées, le PQ ne pourra redémarrer le mouvement souverainiste sans préalablement coaliser l’ensemble des souverainistes. Plutôt que de mettre ses énergies à combattre l’inexorable évolution de Québec solidaire et d’Option nationale, le PQ devrait plutôt les considérer d’emblée comme des alliés et leur laisser un espace afin de globalement élargir l’appui démocratique à l’option souverainiste. À contrario, les fédéralistes ont eu l’intelligence de créer la CAQ pour défendre la politique constitutionnelle d’un PLQ usé et ainsi décupler leur bassin électoral.

Il faut cesser d’agir en partisan et réfléchir dans l’intérêt du pays à faire. Autant Québec solidaire amène de nouveaux citoyens vers l’option souverainiste avec ses projets de société, autant Option national a le mérite de ramener l’indépendance au cœur du débat. Voilà qui réactive l’implication des citoyens en politique, voilà qui mobilise la nouvelle génération. Le PQ devrait arrêter de combattre la source même de cet éveil que nous attendions depuis longtemps, et doit plutôt user de leadership pour initier une coalition dans notre intérêt national.

Il est malheureux que le front uni n’ait pas fonctionné, d’autant plus que le PQ risque d’être minoritaire à cause de cette faillite. Et bien même si le PQ se faufile majoritaire à cause du mode de scrutin archaïque, à 35%, il ne pourra pas moralement instiguer un référendum et sera de surcroit maintenu sur la défensive. Toutefois avec la présence de QS et ON à l’Assemblée nationale, nous serions virtuellement à près de 50% ensemble, et donc justifiés d’avancer vers l’indépendance.

Si nous jouons bien nos cartes et travaillons conjointement, la prochaine élection fédérale sera caduque, car il en sera fini pour nous du NPD et du Canada. D’ici là, je paraphraserai Jean-François Lisée, en qui plusieurs de nous portent beaucoup d’espoir: «Mon objectif est d’avoir Gilles Duceppe et Amir Khadir sur le comité du oui».

Et c’est d’ailleurs pourquoi je voterai pour le co-porte-parole de Québec solidaire dans Mercier.

En tout respect, M. Duceppe, et à très bientôt. Cette élection ne sera vraisemblablement qu’une grande pratique générale.

René Levesque par Marie-Josée Hudon

Amir Khadir et Jean Poirier, ensemble pour le pays à faire

Aucun mots clés
772 visionnements

Laisser un commentaire