Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 1 septembre 2011 dans Écologie, Politique municipale

Le projet pilote de verdissement écologique sur la pente Pauline-Julien

pré fleuris

Au début du printemps, notre Division des Parcs a épandu plusieurs semences pour stimuler la biodiversité ; et d’ailleurs, le «mur de la honte» est en train d’être complètement recouvert par nos vignes.

Ce que j’aime de la politique municipale c’est de pouvoir travailler  sur des petits projets bien concrets. Quand même, avouez que c’est stimulant de pouvoir rapidement mesurer l’évolution d’une décision politique. Alors, parmi les projets pilotes de notre administration me tenant particulièrement à cœur, il y a ceux laissant davantage d’espace à la biodiversité… comme celui de la bande fleurie au milieu du Boulevard Saint-Joseph et l’autre de la pente Pauline-Julien (au nord de la rue Saint-Grégoire dans le petit Laurier). Cependant, malgré plusieurs commentaires positifs, certains citoyens m’écrivent toujours afin de me demander des explications sur ces projets.

La décision de ne pas planter de gazon sur la pente Pauline-Julien a été prise dans l’objectif d’élaborer une nouvelle pratique de verdissement de certains espaces sur le territoire. Effectivement, cette démarche écologique s’inscrit autant dans une vision de développement durable que dans une volonté de préserver la biodiversité en ville.

Dans mon article «Pour une ceinture verte autour de Montréal», j'explique l'importance de protéger les derniers espaces naturels dans la région métropolitaine

À l’origine, du gazon avait été posé à cet endroit. Avec les années, les arbres de la partie plus ancienne ont pris de l’ampleur et ont créé des zones ombragées ayant pour effet de réduire la pousse du gazon, mais favorisant toutefois celle des fleurs sauvages. C’est alors qu’une gestion plus écologique de la pente a été entreprise, d’autant plus qu’elle se trouve à longer la voie du CP rail, littéralement un chemin agissant comme un bio-corridor traversant l’ile de Montréal. (Il faudrait d’ailleurs commencer de penser à protéger durablement cet état dans le temps).

Des «couloirs verts» de quelques mètres de large pourraient permettre d'améliorer du tiers la protection de la biodiversité dans l'île de Montréal.

Par ailleurs, étant donné que la pente draine naturellement l’eau vers le bas, nous avons constaté qu’en conservant un tapis végétal nous réduisons l’évaporation du sol. Amoindrissant ainsi le choc causé aux arbres dus à la sècheresse; nous offrons alors une plus grande résistance aux arbres et leur assurons donc une meilleure santé. Puis, au-delà les considérations esthétiques (subjectives d’un citoyen à l’autre), un pré fleuri aide à la purification de l’air et soutient la biodiversité (différentes espèces d’oiseaux et d’insectes viennent y vivre ou s’y nourrir). De plus, en réduisant l’entretien avec notre machinerie, non seulement nous réduisons la pollution et causons moins de bruit, mais nous transmutons le travail de nos employés vers d’autres fonctions. Cependant, pour être bien acceptée par les citoyens, la biodiversité en ville ne doit pas signifier pour autant un laisser-aller total. Ainsi, il va sans dire qu’il faut veiller (les services municipaux et les citoyens) à ramasser les divers déchets, voire à éliminer les plantes nuisibles (telle l’herbe à poux). Je rajouterais donc qu’il m’apparait aussi nécessaire de suivre un subtil aménagement à des fins d’esthétisme… voire de marketing.

Qui dit biodiversité à Montréal dit aussi... herbe à poux. La question se pose donc, comment gérer une «négligence fleurie»?

Bref, le succès de ce projet pilote fait partie de mes priorités afin d’éventuellement étendre son modèle, voire,  faire évoluer les mentalités vers un meilleur rapport avec la nature en ville.

Le Vulcain: Un ambassadeur pour la biodiversité Montréalaise

Mon idée de faire du papillon Vulcain l’insecte emblématique de Montréal s'inscrit dans le même sens que le projet pilote en question

En conclusion, comme le dit si bien Roger Latour dans son guide de la flore urbaine, «Les façons dont nous concevons la nature sont complexes et pas toujours très… naturelles! Il semble qu’il soit bien commode de pointer d’un doigt accusateur quelques végétaux plutôt que d’admettre la massive influence sur l’environnement que constitue une agglomération urbaine».

Le terre-plein fleuri au milieu du boulevard Saint-Joseph. Cliquez sur l'image pour lire l'article de Roger Latour à son propos

Un autre exemple de biodiversité dans le Plateau, le terreplein fleuri au milieu du boulevard Saint-Joseph. Cliquez sur l'image pour lire l'article de Roger Latour à son propos

Bien sûr, la végétation de nos parcs et les plantations d’arbres nous rendent de nombreux services; cette verdure aide à la régulation de la température et de l’humidité puis nous donnent de l’air pur et un bienêtre général. Or tout cela nous est aussi donné par de la flore spontanée. De cette diversité végétale, trop souvent ignorée, dépendent de nombreux insectes (dont les pollinisateurs), oiseaux et petits mammifères. Mais contrairement aux parcs, il s’agit bien ici d’un écosystème naturel. En terminant, il faudra aussi être cohérent avec la ratification de la déclaration sur la biodiversité (par le maire Tremblay en personne). Si bien qu’en définitive, l’administration municipale du Plateau-Mont-Royal fait simplement ici un premier pas vers cet engagement.

Lors du Sommet de la biodiversité de Montréal en avril 2010, la ville de Montréal a présenté son objectif de protéger 8% de son territoire en milieux naturels. Le maire Tremblay a signé la déclaration ci-jointe ainsi que plusieurs conseillers, organismes environnementaux, etc. sous les yeux des médias.

 

Communiqué – Direction des grands parcs et du verdissement

La Ville de Montréal réaffirme son engagement en faveur de la biodiversité

Lors du Forum des villes viables, un événement parallèle au Sommet mondial Écocité, le maire de Montréal a signé l’engagement de Durban, reconnaissant ainsi la responsabilité de la Ville de Montréal face à la biodiversité.

26 août 2011

Par cet engagement, la métropole affirme son intention de développer et de mettre en œuvre une stratégie de biodiversité, comportant un suivi régulier de l’évolution de la biodiversité sur son territoire. Elle reconnaît l’importance de contribuer à la mise en œuvre des objectifs de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies.

Il s’agit d’une étape importante du programme Action locale pour la biodiversité auquel la Ville participe, une démarche entreprise par le Conseil international pour les initiatives écologiques locales (ICLEI). Pour mener à bien ce projet, la Direction des grands parcs et du verdissement travaille avec un comité réunissant différents acteurs municipaux et des partenaires extérieurs.

Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des centres urbains. De là l’importance pour notre ville de prendre sa place dans les réseaux internationaux de villes avec l’objectif d’apprendre et de partager les innovations et les expériences d’autres villes.

Montréal a déjà une bonne feuille de route en matière de protection de la biodiversité. La mise en œuvre de la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels a permis de protéger plus de milieux naturels terrestres sur son territoire, passant de 3 % en 2004 à 5,4 % en 2011. L’élaboration d’une stratégie locale de biodiversité stimulera la mise en œuvre de nouvelles initiatives.

L’engagement de Durban a été signé le 21 août dernier en présence de l’ICLEI et du Secrétariat Convention sur la diversité biologique.

Aucun mots clés
666 visionnements

Laisser un commentaire