Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 20 août 2012 dans Politique nationale

Mon schéma du positionnement des partis politiques au Québec

Élection 2012

Presque une boule de cristal pour appréhender l’avenir, ce schéma est un guide pour mieux comprendre notre paysage politique. Cliquez sur l’image pour agrandir.

Il y a deux mois, je m’étais risqué à illustrer un schéma pour mieux définir les pôles d’influences politiques au Québec… et surtout, concevoir les interactions entre ces dernières. Aujourd’hui, puisque Thomas Mulcair brasse les cartes en voulant générer un nouveau parti de gauche fédéraliste au Québec, je réactualise donc le schéma en question.

D’entrée de jeu, il faut comprendre que la politique est tout sauf statique. Ainsi, les partis ne sont pas des points figés dans le temps; ils évoluent au gré des époques, de la vision de leurs chefs et des choix d’orientations de leurs membres respectifs. Ensuite, puisqu’en démocratie les prétendants au pouvoir tentent d’accroitre leur nombre d’adhérents, il arrive toujours des zones de friction quand un parti en croissance tente de convaincre un électorat «appartenant» théoriquement à une autre formation politique. Or, c’est tout le drame des partis au pouvoir : plus un parti couvre un large électorat, plus il lui est nécessaire de trouver des formules alambiquées afin de maintenir «ses» électeurs.

oeil multicolore

Vivement une réforme démocratique consacrant la proportionnelle et les coalitions afin que tous les partis ne trahissent plus leurs identités réciproques. Cliquez sur l’image pour en ce sens lire mon texte: «L’importance des coalitions dans la (réelle) démocratie»

D’autre part, mon exercice voulait particulièrement démontrer l’effet pervers des médias actuels sur notre démocratie. Ainsi, vous constaterez que la zone circonscrite entre les pôles médiatiques que sont Quebecor, la SRC, La Presse et les radio-poubelles consacrent les communications dans un seul carré du diagramme, soit la zone du pouvoir en place (droite et fédéraliste). Subséquemment, tout parti aspirant au pouvoir devra nécessairement «flasher ses lumières» vers ce quadrant s’il veut être considéré crédible, à défaut de quoi il sera étiqueté radical et extrémiste… voire même éliminé du débat des chefs (!!!). Or, ce n’est pas un hasard si j’ai illustré deux positions relativement distinctes au PQ en fonction s’il est au pouvoir ou pas.

memes

Non seulement TVA à le culot d’occulter complètement la présence de Québec solidaire en lui refusant de passer des pubs, mais en plus au débat des chefs, il y aura uniquement des analystes de droite (Michael Fortier, Richard Martineau, J. Jacques Samson, Mario Dumont et Jean Lapierre pour donner le mot de la fin à Pierre-Karl Péladeau et donner la victoire à la CAQ. À quand un débat pré-référendaire entre le Non et le Non ?

Voici maintenant les constats que j’ai compris en observant mon schéma

• Premier constat : Le PQ ne peut demeurer social-démocrate au pouvoir et encore moins promouvoir la souveraineté dans le contexte médiatique actuel

En premier lieu, je voulais exprimer le spectre que le PQ est dépendant des médias fédéralistes pour véhiculer son message. Or, il ne peut promouvoir la souveraineté du Québec sans préalablement avoir des nouveaux médias qui lui sont favorables. Bien sûr, l’arrivée des médias sociaux est salvatrice et changent la donne quant à la circulation de l’information, mais ce n’est pas assez pour avoir un débat national équitable. Que ce soit en adaptant la télé d’État en une station Web-télé (en offrant l’accès gratuit à l’Internet via un réseau de borne Wifi installée sur le réseau d’Hydro-Québec) ou en créant une chaine d’information privée (à l’instar de ce qu’a fait Quebecor avec son Sun TV au service du Parti conservateur), il faut trouver une solution pour remédier à ce problème. En effet, même si la télévision devient tranquillement l’apanage d’une clientèle vieillissante, nous ne pouvons pour autant laisser ce terrain aux adversaires du Québec libre.

Pierre-Karl Péladeau

Dans mon article vers un «Fox News North», j’explique les relations entre Quebecor et le Parti conservateur via la mise en place d’une nouvelle chaîne «d’information»

D’autre part, puisque le PQ doit gouverner pour tous les Québécois une fois rendu au pouvoir, puisque ce parti marche à coup de sondages s’il veut se faire réélire (des sondages orientés par des intérêts fédéralistes), le PQ s’avère ainsi obligé de quitter ses assises sociales-démocrates. Après 40 ans à valser ainsi, en ayant subi les trahisons successives des Johnson, Bachand, Bouchard, Legault, Rebello et cie, on connait d’ailleurs le «paturn». Les politiciens de carrière (l’aile parlementaire en général) se diront toujours plus modérés par rapport à la base militante. Car pour se maintenir au pouvoir dans le temps, il faut s’adapter à la zone du pouvoir en place (que nous ne contrôlons pas). Alors, non seulement il faudra réaliser que la formule actuelle contraint le PQ aux pires acrobaties possibles pour ménager la chèvre et le choux (il est impossible de gouverner à gauche dans ce pays), mais surtout, il faudra admettre que promouvoir la souveraineté du Québec est une idée profondément subversive pour l’ordre en place (médias + gouvernement fédéral).

• Deuxième constat : Québec solidaire est maintenant isolé

Ici, je tiens à dire que j’avais prévu l’arrivée d’un nouveau parti de gauche fédéraliste au Québec. Non seulement mon schéma ci-haut exprimait un manque démocratique à combler (la politique à horreur du vide), mais en plus, travaillant avec certains membres du NPD, j’étais au fait de cette rumeur (les murs ont des oreilles). Il faut dire ici que l’idée était déjà dans l’air après la vague orange du 2 mai 2001, quand le jeune blogueur Alexis St-Gelais claqua la porte du PLQ pour aller fonder l’UCQC. (L’Union citoyenne du Québec).

Cette annonce de Mulcair est loin d’être sans conséquence. Premièrement, elle affranchit essentiellement Québec solidaire de son aile fédéraliste pro-NPD qui trouvait en QS un véhicule pour faire avancer les idées progressistes tout en pouvant lutter contre le PQ et le PLQ. En ce sens, le PQ ne pourra plus sous-entendre que QS est fédéraliste. En contre-partie, la perte du support logistique offert par le NPD isole QS dans sa position de gauche souverainiste… et s’en retrouve d’un coup plus proche que jamais d’Option nationale (qui d’ailleurs est aussi l’autre parti provincial sans alliés au niveau fédéral). Parlant des partis fédéraux, voilà qui amène mon attention sur le seul parti souverainiste œuvrant sur la scène fédérale.

• Troisième constat : L’alliance rigide entre le Bloc et le PQ est hermétique et empêche le Bloc de devenir un espace de ralliement souverainiste.

Nous l’avons tous constaté, Gilles Duceppe est très aigri par sa défaite aux mains du NPD; d’ailleurs, il n’a toujours pas pardonné à Amir Khadir d’avoir voté pour le NPD à la dernière élection fédérale. Pourtant, quand nous comprenons que l’alliance partisane du Bloc avec le PQ exclut les souverainistes non-péquistes et pousse ces derniers à s’organiser autrement, nous réalisons ici la responsabilité des vieux chefs souverainistes quant à la dynamique subséquente. En ce sens, afin de rivaliser contre les duos PQ/Bloc, PLQ/PLC et ADQ/PC, QS s’était trouvé un partenaire efficace avec le NPD. Bien que les deux partis ne partagent pas la même finalité nationale, ces deux formations progressistes trouve des avantages à promouvoir ensemble l’évolution des valeurs sociale-démocrates au pays. Puis, admettons que l’avenir du Québec se jouera principalement sur la scène provinciale… et que le NPD n’aura alors pas grand chose à dire à ce moment (à moins, justement, d’avoir un parti provincial à sa disposition).

élection du 2 mai 2011 au Canada

Pour ma part, je suis et demeure un fervent partisan d’Amir Khadir, mais je n’ai jamais pour autant voté pour le NPD. J’explique très bien mes raisons ici dans mon article: «En berne: La majorité parlementaire au Parti Conservateur du Canada»

Mais cette idée que le partenariat du NPD avec QS faisait de ce parti une organisation cryptofédéraliste était, et demeure, l’un des «spins» péquistes par excellence pour discréditer QS face à l’électorat souverainiste. Pourtant, jamais en 2012 Amir Khadir n’avait donné officiellement son appui au NPD, mais il avait plutôt appelé les électeurs à battre les conservateurs.

Votez Bloc ou NPD, mais sortons les Conservateurs
— Amir Khadir en avril 2011

Image de prévisualisation YouTubeCe mythe est d’ailleurs très bien démonté dans cette première publicité de QS. Et comment dire ici, disons que les membres du parti encore attaché au Canada n’ont pas du tout apprécié le botté du castor à la fin.

Afin de se démarquer du PQ, la proposition de QS pour atteindre notre souveraineté passe par la mise sur pied d’une assemblée constituante. Or, cette démarche a autant le mérite d’être originale que de pouvoir amener au processus des citoyens repoussés par un projet essentiellement identitaire, tel que promu par le PQ. Ici, n’importe quel souverainiste visant à atteindre la majorité cruciale devrait comprendre que QS est complémentaire au PQ. Si électoralement ces deux formations peuvent courtiser le même électorat, l’existence de QS décuple par la gauche l’attraction vers l’option souverainiste.

Observez encore mon schéma, et constatez que la masse souverainiste est essentiellement à gauche (la zone de rupture). S’il n’est pas nécessairement pour autant mauvais d’ouvrir un espace nationaliste à droite pour augmenter le nombre d’adhérant au OUI, le PQ doit réaliser que la grande majorité des souverainistes veulent vivre dans un pays social-démocrate. Alors, foutez-nous la paix avec l’orientation des lucides.

Ça, les apparatchiks du PQ ne le comprennent pas, et combattent ainsi les souverainistes non-péquistes comme des hérétiques à éliminer. Il faudra ici réaliser que les apparatchiks du PQ sont intrinsèquement partisans et travaillent ainsi dans une logique à court terme pour l’élection de leur parti… et non dans une vision à long terme pour l’option nationale. En ce sens, ils sont enfermés dans une démarche de sectorisation plutôt que de rassemblement.

Québec solidaire

Aussi je vais prendre l’exemple de mon propre cas. Je suis un indépendantiste de gauche… et j’ai principalement quitté le PQ parce que je jugeais ce parti provincialiste. Or, comme je l’explique dans mon premier texte en appelant à voter pour Amir Khadir en 2008, j’exprimais alors qu’une réforme des forces souverainistes était nécessaire, principalement en élisant des députés de Québec solidaire. En effet, je suis convaincu qu’une rivalité électorale entre souverainistes peut pousser le PQ à générer une vaste coalition externe… une dynamique m’apparaissant essentielle à la remise en marche de l’option nationale.

Tout ça pour dire que lorsqu’Amir a utilisé la tournure de phrase : «la souveraineté si nécessaire, mais pas nécessairement», c’était certainement une formule pour ménager son aile pro-NPD. Ici, il faut noter que la trahison de Thomas Mulcair envers QS s’effectua juste après qu’Amir Khadir eut essuyé un feu nourri de critiques péquistes en raison de la formulation ci-haut. Disons que c’est avoir le sens du synchronisme pour faire un maximum de dommage. Il faudra comprendre aussi que dans sa volonté de remplacer les conservateurs (dans quatre longues années), le NPD n’a pas le choix de viser l’électorat du PLC. Soit il fusionne avec ce dernier, soit il le talonne avant que le PLC ne se restructure davantage avec un nouveau chef. En ce sens, la création d’un parti NPDQ pourra à la fois rivaliser le PLQ (possiblement moribond après une prochaine défaite électorale et le dépôt de la commission Charbonneau) que d’offrir une réelle alternative fédéraliste au Québec. Cela dit, en suivant la logique de mon schéma, le déplacement du NPD vers le centre (voire vers la droite) laissera logiquement un vide à sa gauche. Ici, comment dire, j’ai vraiment mal au cœur pour les bâtisseurs historique du NPD.

• Quatrième constat : Le retour d’une polarisation autour des deux options nationales signifie que nous entrons dans une nouvelle période référendaire

Si depuis la défaite référendaire du OUI en 1995, le débat politique au Québec s’est déplacé du clivage identitaire souverainiste/fédéraliste vers l’axe gauche/droite, la trahison du NPD envers QS et la prise de position fédéraliste de la CAQ semble repolariser à nouveau les Québécois en deux camps. Cette tendance semble manifester le retour inconscient d’une période référendaire. Une éventuelle victoire du PQ dans un processus de coalisation confirmera cette dynamique.

• Cinquième constat : L’existence de QS et ON démontre la faillite du PQ à rassembler l’ensemble des souverainistes

Le PQ ne pouvait jouer éternellement à maintenir captif l’ensemble des souverainistes. À force de gouverner une province au centre, il était inévitable que ce parti finissement par éclater. De la sorte, l’aile sociale-démocrate du PQ est en train de se reconstituer à Québec solidaire et la base indépendantiste à Option nationale… il y a même une bonne part de nationaliste mou qui votera pour la CAQ.

Le PQ doit réaliser qu’il est trop tard pour rallier les souverainistes dans son seul parti. Et puisque des forces vives, à commencer par celles de la jeunesse, se retrouvent essentiellement dans les deux autres partis souverainistes, le rôle du PQ (s’il est souverainiste) est de s’ouvrir à une coalition externe. Car si cette formation équivaut probablement à l’atteinte d’un gouvernement de coalition majoritaire… sa fragilité nous obligera d’autant plus à inexorablement avancer vers l’indépendance. Mais ça, est-ce vraiment la volonté du PQ?

Indépendance ou gouvernance souverainiste? Au PQ donc de choisir! L’avenir du Québec se joue peut-être ici, Madame Marois. Mais en premier lieu, il faudrait peut-être que les péquistes arrêtent de diviser le vote souverainiste…

Le PQ demande aux fédéralistes de voter pour eux, mais si des souverainistes votent pour le NPD, c’est la fin du monde!-Nima Machouf

Aucun mots clés
3 198 visionnements

4 Commentaires

  1. M. Boileau,

    Très lucide analyse!

    deux précisions toutefois..

    1) le chef du BQ est Daniel Paillé et non Pagé..
    2) le Parti Vert semble s’autoproclamer « parti fédéraliste » bien que là
    n’est pas la vocation première du parti bien entendu..
    et une « observation »:
    – le PLQ semble à bien des égards plus à droite que la CAQ dans
    certains de ses agissements dans le domaine économique..(financement des partis politiques, Plan Nord, taxe santé etc.)

  2. Merci M. Denault pour votre attention. Je viens de corriger le nom de M. Paillé et j’ai quelque peu descendu le PVQ vers le pôle fédéraliste

  3. Je me demande…pourquoi la flèche vers la droite sous ON?

Trackbacks/Pingbacks

  1. La circonscription de Mercier et la gauche (Québec 2012) | Le blogue du Mile-End - [...] blogueur, Monsieur Carl Boileau dans une entrée de blogue récente (20 aout 2012), intitulée Mon schéma du positionnement des…

Laisser un commentaire