Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 21 novembre 2008 dans Politique nationale

Solidairement, pour une réforme des forces souverainistes au Québec

Québec solidaire

Je prédis une percée électorale pour Québec solidaire

À ceux qui connaissent vraiment mes idées politiques, vous ne serez pas surpris de l’issu de mon vote. Alors, voilà, après plusieurs tergiversations, je branche ma voix sur Québec solidaire. Mais aujourd’hui, si j’appuie ouvertement cette jeune formation politique, ce sera tout de même avec une certaine réserve.

Voyez-vous, bien que je sois fondamentalement écologiste et antilibéral, ma priorité au niveau québécois demeure l’indépendance nationale. En effet, il est bien beau d’imaginer un monde meilleur, mais encore faudrait-il se donner les moyens politiques de pouvoir changer quoi que ce soit. En ce sens, si le Parti québécois était sérieux dans son objectif d’atteindre sa mission historique, je serais encore militant dans ses rangs. Alors, au risque de choquer les partisans des deux partis en question, je me considère encore comme un péquiste dissident.

Par ailleurs, dans un contexte où vraisemblablement s’annonce un prolongement de cinq années du régime libéral au Québec, de Suroît majoritaire, il est impératif de préparer une opposition dynamique. Alors, autant que ce soit pour l’oxygénation du débat démocratique que pour une relance du mouvement souverainiste, l’introduction des porte-paroles de Québec solidaire à l’Assemblée nationale m’apparait impérative. De la sorte, ma missive s’adressera particulièrement  aux électeurs  des comtés de Mercier et Gouin. Pour les autres circonscriptions, je laisserai à votre jugement  de trouver l’expression appropriée à travers ce système électoral désuet.

Les grandes lignes de mon argumentaire ayant été introduites, je vous expliquerai davantage leur fondement dans mon prochain article. D’ici là, je mets officiellement mes énergies militantes au service de l’élection d’Amir Khadir dans Mercier.

Le problème crucial de notre temps est engendré par la stagnation des théories politiques à une époque de progrès technologiques
– Cyril Northcote Parkinson

Québec solidaire

Image de prévisualisation YouTubePoint d’Amir sur la Santé
Image de prévisualisation YouTubePoint d’Amir sur l’environnement
Image de prévisualisation YouTubePoint d’Amir sur le Coût de la vie
Image de prévisualisation YouTubePoint d’Amir sur la crise financière
Image de prévisualisation YouTubePoint d’Amir sur la souveraineté du Québec
Aucun mots clés
1 114 visionnements

20 Commentaires

  1. Je respecte beaucoup Amir Khadir. Celui-ci devrait être le seul chef de cette formation, qui aurait avantage à laisser tomber son discours féminisant pour plutôt se connecter avec les femmes d’aujourd’hui, qui sont plus respectueuses des hommes.

  2. @ Louis-Philippe : le discours de QS m’apparait respectueux des hommes… pourquoi as-tu l’impression que ce n’est pas le cas?
    btw, j’ai vu que tu écris sur le blogue de Journet…. abandonne, il n’y a rien à faire avec eux 😉

    @ Carl : je me doutais bien que tu aurais une position tranchée-mais-pas-tant-que-ça. Je me rappelle bien de nos débats. Tu regarderas les sondages dans la presse demain, tu risques d’être content!

    Anne-Marie Provost| lire ici le dernier article de son blogue: On me tord le bras

  3. Québec Solidaire est un parti sexiste, qui choisit ses candidats en fonction du sexe plutôt que de leurs compétences. Je refuse d’appuyer un parti sexiste, car l’égalité des sexes fait partie de mes convictions profondes et le féminisme à la sauve de Françoise David discrimine les hommes en imposant un quota de candidatEs.

    J’aimais bien l’UFP, et auparavant j’étais membre du PDS. S’allier avec Françoise David était une bien mauvaise idée, et tant que cette vieille gribiche sera là QS continuera d’être un parti marginal.

    Les hommes de ma génération ne voteront JAMAIS pour un parti qui les discrimine systématiquement. Je crois que nous devrions rejeter le sexisme de Québec Solidaire.

  4. Un parti sexiste? Tiens, tu m’apprend que le parti dans lequel je milite depuis 2 ans est uniquement féministe. Heureusement que des gens comme toi sont là pour propager la bonne nouvelle.
    Au risque de te décevoir, nous sommes également constitué d’une foule d’environnementalistes, d’économistes de gauche, de gens du milieu communautaire/psycho-social, de gens qui militent au FRAPRU, de gens en urbanisme social, de personnes qui militent dans le milieu de l’éducation au niveau syndical et étudiant, de personnes qui travaillent avec les minorités culturelles, d’enseignants, de chercheurs, d’artistes, de machinistes, de simple profane, de mésadaptés, name it. C’est tous des gens qui, à la base, dénoncent certaines injustices et le féminisme est inclus là-dedans. En fait, c’est juste trop ironique. Si tu regardes la plate-forme de QS et si tu regardes les topos médias sur le site, c’est loin d’être le féminisme qui est mis en première ligne et que je sache, nous ne pronons pas la castration universelle (nyway, j’aime trop baiser pour ça).

    De 2, Françoise David est loin d’être une 2 de pique qu’on agite comme une jolie marionnette uniquement parce qu’il faut une femme. Elle a un long passée de militante active, elle est compétente dans ce qu’elle fait, elle sait débattre et aligner des idées une après l’autre et plusieurs le pense également (à ce sujet je t’invite à consulter ce que certaines personnalités disent d’elle dans des vidéos sur sa page sur le site). Et je rajouterai que si elle était si poche, elle n’aurait pas été 2e dans Gouin avec 3000 voix de différence de la 1ère place, ce dont les verts, entre autre, ne peuvent pas se targuer. De mon point de vue personnel, le charisme d’Amir Khadir me rejoint plus et j’aimerai qu’il soit plus mis de l’avant, mais je vis bien avec le fait qu’on valorise aussi Françoise David. De toute façon, c’est surement Amir qui risque de gagner une circonscription advenant une victoire de QS dans un comté le 8, donc ça rétabliera l’équilibre. Et à mon avis, les 2 vont chercher à leur façon une certaine catégorie de la population qui ne se recoupe pas vraiment. Et btw, je ne peux qu’applaudir le fait de se sortir de la logique de marde et autoritariste d’un seul « chef » qui symbolise-dont-bien-le-fait-que-je-doive-canaliser-le-fait-que-je-suis-minable-dans-quelqu’un. La politique ne doit pas être une affaire de leader charismatiques qui nous fourrent tout bord tout côté et qui ne nous impliquent pas dans leur processus décisionnel parce qu’ils savent-dont-ben-mieux-que-moi-de-quoi-ils-parlent, mais un système participatif et inclusif axé sur la réalité des gens.

    Pour ce qui est du rôle des femmes dans le parti, j’ai rarement vu des hommes être brimés par ça. On essait d’allier le plus possible compétence et sexe quand on se retrouve dans une zone grise, et au fondement on garde en tête que les femmes doivent avoir leur place. Après plusieurs centaines d’années de valorisation masculine en politique, je trouve ça normal d’essayer d’être plus inclusif. Et puis, si tu regardes un peu en faisant des recherches tu te rendras compte que les femmes sont encore en situation d’injustices sur certains aspects, qu’on pense à l’accessiblité de l’avortement, à leur proportion dans le % des gens qui sont touchés par la précarité d’emploi, à la violence conjugale, à la confination dans un rôle-type (dont les hommes sont également victimes, c’est clair), etc.

    Et je rajouterai que je te trouve bien prophétique d’être capable de parler au nom des hommes de ta génération. Fais-moi part de tes analyses empiriques sur la question, je suis impatiente de les lire.

    ps : tsé, je m’énerve un peu, mais j’ai bu de la bière et c’est marrant 🙂

    Anne-Marie Provost| lire ici le dernier article de son blogue: On me tord le bras

  5. Tu peux dire ce que tu veux, mais un parti qui choisit ses candidats en fonction du sexe plutôt que de leur compétence est un parti sexiste. Québec Solidaire est un parti sexiste, et je crois en l’égalité des sexes donc forcément je ne voterais pas pour Québec Solidaire.

  6. Bonjour Carl, d’abord félicitation pour ton infographie! J’aurais des leçon a prendre.

    Il y a un point qui me gêne dans la politique de Québec Solidaire, c’est qu’ils refusent le principe d’augmentation des taxes, notamment sur l’essence, rappelles-toi Françoise David lors de la période du baril à 150$. QS oppose une taxation au « grosses compagnies », pétrolières par exemple.

    Dans ce dossier, je dois dire que je suis plus proche de la taxe verte à la Stéphane Dion, car c’est l’expression d’un certain courage politique. La sacro-sainte bagnole ne pourra qu’augmenter son emprise sur notre société si on ne la rend pas plus inaccessible. Le parallèle avec les armes est évident.

    Je pense qu’on a le devoir moral de taxer l’essence, y compris pour les particuliers, pour financer les commissions scolaires et les hôpitaux. Mais le principe même de taxe est vu d’un oeil méfiant ici. C’est malheureusement un héritage du Reaganisme, je suis plus riche si je paye moins d’impôts…
    Et ça nécessite un réel courage politique pour en imposer.

  7. @ L-P L : Si je comprend bien, ton objectif sur le web est de spammer les billets des autres sans argumenter?
    Ou bien faut-il aller faire la groupie sur ton blogue pour que tu daignes répondre plus que 3 lignes?

    Anne-Marie Provost| lire ici le dernier article de son blogue: On me tord le bras

  8. Tiens, parlant de Françoise David, il y a justement Pierre Foglia qui y a consacré sa chronique aujourd’hui.

    Bonjour, je suis Françoise David, de Québec solidaire
    Pierre Foglia
    La Presse

    Françoise David venait d’aller donner des entrevues à Radio-Canada, dont les studios sont à Ottawa. Nous étions revenus dans Hull, nous attendions que le feu passe au vert au coin Saint-Rédempteur et Des Allumettières, à côté d’une énorme bétonnière. Penché à la fenêtre, le chauffeur de la bétonnière fait signe à Françoise de baisser sa vitre et, par-dessus le bruit du moteur :

    Bonjour madame David ! Je viens de vous entendre à la radio. C’était très bien. Y auraient dû vous inviter au débat des chefs. C’est plate, y a pas de candidat de Québec solidaire dans mon comté… J’aurais voté pour vous.

    Quel comté?

    Gatineau.

    Mais si, y en a un…

    Rose de bonheur, qu’elle était, Françoise David. Mettons que Québec solidaire aurait des sous pour de la pub à télé et qu’ils auraient imaginé un clip comme celui-là, j’eusse été le premier à me moquer: hé, hé, pousse pas, Françoise !

    Comme on dit, ça fait du bien quand ça passe, mais ça ne passe pas souvent! On était loin de la foule en délire, mercredi matin, à 7h30, au parking de l’hôpital des Vallées de l’Outaouais. C’était le changement de quart des infirmières. Était-ce le vent glacial? L’accueil m’a semblé plutôt froid.

    Bonjour, je suis Françoise David, de Québec solidaire. Bonne chance, répondaient brièvement les employés qui sortaient du parking. Françoise les accompagnait quelques pas en leur tendant son dépliant. Bonjour, je suis Françoise David, de Québec solidaire. Okéééé, fait un monsieur qui n’a visiblement aucune idée de qui elle est. Il met le déliant dans sa poche, visiblement déçu que ce ne soit pas pour annoncer l’ouverture d’un nouveau restaurant chinois.

    Bonjour, je suis Françoise David, de Québec solidaire. Oui, oui, jé vous réconné, sourit une grosse dame haïtienne. Une autre Haïtienne, tout de suite après : Mme David! je vous ai vue à la télé, mais je n’ai pas le droit de voter, je ne suis pas encore résidente permanente.

    J’ai voté pour vous la dernière fois, dit un monsieur. Savez-vous pourquoi? Les trois semaines de congé payé que vous proposez dans votre programme.

    Après l’hôpital, on est allés distribuer d’autres dépliants devant la Promenade du Portage, où sont regroupés les bureaux des fonctionnaires fédéraux. À l’arrêt d’autobus, un jeune homme cravaté accueille chaleureusement Françoise : Je regrette tellement que vous ne soyez pas invitée au débat des chefs. Je l’accroche un peu plus loin : Voterez-vous Québec solidaire?

    Ah! Ça, c’est une autre histoire!

    Un monsieur s’avance, la main tendue : Bonjour, madame David, soyez la bienvenue en Outaouais. Un militaire bourru refuse le dépliant: Ça ne me concerne pas! Ce en quoi il se trompe. Dans les engagements électoraux de QS, trois articles pour promouvoir la paix, dont celui-ci : interdire le recrutement pour les Forces armées dans les écoles.

    Nous sommes accompagnés bien sûr du candidat local de Québec solidaire, Bill Clennett – 10 % aux dernières partielles. Personnage fascinant. J’y reviendrai dans une autre chronique. Pour l’instant, mon sujet d’observation, mon unique bibite, dirait l’entomologiste, c’est Françoise, juste Françoise.

    Comment se débrouille-t-elle? J’ai envie d’employer un mot scout: vaillante! On devine qu’elle n’a pas fait ce trottoir-là si souvent. Avec sa gang de filles, oui. Mais ce racolage au ras des pâquerettes? Ce rentre-dedans individuel ? Bonjour, je suis Françoise David, de Québec solidaire. Vaillante, voilà. Volontariste. Un peu carrée. Comme un scout qui allumerait son feu en prétendant enflammer les grosses bûches d’entrée, la santé, l’éducation, une fiscalité équitable, tiens toé. Me semble qu’elle n’y met pas assez de petit bois, pas assez de menues brindilles…

    On a passé deux heures à l’Université du Québec, un petit stand improvisé près de la cafétéria qui n’a pas attiré 10 étudiants. Pas cinq. Pas trois, en fait. Françoise a donné une entrevue pour la radio étudiante à un animateur qui venait manifestement d’apprendre son nom et celui de son parti, elle a fait le tour des tables à la cafétéria. Ces deux-là, tiens : Ah, vous êtes dans la politique ? Vous êtes pas menteurs, vous, au moins ? Pas voleurs ? Ce niveau-là.

    Vers la fin de l’après-midi, visite du Gîte L’Ami, un centre d’hébergement pour sans-abri tenu par des gens admirables qui prennent soin d’une clientèle, on s’en doute, très déconnectée. Était-ce bien nécessaire de faire le tour des tables ? Bonjour, je suis Françoise David, de Québec solidaire. Question de l’itinérant: C’est quoi, ça? Le Bloc pot?

    Le lendemain, à l’heure du midi, visite à la Résidence de l’Île, sa première résidence de vieux de la campagne électorale. À sa place je n’en ferais pas d’autre. Elle n’en convaincra pas un sur 100 000.

    Hein? Qu’est-ce que vous dites?

    Allez savoir s’ils sont sourds ou s’ils ne veulent pas entendre. Un vieux monsieur pourtant, seul à sa table: Vous, là, madame David, je vous aime parce que vous n’êtes pas agressive. Le début d’un échange intéressant? Même pas. Rien qu’une marotte: la politique, c’est toujours des maudites chicanes. Il est prêt à voter pour n’importe qui qui propose n’importe quoi sans chicaner.

    Vous ai-je déjà dit qu’un jour je vais me retrouver dans un de ces endroits, non plus comme journaliste, mais comme pensionnaire et que je vais très certainement y devenir tueur en série?

    J’ai déjà entendu mon ami Amir, et Françoise aussi, sinon se plaindre des journalistes, regretter que la presse en général n’accorde pas à Québec solidaire l’attention que leur parti mérite.

    C’est sans doute vrai en dehors des campagnes électorales ; ce n’est pas du tout ce que j’ai constaté sur le terrain durant cette mini-tournée en Outaouais. Françoise a donné 223 entrevues en une journée et demie, dont deux à Radio-Canada, une en direct à la radio et une à la télé.

    Elle a aussi été reçue par l’équipe éditoriale du Droit. L’excellent compte rendu de cette rencontre occupait toute la page 2 le lendemain, illustré d’une superbe photo sur trois colonnes, photo sur laquelle Françoise ressemble d’ailleurs à Amir, ma fiancée vient de me le faire observer : hé, elle ressemble à Amir là-dessus, c’est exprès pour pogner?

    Même l’éditorial du Droit, sous un titre qui s’annonçait pourtant varlopant – «Confusion à gauche» – conseille au parti libéral d’emprunter à Québec solidaire son idée de Pharma-Québec (production et distribution étatisées de médicaments), éditorial qui se concluait ainsi : Québec solidaire peut contribuer de belle façon au débat public en offrant ses idées aux partis au pouvoir. Cela sous la plume d’un éditorialiste – Pierre Jury – qui n’est pas connu pour ses sympathies de gauche.

    Je ne dis pas que ce n’est pas mérité. Je dis que c’est inespéré. Pour les consoler de leur absence du débat des chefs? Peut-être. Une absence, si ça continue, qui va finir par faire aussi grand tapage que l’eût fait leur présence.

    Deux fois, au cours de cette tournée, Françoise a été reçue par des groupes communautaires, une fois par ceux appartenant au réseau de l’itinérance, l’autre fois au centre Jules-Desbiens. Elle s’est assise à une table hétéroclite composée d’intervenants en toxicomanie, famille, handicapés, mourants, logements sociaux, douleur chronique, etc.

    Vous rappeler, même si ce n’est pas mon sujet ici, que le communautaire, ce sont ces gens qui, dans des conditions de précarité presque égales à celles de leur «clientèle», suppléent de plus en plus à la désaffection de l’État pour le «social».

    C’est justement ce dont ils ont plein le cul : suppléer, seulement suppléer. Offrir, à bien meilleur coût, bien sûr, les ressources que l’État n’offre plus. Ils ne sont pas venus au communautaire pour verser dans la bienfaisance, ils sont venus au communautaire par goût de l’action politique, pour agir en amont des problèmes.

    Ce n’est pas aux libéraux, ni aux péquistes, ni aux verts qu’ils peuvent expliquer ça. À Françoise David, ils n’ont rien à expliquer. C’était absolument fascinant et même émouvant de les entendre échanger avec Françoise.

    Il y a donc tous ces gens qui traitent Françoise et Amir de pelleteux de nuages et il y a ces autres gens, de terrain – j’insiste : DE TERRAIN – pour lesquels Amir et Françoise incarnent un idéal citoyen.

    Je vais terminer là-dessus : pour ces gens (et, le dirai-je, pour moi aussi), il importe assez peu qu’Amir et Françoise soient battus le 8 décembre. Il importe assez peu que Québec solidaire obtienne moins de 5% des votes.

    Ce qui importe, c’est qu’on entende encore leur voix après le 8 décembre. Pauvres ou riches, de droite ou de gauche, nous avons tous besoin de cette pensée critique, de ce minimum (même très minimum à moins de 5%) de décence.

  9. L’ennui est de savoir si un vote pour Québec Solidaire sera interprété comme plus indépendantiste qu’un vote pour le PQ. Autrement dit, une diminution de votes au PQ au profit de QS sera-t-elle interprétée par la direction du PQ comme une perte d’élément radical? Ou au contraire, ils (les dirigeants du PQ) se diront que QS est moins souverainiste qu’eux et qu’il faut encore qu’ils soient moins souverainistes. C’est un dilemme lorsqu’on hésite entre ces 2 partis et qu’aucun candidat indépendantiste plus radical se présente dans son comté. Je ne suis pas encore décidé. Malgré que le fait que la candidate de QS dans mon comté ait été candidate du Bloc penche en sa faveur.

    Maintenant, de cette élection rien d’intéressant ne risque de se produire au niveau national. Espérons, une victoire de Kadhir dans Mercier. Françoise David aura la partie moins facile si l’on se fie aux résultats des dernières élection. Peut-être pourquoi pas une de VLB même si je rêve un peu.

  10. Tiens, nous sommes encore une fois sur la même longueur d’ondes. Ta solidarité est surprenante et rafraîchissante. Je me demande comment les gens de vigile réagiront à cette nouvelle!

    lutopium| lire ici le dernier article de son blogue: Solidaires, toujours solidaires…

  11. Si vous êtes véritablement souverainiste, il n’y a qu’une seule option : voter pour le Parti Québécois. Vous savez très bien que si les appuis au PQ diminuent, ça démotive les troupes souverainistes et ça fait plaisir à nos adversaires fédéralistes, ça leur redonne du torque. Diviser le vote souverainiste en votant pour QS, c’est la pire chose à faire si on veut véritablement faire l’indépendance.

    Surtout dans Mercier : le député Daniel Turp est un des meilleurs députés péquistes. Il a rédigé le projet de Constitution du Québec souverrain ainsi que le manifeste sur la souveraineté. C’est pas assez souverainiste à votre goût ça? Amir Khadir, il a fait quoi pour l’indépendance lui??? Même qui si on devient indépendant, il ne faudrait surtout pas que cet énergumène soit élu et aille dire aux Américains qu’ils sont de gros méchants impérialistes qui sont responsables de la mort de 3000 civils innocents lors du 11 septembre…

    Et que dire du fait que QS présente des candidats fédéralistes???? Bill Clenett, c’est un fédéraliste!!!!! Et QS se prétend souverainiste????

    Un vote pour le PQ, c’est un vote pour l’indépendance. Un vote pour QS, c’est un vote qui renforce le fédéralisme canadien.

  12. Le Parti Québécois de Marois indépendantiste… hahaha… Sérieusement, vous devriez vous recycler dans l’humour!

    L’indépendance est au Parti Indépendantiste. D’ailleurs, Carl, tu devrais l’ajouter dans tes choix pour le sondage. Le P.I. est le seul parti réellement indépendantiste; ne laisse pas de côté 50% de la population.

    Je suis indépendantiste et social-démocrate, donc doublement opposé au PQ de Marois!

  13. @Ken
    Théoriquement, le Parti québécois peut bien être souverainiste, concrètement dans son plan action, il ne l’est plus. Or ses membres ont beau moralement demeurer des souverainistes, la priorité de ce parti est la gouvernance d’une province canadienne. Pas étonnant, donc, que les militants indépendantistes désertent le PQ. Et le pire, c’est que le PQ ne fait rien pour tenter de rapatrier ses anciens membres… à croire que la direction péquiste ne veut plus s’encombrer des militants.

    Franchement, pour un parti soi-disant souverainiste, il est INNACEPTABLE que ce dernier tolère la fuite des indépendantistes de ce qui devrait être un parti de coalition pour nous rendre au pays. Manifestement, le PQ n’est plus ce parti de coalition, mais bien un groupe d’intérêts politique se servant de l’option souverainiste à des fins électoralistes. Alors Ken, tant que le PQ ne se donne pas d’un réel plan pour remettre notre projet national sur les rails, je ne vois pas pourquoi je servirais encore de caution morale en tant que supporteur.

    Lire ici en complément : Les partis souverainistes se multiplient

    Ensuite, pour le progressiste que je suis, la formation péquiste ne me propose rien de bien ambitieux sur le plan social. À l’exception du « branding » souverainiste et d’une timide volonté à ralentir la politique néolibérale (renouvellement de la social-démocratie), le programme du PQ ressemble beaucoup à celui du PLQ. Alors, cette fois, je voterai avec mon cœur plutôt que de voter utile, j’encouragerai donc un agent de changement plutôt que de m’en remettre « au moins pire qui peut gagner ».

    Ce n’est pas me connaître de suggérer que je ne sois pas vraiment souverainiste.

    D’ailleurs, c’est bien parce que je connais ce parti de l’intérieur, justement, que je juge actuellement inutile d’y militer pour l’indépendance. Durant mon passage au PQ, c’est cette priorité qui motivait mes actions… je reprendrai le flambeau lorsque le PQ me démontrera une réforme de ses structures afin d’accueillir l’ensemble des souverainistes.

    Amir Khadir va rafraichir le débat à l’Assemblée nationale et recentrer la dynamique politique qui glisse inexorablement vers la droite conservatrice au Québec (tiré par l’ADQ). Et surtout, il aidera au PQ à comprendre qu’il ne reviendra jamais au pouvoir sans préalablement coaliser l’ensemble des groupes souverainistes (de gauche à droite).

    Un vote pour le PQ, c’est un vote pour le statu quo. Un vote pour QS dans Mercier, c’est un vote qui encourage la naissance d’une nouvelle voix aux souverainistes. De quoi redynamiser positivement notre option… et faire sortir le PQ de sa turpitude carriériste.

    @Louis. Je viens de rajouter le PI dans les choix du sondage. Désolé, j’avais simplement oublié de le prendre en compte.

  14. Mias, c’est que tu me feras faire ma première manipulation démocratique sur mes sondages de blogue.

  15. Merci Carl… Peux-tu effacer mon vote? J’avais marqué « autre parti… »:)

    Louis-Philippe Lafontaine| lire ici le dernier article de son blogue: Pourquoi je ne voterai jamais Qu??bec Solidaire

  16. Salut Carl!

    J’ai toujours voté PQ depuis que je peux voter… (À part la première fois, j’ai voté ADQ… J’étais moins politisé, et ils ne s’affichaient pas encore comme autonomistes!).

    J’ai lu tes commentaires sur ton blogue, je sais que tu as pris position pour Québec Solidaire, et je comprends et respecte ta décision.

    Il y a 3 partis qui m’intéressent et dont je n’ai toujours pas fait mon choix jusqu’aujourd’hui. Le premier est naturellement le PQ, parce qu’il représente encore et toujours le parti des souverainistes… bien tout récemment, peut-être moins, et c’est ce qui fait que je suis tenté de ne pas voter pour eux… Ils ont mis le projet référendaire dans l’armoire, mais n’ont jamais offert une alternative concrète pour accéder à l’indépendance. Alors pourquoi je gaspillerais mon vote pour un parti qui ne satisfait plus mes aspirations? Je suis tenté de le faire seulement du point de vue stratégique, pour bloquer le Libéral, un peu comme le Bloc contre les Conservateurs, quoi que le Bloc, je n’ai jamais hésité une seconde. Pour moi, au fédéral, c’est la seule alternative, ça va de soi, pour un québécois conscient, que le BQ est le seul parti capable de défendre TOUS nos intérêts à Ottawa.

    Québec Solidaire me tente énormèment je dois dire. Leur projet est clair, ils proposent des choses réalisables et essentielles pour le peuple québécois, ils ont une attention particulière pour le réseau de services publics : stopper la privatisation commencée par Charest et suggérée par Dumont. Ce qui est moins intéressant c’est que le projet d’indépendance et relayé en fond de grille, et devient secondaire dans leur liste de priorités nationales.

    Il y a un 3ème choix, le Parti Indépendantiste. Un parti nouveau, qui propose ce que le parti québécois aurait dû proposer depuis belle lurette, s’il avait un minimum de sérieux dans la réalisation du projet de pays : déclarer l’indépendance unilatéralement par un vote à l’Assemblée Nationale. La pertinence du projet c’est qu’il est déjà établi en fonction de l’accession à un État indépendant, au lieu d’un projet temporaire et provincialiste qui paverait la voie vers l’indépendance. C’est clair, il n’y a pas d’ambiguité possible, pas besoin de jouer avec les mots pour plaire à des indécis, des mous, des gauchistes désintéressés, etc… Le vote pour le parti devient un vote pour l’indépendance, fini l’étapisme.

    Alors pourquoi l’incertitude? Et bien le parti a vécu récemment des chicanes internes. Des personnes ont voulu la tête du chef, Éric Tremblay, l’accusant de vouloir tout contrôler (un peu à la Dumont), de manquer de transparence, etc… Ces personnes ont été relevées de leur fonctions pour avoir intenté un putsch injustifié contre le Chef. Qui dit vrai dans cette histoire, difficile de dire, j’ai suivi les courriels qui se sont envoyés de part et d’autre, et chacun avait des bonnes raisons pour argumenter et défendre leur actions. Ce qui fut le coup décisif de cette histoire, fut la démission de Victor Lévy-Beaulieu du parti. Il n’aura fait parti des candidats qu’une courte durée. Et pourtant, il aurait été un candidat formidable, considérant la lutte intéressante qu’il aurait pu fournir contre Mario Dumont dans Rivière-du-Loup. Pourquoi a-t-il démissionné? Le parti a refusé de concéder à sa demande de réunir un Congrés pour faire la lumière sur cette histoire règler cette bagarre interne, avant d’aller en élection.

    Je trouve ça dommage qu’il y ait déjà des problèmes à l’interne avant même que ce jeune parti soit véritablement sur la scène politique… Mais qu’en sait-on des autres partis? N’ont-ils pas tous traversés des périodes de remise en question, de chicanes internes? Moi j’ai envie de leur donner une chance, parce que c’est les seuls qui priorisent l’indépendance dans leur projet de société…

    Et toi Carl, qui est plus proche du monde politique, tu en penses quoi du Parti Indépendantiste? J’aimerais beaucoup avoir ton opinion là-dessus.

  17. @ Louis-Philippe Lafontaine

    Si rien aucune action n’est entreprise, les hommes seront favorisés par notre système socio-politique. C’est un trait culturel qui existe depuis longtemps. On peut aisément l’observer au sein de tous les partis politiques provinciaux et fédéraux. Le système est donc sexiste en soi, et ne rien faire revient à accepter ce sexisme.

    Les politiques visant davantage d’équité dans les candidatures mènent à corriger un système sexiste. C’est le principe même de la discrimination positive.

    L’exercice de mesures de discrimination positive ne sera plus nécessaire lorsque un jour, spontanément, sans exercer aucune pression d’ajustement, on sera en mesure de faire en sorte de retrouver autant de femmes que d’hommes aux postes décisionnels. D’ici là, les mesures de Qs en matière d’équité sont tout aussi nécessaires que les activités de sensibilisations qui visent à corrigés nos moeurs sexistes.

    Zerg| lire ici le dernier article de son blogue: Le débat des chefs

  18. @ Carlo

    Salut,
    Je partage parfaitement ton compte-rendu… en ce sens, je ne suis pas sûr d’être la meilleure personne pour aider ta réflexion. Pour ma part, puiqu’Amir Khadir (à qui je fais 100% confiance) a vraiment une chance de gagner Mercier, ce fait m’a aidé à prendre ma décision… mais ce n’est pas évident de rompre avec le parti qui nous a amenés à deux doigts du pays. Si bien que je garde l’espoir d’un renouveau au PQ, d’une réforme majeure qui le transformera réellement en parti de coalition.

    Mais pour y arriver, il faudra malheureusement l’obliger à comprendre une nouvelle réalité électorale… et puisque le pouvoir politique se calcule par le rapport de force, je crois que les militants souverainistes doivent aussi se dénombrer à l’extérieur du PQ afin de faire pression sur lui.

    Bon, tu me donnes le gout d’écrire un article sur le sujet là… je vais essayer de trouver du temps

    À plus

  19. Carl me connait bien.

    Il ne peut pas dire que je sois moins (ou plus) progressiste que lui, ni plus (ou moins) souverainiste que lui. Nous sommes cela tout au bout, tous les deux.

    Pourtant, Carl, ton vote me surprend. Et c’est pour ça que je veux en discuter avec toi.

    Je suis aussi loin que toi de l’actuel PQ. Aussi loin, ainsi, sommes nous de notre pays. Je suis d’accord avec ce raisonnement. Mais pas avec la conclusion.

    Car ainsi faut-il se poser la question: allons-nous laisser Charest gouverner de manière majoritaire?

    Il ne s’agit pas de voter pour le PQ. Mais de voter contre les Libéraux.

    J’ai souvent appellé au vote stratégique. Je pense que c’est aujourd’hui, plus que jamais, temps d’y penser.

    Ce n’est rien contre Amir. Au contraire. J’ai milité pour Amir. C’est un homme que je respecte, et pour lequel je n’ai jamais voté contre. J’ai même voté pour l’homme, une fois. Il m’a fallu un autre jour voter pour un autre que lui, mais encore là, ce n’étais pas contre lui. Enfin. L’idée, c’est que ce n’est rien contre l’homme, ni contre le parti.

    Il s’agit d’un pays. Du pays. Nous ne sommes pas souverain, encore. Et c’est ainsi, je pense, qu’il faille réfléchir en ce jour.

    En fonction, d’abord, de ce pays qui ne se fera pas si Charest nous le magane pendant encore 4 autres années.

    Puis, celui qui -vous semblez tous l’oublier- se fera quand le PQ posera des gestes souverains, des gestes de souveraineté. Ne soyons pas démagogiques. Il l’a fait, il continuera à le faire.

    Vous semblez aveuglés par l’abandon du processus référendaire. Pourtant, il ne faut pas se leurrer. Est-ce QS qui nous rapprochera du pays? Le PQ, qui abandonne la souveraineté? Allez, un peu de sérieux. Il abandonne le centre, soit. Mais regardez autour de vous… En ce jour, à part dans Mercier, la gauche, elle existe?

    Le PQ abandonne la souveraineté? Allez, un peu de sérieux. Moultes tares contre le PQ, mais pas celle là. Ce sont les québecois qui abandonnent la souveraineté. Et peut-être, oui, n’en parle-t-il pas assez, mais allez, un peu de sérieux: en parlons-nous plus, nous même? Posons la question de manière correcte: est-ce vraiment la faute au PQ? D’ailleurs, QS en parle-t-il plus? Mais là n’est pas le fond du problème, de toute manière.

    Je ne suggère pas non plus d’abandonner la sociale démocratie. Loin de là l’idée, et je suis certain que Carl, tu me connais assez pour savoir que je ne ferai jamais de compromis la dessus. Au contraire, justement! Tout pour la préserver, même s’il n’en reste qu’un petit bout! Je suggère plutôt ici de lui donner le moyen de vivre. De survivre. En votant pour QS, nous aidons l’état providence? 4% de la population feront-ils revenir l’âme d’un projet social? Hélas, les 4% de QS, et le 2% du PI, il faut le dire encore, ce sont les 6 % qui donneront peut-être la majorité à Charest. Adieu, le centre, alors…

    Je le dis à contre-coeur. Mais c’est la real politique, comme on dit en France, qui nous mène. Quoiqu’on en dise. Et c’est cette réalité qui va nous tomber dessus le 9. Malheureusement, Québec Solidaire ne peut rien faire pour nous en ce cas…

    Allez. Il n’est pas encore trop tard… Le pays reste à faire. Encore.

    Guillaume Simard| lire ici le dernier article de son blogue: En finir avec les libéraux

  20. Un de mes contacts vient de me dire que Ken Bourgault dans cette file de commentaires serait en fait le pseudonyme de Marc Desnoyers, vp-mob de Daniel Turp. Il serait aussi celui qui met des photos de Lénine et « Québec soviétique » sur des pancartes d’Amir car Marc et « kenbourgault » sont les seuls à utiliser cette expression sur le net. Mon père dit aussi qu’il a vu un gars de la FEUQ saboter l’une de nos pancartes.

    Wow, quand c’est rendus que le PQ doit aller engager ce genre de petit tacticien carriériste pour contrer la volonté démocratique des militants souverainistes locaux, nous ne pouvons que constater l’arrogance de l’establishment du PQ envers l’option qu’elle prétend défendre.

    Militants souverainistes du quartier vs politiciens (payé) de l’extérieur du Plateau : À vous de choisir votre camp !

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’Électron Libre » Blog Archive » Pourquoi je ne voterai jamais Québec Solidaire - Le carnet polémique de l’Électron Libre - [...] de convictions, personne ne pourra jamais en douter.  Comme je l’écrivais sur le blogue de Carl (mon blogueur préféré,…
  2. Solidaires, toujours solidaires… « lutopium - [...] lire: Pierre Foglia - “Bonjour, je suis Françoise David de Québec solidaire” et radiCarl.net - “Solidairement, pour une réforme…

Laisser un commentaire