Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 21 mars 2012 dans Médias, Politique nationale, Société

Le biais médiatique contre le mouvement étudiant et la tentation fasciste du Québec

Police vs ÉducationDimanche dernier, il y se tenait simultanément à Montréal, Québec et Sherbrooke des manifestations «des familles contre la hausse des frais étudiants». Des milliers de personnes de toutes les générations ont ainsi manifesté pacifiquement leur appui à «la cause des étudiants»… démontrant au passage que l’accessibilité à l’éducation s’avère aussi un enjeu de société (particulièrement fondamental au maintien de la classe moyenne qui est ici attaqué). Mais dans la bataille de l’image pour les faveurs de l’opinion publique, il fallait être naïf pour espérer une couverture équitable…

En effet, quel ne fut pas mon cynisme lundi matin de constater, AUCUNE mention de la manifestation dans le Journal de Montréal en déjeunant au restaurent chez Claudette (en passant, je vous rappelle que ce journal propagandiste est gratuitement distribué dans les lieux où mangent les travailleurs). Non, mais c’est quand même incroyable, jeudi dernier, le JDM faisait sa Une à propos de la manifestation contre la brutalité policière en traitant par amalgames les jeunes grévistes de voyous. Et voilà que l’on élide complètement l’existence d’une manifestation intergénérationnelle débordant le mouvement étudiant (d’autant plus qu’un de leur pigiste à écrit sur ce sujet dans 24H, mais l’article n’a pas été retenu pour le journal en papier). Clairement, il faut y conclure que Quebecor poursuit un agenda politique dans son traitement de l’information.

Propagande populiste du Journal de Montréal

Première page du Journal de Montréal le16 mars 2012

manifestation pacifique vs médias

Comme l’a si bien écrit Étienne Coutu dans Facebook, réalisez bien ces données pour mieux comprendre la circulation des nouvelles dans le système médiatique:

  • Manifestation du 7 mars: 500 personnes, grabuge, violence policière, hélicoptère TVA, tous les médias en parlent.
  • Manifestation du 18 mars: 30 000 personnes, dans le calme, présence policière très discrète, pas d’hélicoptère, tous les médias parlent du défilé de la Saint-Patrick.

L’estimation de la police à 5000 personnes est complètement farfelue.

Mais pire encore que la censure, il y a une propagande fascisante qui suinte de ce journal infect. En effet, fort de la première page de jeudi, l’ineffable Éric Duhaime n’a pas raté l’occasion pour réclamer davantage de répression policière contre «la racaille»… qu’il associe ici au syndicalisme étudiant. Son message est même à double sens, car les manifestants doivent payer (pour la casse).

Éric Duhaime est un facho ultralibéral... pas un libertarien

Éric Duhaime en appel à la loi des mesures de guerre sur son Facebook. Allumez gang, ce facho est un activiste ultralibéral... pas un libertarien

Image de prévisualisation YouTubeMartineau passe la puck à Duhaime, qui passe à Jeff Filion, qui passe à Dumont… pis l’équipe des chemises brunes score dans un filet désert: GOAAALLLL!!!! Et dire que la litanie de tout ce petit réseau de collabo est de beugler à l’unissons que la droite souffre de censure… dans les médias gauchistes du Québec.

D’ailleurs, s‘il est vrai qu’une image vaut mille mots, le caricaturiste de Quebecor, Ygreck, est certainement l’agent le plus responsable quant à l’opinion défavorable de la population envers les revendication sociales de notre jeunesse. Ce type est tellement endoctriné par l’atmosphère des radio-poubelles ambiante à Québec, qu’il s’est même permis une sortie éditoriale en concluant qu’une frange étudiante étaient de «bons terroristes».

Préjugé: les étudiants devraient quitter les études pour aller travailler (genre à réparer des ponts qui coutent plusieurs centaines de fois le prix total de la hausse des frais de scolarité). D’ailleurs, parlant d’investissement dans les infrastructures publiques, je vous ramène à l’esprit que le ministère des Transports à annoncé 3,4 milliards de dollars "roulés" en asphaltage et "coulés" en béton… alors que l'on endette une génération d'étudiant pour... 190 millions. Qui doute encore qu'il s'agit d'une question de choix politiques?

Préjugé: Les étudiants cherche le trouble... et la Police (le NOUS selon cette image), devrait procéder.

Préjugé: les étudiants profitent de la grève et des bourses pour faire le party dans le sud... Alors que c’est plutôt les «pro-hausse» qui peuvent se faire payer des vacances par leurs parents. Notez ici la commandite de la CSN afin de sous-entendre que les syndicats financent le trouble afin de parasiter les ressources des pauvres contribuables

Préjugé: Si les jeunes peuvent avoir des téléphones intelligents, ils ont donc les moyens de payer une hausse des frais d'étude. Dans les faits, les téléphones intelligents deviennent aujourd'hui un outil essentiel pour s’adapter aux nouvelles exigences sociétales et maximiser nos énergies pour notre disposition du temps

C'est bien beau de désigner la violence d'un seul côté... mais c'est tellement exagéré ici, que le jour où l'émeute qu'il souhaite générer arrivera, ce sera alors impossible à Ygreck de caricaturer... une caricature qui existe déjà.

Atteinte à la réputation et salissage en la personne de Gabriel Nadeau-Dubois en l'associant à un terroriste qui a tué des milliers de personnes. Et voilà comment Quebecor fait aujourd'hui de la politique crasse en caricaturant "démagogiquement " l'un des leaders d'une génération entière dans toute la propagande de son réseau.

Image de prévisualisation YouTubeAdmirez ici la propagande de Mario Dumont et Éric Duhaime: Biren sûr, les étudiants seraient en train de perdre la guerre de l’image?
Image de prévisualisation YouTubeEssayez de ne pas vomir devant ces deux bouffons de Vidange-télé claironnant (encore et toujours) la défaite du mouvement étudiant. Assistons-nous à la déchéance du journalisme (le traitement de l’information selon une éthique professionnelle) au Québec?
Image de prévisualisation YouTubeLes «journalistes» nouveau genre n’ont plus besoin d’être critique au nom d’une certaine éthique professionnelle… ils doivent prendre fait et cause pour la position politique de leur employeur. Dans ce vidéo, ce «journaliste» ressemble davantage au stéréotype du gros colon édenté qui chiale contre le mouvement étudiant… Sans farce!
La manifestation contre la brutalité policière et les idiots-utiles de l’anarchie

Dans le contexte de cette guerre d'image pour gagner les faveurs de l'opinion public, je vous invite à lire mon article: «La manifestation contre la brutalité policière et les idiots-utiles de l’anarchie» afin de réaliser que cette manifestation (inutile) est une épée de Damoclès pour justifier la répression policière

Mais le plus pitoyable, c’est qu’il semble avoir parmi les chroniqueurs populistes une course pour qui sera le plus fort dans sa réaction contre les étudiants (si il y un titre, j’aimerais bien savoir qui donne la prime?). Or, samedi dernier, c’était Dutrizac qui détonnait sur les ondes de à FM 98,5 en recommandant au SPVM  de «sacrer la volée dans un endroit sombre des parcs aux étudiants qui manifestent». Ici, un appel équivoque à l’utilisation de la violence par les forces policière. Mais évidemment, contrairement à Claude Legault qui a été interrogé par la Police pour y être allé d’un propos coloré en guise d’appui aux étudiants, vous pouvez toutefois être sûr que Dutrizac demeurera impunis pour son incitation à l’agression des étudiants…. dans la même ordre d’idée que l’incitation publique au suicide par le sénateur Boisvenu. Mais voyez-vous, quand il est question de relancer le débat sur la peine de mort au Canada ou de quémander la répression policière… il n’y a aucun problème pour les autorités politiques.

La ministre Beauchamp est dans le champs. Combien de temps fera t'elle gagner à son gouvernement avant de se faire démissionner?

Image de prévisualisation YouTubeHeureusement, il y a encore la télé d’État. Infoman sur la sujet

Pour rester dans le sujet des populistes en appelant à la violence, quoi penser aujourd’hui du maire Gendron qui a pété les plombs live sur Facebook dans un excès de fureur inégalé pour un politicien en fonction au Québec.

Stéphane Gendron a pété les plombs live sur Facebook Et qui dire de ce commentaire éloquent de l’ami de tous, Richard Martineau, sur Twitter pour dénigrer le mouvement étudiant. D’ailleurs, après le «terrassegate» de Riri, je vous propose d’aller visiter ce site Web créé pour lui rendre hommage en composant des préjugés sur les étudiants grévistes prêts à être diffusés sur Twitter! Wow, voilà qui est bien originale comme attaque 2.0, c’est amusant et cela inonde le compte Twitter du principal intéressé. Vous aussi, n’hésitez pas d’y aller de votre propre contribution. Ahhh, vraiment, ce que la vengeance est douce au cœur de l’Indien.

Vu un peu partout: des contribuables se disant surtaxés se payer le cable et même prendre des vacances. La belle vie! J’ai même déjà vu quelqu'un en faillite intellectuelle continuer à dépenser de la salive!

Bref, il faudra se rendre compte que si les appels à la répression policière peuvent impunément s’exprimer à droite, les porte-paroles de la société civile ne peuvent surtout pas en faire autant. Pire encore, la censure des manifestations pacifistes, peu importe le nombre de participants, risque de démontrer l’inutilité médiatique de ce comportement (avouez que c’est particulier en démocratie). Et puisqu’il n’y pas de place au dialogue avec le gouvernement (qui dans les faits agit comme s’il était un groupe de pression pour l’augmentation des droits de scolarité), il me semble clair que l’on souhaite pousser le mouvement étudiant vers un état de violence. Je gagerais même que c’est le terrain de bataille choisi par le gouvernement Charest pour pouvoir après se faire passer pour gardien de l’ordre… et de la paix sociale!!! Or, s’il y a vraiment un agenda politique qui préconise la confrontation avec les étudiants (et faire diversion sur des dossiers comme la mise en place du Plan nord)… tout cela est très inquiétant pour notre société démocratique.

Image de prévisualisation YouTubeLEes dessous du Plan Nord

 Le Québec est maintenant à la croisée des chemins

Ce n’est pas d’hier que le modèle social-démocrate est attaqué par les agents néolibéraux. Mais cette fois, en attaquant de front l’accessibilité de la classe moyenne à l’éducation, c’est clairement un coup de force pour modeler le Québec de demain vers leur vision politique. Dans les faits, ce Québec de l’avenir (qualifié de moderne par ses promoteurs), consiste en une élite toujours plus restreinte, mais dirigeant une population massivement sous-éduquée (un bon travailleur, n’a pas besoin d’être cultivé voyons). Bref, ce modèle s’avère dans les faits un système colonial à la solde du capital étranger… exactement l’opposé d’une société libre d’esprit, démocratique et indépendante. Alors, il faudra discerner ici que le réel enjeu n’est pas vraiment une question d’économie ou de budget, mais bien de gestion de la «société». C’est à dire concrètement, l’encadrement de la société civile.

Dans un même ordre d’idée (et à la veille d’une prochaine élection provinciale), je tiens ici à associer l’enjeu de l’accessibilité à l’éducation à celui de la conciliation famille/travail. En effet, c’est un autre enjeu structurant pour la société dans laquelle nous voulons vivre. Oui, le modèle socialiste en France du 35h maximum par semaine de travail permet de mieux répartir le travail et le temps libre parmi les citoyens. Il va sans dire ici, davantage de temps libre accordé au travailleur équivaut à une société qui s’occupe mieux de sa famille… et de son instruction). C’est ce que j’appelle la société des loisirs et du savoir. En contrepartie, les libéraux préconisent un système (ce n’est pas une société) ou les individus s’avèrent être des unités de consommation en compétition entre eux pour pouvoir travailler. Le concept de ce système est que ceux qui travaillent ont moins de temps pour réfléchir, et ceux qui ne travaillent pas, ou peu, manquent de ressources pour capitaliser leur temps libre adéquatement. Et surtout, ce n’est pas parce que tu as plus de temps à ta disposition que tu peux pour autant avoir accès aux études… à cause du filtre financier s’accroissant à chaque dégel.

Image de prévisualisation YouTubeDébat houleux à l’émission de Denis Lévesque, Gabriel Nadeau-Dubois, de la CLASSE a affronté Christian Dufour.
Nous nous battons contre un système intransigeant, trompeur, corrompu et propagandiste. Admirez le talent et la patience de GND face au minable petit «spineu» de service insistant sur les attaques personnelles et exagérant méthodiquement le spectre de la violence (la ligne de communication officielle du gouvernement pour diaboliser la jeunesse que les exploiteurs veulent enchainer dans le cheap labor et l’ignorance).

Je suis sidéré par le gouffre intellectuel et de valeur entre les deux positions. Ceci n’est pas un débat, mais la démonstration de l’étroitesse d’esprit de la classe dirigeante actuelle… et de la faillite de nos élites à faire évoluer notre société.

Du haut de son mépris face à un leader qui se tient debout pour défendre nos intérêts collectifs et l’avenir de la classe moyenne au Québec, Dufour ne propose aucune solution… si ce n’est que notre soumission au nouvel ordre mondial auquel il s’imagine appartenir. (Ce qu’il appelle l’État de droit en opposition à la démocratie)

Quand c’est rendu que nous sommes des terroristes/révolutionnaire parce que nous défendons la démocratie, il y a un osti de problème.  Ne lâche pas Gabriel… nous sommes tous derrière toi

Souvent encensée comme l’exemple à suivre par les néo-libéraux, Margaret Thatcher avait une conception radicalement individualiste du rôle de l’État. À tel point qu’en 1987, elle affirmait au Women’s Own Magazine que «la société n’existe pas. Il y a seulement des hommes, des femmes et des familles».
Image de prévisualisation YouTubeAu sujet de Margaret Thatcher, écoutez fantasmer ici un vieux réac dans la populace émission de Mario Dumont à canal Vidange. De l’aliénation à l’état pur.

«Socialisons les dettes, privatisons les profits!»

À l’ère où les richesses se concentrent inexorablement dans les redoutables mains capitaliste de quelques corporations multinationales, et que les miettes de ces richesses entretiennent une classe de valets politiques asservissant les gouvernements nationaux (tout en y détournant les fonds publics pour leurs maitres), il faudra saisir que l’éducation de la «société» s’avère une menace constante pour l’ordre en place. En ce sens, il faudra comprendre que la suite du programme des néolibéraux au Québec est clairement de détruire la classe moyenne et ses acquis sociaux issus de la Révolution tranquille.

Cependant, à force de laisser le fossé entre les possédants et les possédés s’agrandir, les iniquités s’agrandiront parallèlement… et «l’État» devra logiquement contrôler les débordements d’agressivité collective issus de cette situation. Dans cette perspective, et à l’instar du système qui se met en place dans d’autres pays, il m’apparait évident que la répression policière sera toujours mieux structurée. Ça, c’est le modèle de l’avenir qui nous est proposé par nos soi-disant élites libérales. Et je vous rappelle ici, «notre» bon gouvernement conservateur vient d’abolir le régime des armes à feu au pays.

Dans mon article: «La réelle nature des jeunes (néo)libéraux», j'explique comment la corruption s'avère la valeur au coeur de l'identité des «militants» libéraux

Attentat contre une élue démocrate; La menace du Tea party

La suite au programme, l'importation des problèmes sociaux des USA. Lire à ce sujet, mon article: Attentat contre une élue démocrate; La menace du Tea party

Toutefois, les Québécois étant toujours attachés à la social-démocratie, c’est un défi de longue haleine que d’aliéner la population pour qu’elle se laisse départir de cet héritage et ses richesses. Or ici, face à nous, c’est tout l’art de la juste utilisation de propagande et de l’endoctrinement. Ainsi, dans cette guerre pour la perception de l’opinion publique (qui détermine quand même la couleur politique des gouvernements à chaque mandat), il faudra un jour réaliser que les médias y jouent un rôle capitalement déterminant. En conséquence, il demeure un défi constant pour notre intelligence démocratique que de trouver à rétablir un équilibre médiatique dans le traitement de l’information.

Les rêves Brulosconien du PDG de Quebecor y sont pour boucoups dans nos perturbations sociales. Cliquez sur cette image pour mieux y comprendre son agenda

Avant la privatision de la SRC par l’agenda politique conservateur, et surtout étant maintenant coincé entre la dualité de l’empire Quebecor et la très machiavélique Power Corporation, le peuple québécois arrivera t’il à tirer son épingle du jeu avec les médias sociaux?

les premières pas des trois journaux les plus important au Québec au lendemain de la manifestation historique

Pour faire suite à mon article, je vous propose ici un texte incontournable dans ma perspective: Quebecor : Le Martineau qui tue

Quand l’État Desmarais a les deux mains sur le volant de notre État, il y a forcément un problème démocratique. Lire ici mon article à propos du dernier scandale (connu) dans notre Caisse de dépôt. D'ailleurs, c'est bizarre, plus personne ne parle aujourd'hui du 40 milliards de perte dans notre économie québécoise. Mais bon, il faut quand même se serrer la ceinture

C’est ce que nous verrons demain, à la manifestation nationale contre la hausse des frais de scolarité. Et qui sait, peut-être que ce sera l’étincelle pour notre printemps «Érable».

La principale obstruction sur le pont qui doit relier la jeunesse d’aujourd’hui avec son avenir, c’est le gouvernement actuel
-Amir Khadir

Aucun mots clés
2 199 visionnements

0 commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le Printemps érable contre la désintégration sociale du Québec | Politicoglobe - [...] prendra logiquement de l’ampleur et devra donc être matée de gré ou de force. En ce sens, la mise en…

Laisser un commentaire