Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 9 août 2009 dans Entomologie

Une guerre à finir (contre les mites alimentaires)

mites_alimentaires

Un piège à phéromone est un excellent outil pour recenser le niveau d’infestation de la pyrale dans une zone donnée. Dur à croire que seuls les mâles s’y font prendre… c’est vraiment à se demander d’ailleurs où sont les femelles ?

Comme pour ce qui est d’Azazel dans le film Fallen, il vaut mieux ignorer son nom sous peine d’avoir affaire à lui. Cependant, peut-être reconnaitrez-vous tout de même le parasite dont il en question. Je parle ici de la pyrale indienne de la farine.

Dans les faits, il s’agit d’un petit papillon apparemment anodin. Il n’est pas dangereux pour la santé physique… sauf peut-être pour la santé mentale (comme l’exprime si bien cet amusant article, on peut frôler la crise de nerfs).

À ses premières apparitions dans votre cuisine, vous penserez à des simples papillons de nuit égarés (le vol brouillon de ce petit papillon terne, voire, son insouciance du danger, tendent à suggérer qu’il est aveugle ou complètement stupide). Mais ce que vous ne savez pas, c’est qu’au moment où vous commencez à les voir, vous êtes depuis longtemps infesté par ses chenilles.

Alors, ce sera à votre tour d’être sur la ligne de front afin de faire reculer l’ennemi hors du territoire humain. Et croyez-moi, il est oh combien difficile de se débarrasser de la pyrale lorsqu’elle est entrée dans votre logement. Une fois qu’elle est installée avec armes, bagages et chenilles, elle squattera volontiers votre logement le restant de votre vie.

En effet, la pyrale est un parasite des plus tenaces à éliminer. Elle se reproduit à un rythme effréné et plus discrètement qu’elle n’y paraît.

Afin de mieux combattre l’ennemi, apprenons à le connaitre

Normalement, c’est dans les placards qu’elles élisent domicile et s’en débarrasser demande de la méthode et de la patience. Cela requiert également de prendre de nouvelles habitudes en matière de conservation d’aliments. Nous allons découvrir des moyens relativement simples et très efficaces pour venir à bout des mites alimentaires qui envahissent notre cuisine.

les quatre phases du cycle de la pyrale (de la farine indienne)

les quatre phases du cycle de la pyrale (de la farine indienne)

La pyrale indienne de la farine se nourrit d’une variété impressionnante d’aliments (céréales, lait en poudre, biscuits, farine, etc.). Elle serait particulièrement friande de figues et d’autres fruits séchés, de piments rouges séchés, de noix ou de chocolat qui en contient. Des larves s’en seraient même déjà prises à des pommes et des poires fraîches dans un entrepôt.

Moyens de prévention

Évitez de laisser la moulée pour chiens ou les graines pour oiseaux à la portée de ces insectes. Essayez de vérifier si les écureuils cachent des noix à l’intérieur. Il est préférable d’utiliser des contenants de plastique hermétiques ou en verre avec un couvercle muni d’une bande de caoutchouc pour conserver tous les aliments. Il faut bien les laver avant d’y insérer les aliments. Inspectez régulièrement le contenu du garde-manger, car ces insectes produisent beaucoup d’œufs et leur développement peut s’effectuer sur une courte période. De plus, la pyrale de la farine est attirée par les aliments moisis. Essuyez fréquemment les étagères et passez l’aspirateur. Inspectez l’arrière des bibliothèques, les contours des plafonds ou les fissures du placard pour repérer les cocons. Installez des moustiquaires pour éviter l’introduction des papillons et colmatez les fissures pour ne pas qu’elles abritent de cocons ou de miettes (dans le garde-manger).

Comment éradiquer définitivement la pyrale de votre cuisine ?

Un autre moyen très efficace de lutter contre la pyrale est le piège à phéromones. Ils peuvent durer jusqu’à six semaines et sont sans danger pour l’homme. Les pièges à phéromones se sont révélés très efficaces pour détecter la présence de cet insecte (ou pour vérifier s’il est toujours présent). Il s’agit d’une substance odorante émise par le papillon quand il cherche à s’accoupler. Les mâles sont ainsi attirés et pris au piège, car celui-ci est imprégné d’une sorte de colle. Subséquemment, les femelles éprouvent de la difficulté à être fécondées. Toutefois, puisque les femelles ne sont pas attirées par leur propre phéromone, soyez vigilant à tuer ces dernières (manuellement) afin d’augmenter votre taux d’efficacité. N’oubliez pas, une seule femelle fécondée et le cycle peut repartir.

Méthodes de contrôle

Lorsqu’on aperçoit un de ces papillons, il faut tout d’abord trouver le ou les foyers d’infestation. Il s’agit habituellement d’un sac qui n’a pas été utilisé récemment. On y découvre quelques chenilles ou de petits fils de soie mêlées ou non à des excréments. Si votre seuil de tolérance est dépassé, vous serez tentés de mettre les aliments infestés dans un sac à ordures et de les sortir rapidement de votre demeure pour vous en débarrasser. Il est toutefois préférable de les exposer à des températures extrêmes en les congelant pendant quelques jours ou en les cuisant au four afin d’être certains que ces insectes ne se retrouveront plus dans l’environnement. Parfois le problème sera réglé après cette étape, mais il faudra demeurer encore plus vigilant dans les jours et les semaines à venir au cas où l’infestation ne serait pas contrôlée. Dans certains cas, les aliments qui n’étaient que légèrement infestés peuvent être conservés si vous les exposez à ces températures extrêmes. Dans d’autres cas, une telle pratique est déconseillée, car la présence des insectes dans les aliments favoriserait la production de toxines dangereuses, produites par des champignons microscopiques, qui ne seraient pas détruites par la chaleur.

Il n’est jamais recommandé d’utiliser des pesticides sur des surfaces situées près des aliments. Il faut bien s’y connaître pour ne pas provoquer d’incidents fâcheux. L’emploi de la terre de diatomée sera plutôt préférable. En se frottant à cette poudre à base de silice, les chenilles égratigneront leur enveloppe externe et mourront par déshydratation.

Croyances populaires

Comme je l’explique dans cet article de mon blogue, la génération spontanée n’existe pas. Les insectes n’apparaissent jamais par magie dans des endroits mal entretenus. Qu’une larve (ou chenille) soit aperçue dans un pot de denrée alimentaire ou qu’un adulte vole dans une pièce, ils proviennent toujours, à l’origine, d’un œuf pondu par une femelle adulte. L’œuf est tellement petit qu’on ne le remarque pas; de plus, il n’aura pas nécessairement été pondu dans la demeure où il aura été trouvé.

Les chenilles, petites ou grandes, constituent toujours des insectes immatures. Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, elles se transforment bel et bien toutes en papillons (à moins qu’elles ne meurent avant).

Les gens pensent souvent qu’ils achètent des produits certifiés exempts d’insectes. Dans les faits, pour qu’une cargaison importée soit refusée, il faut, après en avoir inspecté minutieusement des échantillons, ne pas avoir observé plus d’un certain nombre de particules d’insectes. Ces dernières peuvent donc se retrouver à l’occasion dans nos dattes, nos épices ou dans notre farine sans que la situation ne soit exceptionnelle.

Soyez brave et bonne chance camarade. Que la force soit avec vous.

Aucun mots clés
2 538 visionnements

Laisser un commentaire