Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 25 juillet 2013 dans Jeux de rôle, Philosophie

Le concept de l’alignement moral (des personnages)

Le concept de l’alignement moral des personnages

Le bien contre le mal. L’ordre contre le chaos. Y croyez-vous ? Peu importe votre réponse, mon but aujourd’hui avec ce billet n’est pas d’inciter un débat philosophique. Effectivement, fort de mes deux derniers articles baignant dans des thématiques liées à des «tests de personnalité», je tiens plutôt à rajouter «une couleur au portait». Or, après avoir défini ici les types de nature œuvrant en politique, puis ici les acteurs en relation dans l’évolution de la société… voilà que vous exposerai le concept des différents alignements moraux.

D’entrée, vous devez savoir que ce concept est bien connu par les adeptes des jeux de rôle; à juste raison puisqu’il provient du précurseur dans le genre, le légendaire Donjons & Dragons. Ainsi, l’alignement dans ce jeu de rôle consiste en une classification sommaire de la moralité et de l’état d’esprit d’un personnage. Le but visé est d’enrichir la psychologie des personnages et par extension favoriser leur interprétation. L’alignement représente donc le «trait de caractère» primaire, voire «l’énergie» fondamentale à tout personnage. On distinguera pour cela deux axes : la morale (axe du Bien et du Mal) et l’éthique (axe de la Loi et du Chaos).

La morale symbolise l’attitude que va avoir un personnage face à d’autres :

  • S’il est bon, il aura tendance à aider les autres, la société…
  • S’il est neutre, il n’ira pas se mêler de ce qui ne le regarde pas.
  • S’il est mauvais, il n’aura aucun scrupule quant au sort des autres.

L’éthique symbolise le regard que le personnage porte à la loi et aux règles de la société :

  • S’il est loyal, il fera en sorte de respecter au mieux toutes les règles qui lui sont imposées et de suivre la hiérarchie.
  • S’il est neutre, il tentera de les respecter, même si ça ne lui pose pas de problèmes d’en violer quelques-unes de temps à autre.
  • S’il est chaotique, il n’obéira qu’à ses propres règles. Elles peuvent toutefois lui dire de respecter celles en place : un personnage chaotique n’est pas asocial.

Au final, la combinaison de ces deux axes donne neuf alignements différents, souvent représentés dans un tableau :

Loyal bon (LB)

« croisé »

Neutre bon (NB)

« bienfaiteur »

Chaotique bon (CB)

« rebelle »

Loyal neutre (LN)

« juge »

Neutre (N)2

« indécis »

Chaotique neutre (CN)

« esprit libre »

Loyal mauvais (LM)

« dominateur »

Neutre mauvais (NM)

« malfaisant »

Chaotique mauvais (CM)

« destructeur »

alignment-chart

Malheureusement, la dernière édition (la quatrième) de D&D a simplifié le nombre d’alignements à cinq: Loyal Bon, Bon, non aligné, mauvais et mauvais chaotique. En ce sens, avant que la classification à neuf alignements s’évapore dans les méandres de l’histoire, je recopierai ici leurs définitions tels que décrits dans la troisième édition.

Loyal bon (LB):
Loyal bon ou «croisé». Un personnage d’alignement loyal bon a le comportement que l’on attend des défenseurs de l’ordre et de la Loi. Déterminé à lutter contre le Mal, il montre également la discipline nécessaire pour ne jamais cesser le combat. Il dit toujours la vérité, reste fidèle à la parole donnée, aide ceux qui sont dans le besoin et s’élève contre l’injustice. Il déteste voir les coupables impunis. C’est le meilleur alignement qui soit, car il combine honneur et compassion.

Batman, Dick Tracy et Indiana Jones sont cités comme des exemples de caractère Loyal bon

Neutre bon (NB):
Neutre bon ou “ bienfaiteur ”. Un personnage neutre bon fait de son mieux pour dispenser des actions bienfaisantes. Il aide les autres autant que possible. Il travaille main dans la main avec les rois et les juges, mais ne se sent pas obligé de leur obéir systématiquement. Cet alignement est le meilleur qui soit, car il permet de faire le bien sans être enfermé dans le carcan de la Loi.

Zorro et Spider-Man sont cités comme des exemples de caractère Neutre bon

Chaotique bon (CB):
Chaotique bon ou “ rebelle ”. Un personnage chaotique bon agit selon sa conscience, sans faire cas de ce que les autres peuvent penser de lui. Il vit sa vie, mais cela ne l’empêche pas d’être gentil et bienveillant. Il croit en la bonté et au droit de chacun, mais n’apprécie guère les lois ou les règles. Il déteste les gens qui intimident les autres et leur disent quoi faire. Il suit ses propres préceptes moraux qui, bien que bons, ne sont pas forcément en accord avec ceux de sa société. C’est le meilleur alignement qui soit, car il fait rimer bonté et liberté.

Robin Hood, Starbuck de Battlestar Galactica et Malcolm Reynolds de Firefly sont des exemples de caractère Chaotique bon

Loyal neutre (LN):
Loyal neutre ou “ juge ”. Un personnage loyal neutre agit comme la loi, la tradition ou son code de conduite personnel le lui dictent. L’ordre et l’organisation sont vitaux pour lui. Il se peut qu’il suive un code constitué de ses propres règles, ou qu’il pense que l’ordre est nécessaire pour tous (auquel cas il est favorable à un gouvernement fort et organisé). Cet alignement est le meilleur qui soit, car il signifie que l’on est fiable et honorable, sans pour autant être fanatique.

James Bond, Ulysse, et Sanjuro de Yojimbo sont considérés comme des personnages Loyal neutre

Neutre (N):
Neutre ou «indécis». Un personnage neutre fait ce qui lui semble bien. Il n’a pas vraiment d’opinion lorsqu’il s’agit de trancher entre le Bien et le Mal ou entre la Loi et le Chaos. Dans la plupart des cas, la neutralité représente une absence de convictions plutôt qu’un choix conscient. Le personnage a alors tendance à penser que le Bien vaut mieux que le Mal, car il préfère que ses voisins se montrent bienveillants plutôt que malveillants. Cela étant, il ne se sent nullement obligé de défendre la cause du Bien. En revanche, chez certains, la neutralité est une philosophie, un choix conscient. Pour eux, le Bien, le Mal, la Loi et le Chaos sont dangereux, comme tous les extrêmes. Ils prônent donc l’équilibre, qui leur paraît être le meilleur choix à long terme. C’est le meilleur alignement qui soit, car il permet d’agir naturellement, sans se laisser guider par ses préjugés ou ses impulsions.

Lara Croft, Lucy Westenra de Dracula et Han Solo de Star Wars précoce sont des personnages neutres

Chaotique neutre (CN):
Chaotique neutre ou “ esprit libre ”. Un personnage chaotique neutre agit comme bon lui semble. C’est d’abord et avant tout un individualiste. Il accorde une immense valeur à sa liberté mais ne se sent pas concerné par la défense de celle des autres. Il évite l’autorité, déteste les restrictions et remet toujours en cause la tradition. Sa lutte contre la société organisée n’est pas motivée par des désirs d’anarchie, car un tel engagement devrait s’accompagner d’idées nobles (libérer les opprimés du joug de l’autorité) ou mauvaises (faire souffrir ceux qui sont différents de lui). Le personnage peut parfois être imprévisible, mais son comportement n’est pas totalement aléatoire. Face à un pont, il l’utilise ; il ne lui viendrait pas à l’idée de sauter dans la rivière. Cet alignement est le meilleur qui soit, car il permet de profiter de la vraie liberté, celle qui ne suit pas les restrictions imposées par la société, et il n’oblige pas à faire le bien à tout prix.

Le capitaine Jack Sparrow, Al Swearengen de la série Deadwood TV, et Snake Plissken du film Escape from New York sont des personnages d’alignement Chaotique neutre 

Loyal mauvais (LM):
Loyal mauvais ou “ dominateur ”. Un individu loyal mauvais prend tout ce qu’il désire, dans les limites de son code de conduite, mais sans se soucier de ceux à qui il peut faire du mal. Pour lui, les traditions, la loyauté et l’obéissance ont de l’importance, mais pas la liberté, la dignité ou la vie. Il suit les règles existantes, mais sans pitié ni compassion. Il accepte la hiérarchie, et même s’il préfère diriger, il est tout à fait disposé à obéir. Il condamne les autres, non pas en fonction de leurs actes, mais en fonction de leur race, de leur religion, de leur nationalité ou de leur rang social. Il répugne à violer la loi ou à revenir sur ses promesses, en partie par sa nature, mais aussi parce qu’il fait confiance à l’ordre établi pour le protéger de ceux qui s’opposent à lui sur des questions d’ordre moral. Certains loyaux mauvais se fixent eux-mêmes des limites, telles que ne jamais tuer de sang-froid (ils chargent leurs sbires de le faire à leur place) ou ne pas maltraiter les enfants (sauf lorsqu’il n’est pas possible de faire autrement). Ils pensent que ces règles de conduite les placent au-dessus des malfaisants sans scrupule.

Il arrive que des individus ou des créatures appliquent les préceptes de cet alignement avec un zèle que ne renieraient pas les croisés des forces du Bien. Ils n’hésitent pas à nuire aux autres s’ils y trouvent leur intérêt et prennent plaisir à promouvoir la cause du Mal. Il est possible qu’ils y voient l’accomplissement de leur devoir vis-à-vis de leur dieu ou de leur maître. Les êtres loyaux mauvais sont parfois dits “ diaboliques ”, pour la simple raison que les diables sont l’incarnation de cet alignement. C’est l’alignement le plus dangereux qui soit, car il applique le mal avec raison, intentionnellement, et souvent avec succès.

Darth Vader de Star Wars, et Magneto de X-Men sont cités des exemples d’alignement Loyal mauvais

Neutre mauvais (NM):
Neutre mauvais ou “ malfaisant ”. Un individu neutre mauvais se livre à tous les actes qu’on lui laisse faire. Il ne pense qu’à lui. Il se moque des gens qu’il tue, par profit, pour le plaisir, ou tout simplement parce qu’ils le dérangent. Il n’apprécie pas particulièrement l’ordre ; il se dit que le fait de respecter la loi, un code de conduite ou les traditions ne le rendra pas meilleur ou plus noble. Il n’affiche pas pour autant cette recherche permanente de l’affrontement qui est la marque des êtres chaotiques mauvais. Le criminel qui vole et tue pour satisfaire ses envies est neutre mauvais. Certains malfaisants érigent le Mal en idéal et le propagent avec acharnement. La plupart du temps, ils sont dévoués à un dieu ou à une société secrète maléfique. Cet alignement est le plus dangereux qui soit, car il représente le Mal à l’état brut, sans honneur ni nuance.

L’empereur dans Star Wars, Mystique de X-Men et Sawyer des premières saisons de Lost sont décrits comme des personnages d’alignement Neutre mauvais

Chaotique mauvais (CM):
Chaotique mauvais ou “ destructeur ”. Un individu chaotique mauvais fait tout ce que lui dicte sa cupidité, sa haine ou sa soif de destruction. Il s’énerve facilement, est sadique, violent et totalement imprévisible. Quand il veut quelque chose, il se montre brutal et impitoyable. S’il s’est donné pour but de propager le Mal et le Chaos, c’est encore pire. Fort heureusement, ses plans sont tout sauf bien préparés et les groupes qu’il constitue ou auxquels il se joint sont très mal organisés. La plupart du temps, les êtres chaotiques mauvais ne coopèrent que sous la menace et leur chef ne reste en place que tant qu’il peut contrer les tentatives visant à le renverser ou l’assassiner. L’ensorceleur dément qui cherche à se venger du monde entier en semant la destruction autour de lui est chaotique mauvais. Les individus chaotiques mauvais sont parfois dits “ démoniaques ”, pour la simple raison que les démons sont l’incarnation de cet alignement. C’est l’alignement le plus dangereux qui soit, car il représente la destruction, non seulement de la beauté et de la vie, mais aussi de l’ordre sur lequel cette beauté et cette vie s’appuient.

Carl Denham des films King Kong et Riddick dans Pitch Black serait des personnages d’alignement Chaotique mauvais

alignement

En conclusion

Selon les auteurs de Dongeons et Dragons, Le bien et le mal ne sont pas que des valeurs morales, ce sont des forces cosmiques qui s’affrontent. Les personnages bons font passer l’intérêt collectif avant leur intérêt personnel, sont du côté des faibles et font preuve d’altruisme. Les personnages mauvais font usage de violence pour arriver à leurs fins, ils aiment infliger la souffrance et la mort. Les personnages neutres vis-à-vis du bien et du mal considèrent que bien et mal sont deux facettes d’une même réalité, que les deux tuent de toute manière, et que la nature agit sans jugement moral (les animaux tuent pour manger ou se défendre, la maladie frappe à l’aveuglette).

La loi et le chaos sont également des forces cosmiques. Les personnages loyaux sont francs et honnêtes, ils respectent la parole donnée, l’ordre, la tradition, les règles et la hiérarchie. Les personnages chaotiques sont des personnages épris de liberté, des individualistes ou encore des anarchistes. Les personnages neutres vis-à-vis de la loi et du chaos considèrent que ces deux forces sont nécessaires : le chaos est la force créatrice, le changement permanent, mais sans l’ordre, cela reste un bouillon informe ; la loi permet de canaliser cette puissance brute et sauvage et d’apporter l’innovation, mais un excès de loi amène à un immobilisme, à l’intolérance, à l’impossibilité d’évoluer et de s’adapter, à la sclérose, et donc à la mort.

Pour ma part

En tant que maître de jeu à D&D, j’appréciais beaucoup ce concept des alignements pour orienter facilement le comportement des mes divers PNJ (personnage non-joueur). Mais en tant que joueur toutefois, jamais durant mon expérience je n’aurai été en mesure d’interpréter adéquatement un personnage différend de mon propre alignement (Chaotique bon). J’en conclus que j’avais finalement inculqué le concept dans ma vie courante… au point même que j’essayais de détecter l’alignement de personnes réelles que je rencontrais. Puis un jour, l’un de mes MD, un certain Denis Barrette, m’a refilé un casque maudit qui modifia maléfiquement l’alignement d’un de mes personnages. J’étais évidemment… en maudit! Mais au-delà l’amusement ludique généré par la situation, Denis voulait m’amener à distancer mes personnages de ma propre personnalité. Sa leçon : comme un bon acteur, un bon joueur doit pouvoir interpréter tous les personnages possibles, même ceux les plus éloignés de notre essence fondamentale. Puis surtout, un bon scénariste doit pouvoir insuffler toutes les énergies imaginables à son monde pour qu’il puisse animer l’intérêt des protagonistes. Ainsi, le monde doit être un perpétuel champ de bataille d’énergie antagoniste pour qu’il soit le centre d’enjeux universels. Car au final, personne ne s’intéresse réellement à un état fixe ou une situation figée; l’aventure, c’est le mouvement.

La Terre est à feu et à sang sous le joug de notre espèce… Pour nous laisser dans cette situation, Dieu serait-il quelque part un maître de jeu… ou un scientifique ayant abandonné son expérience à elle-même?

Dieu

On ne sait de quoi se réjouir, ni de quoi s’affliger dans la vie. Le bien amène le mal, le mal amène le bien
-Denis Diderot

826 visionnements

Laisser un commentaire