Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 30 mars 2009 dans Politique municipale

Invasion de la punaise des lits à Montréal

Punaise de lit

la Ville a t’elle un plan pour réagir?

À la jonction de mes deux passions principales (entomologie et politique), voici une question que j’ai posée au dernier conseil d’arrondissement du Plateau Mont-Royal.

Effectivement, fort d’un entretien avec un spécialiste en gestion parasitaire, il m’apparaissait nécessaire de promouvoir son protocole d’action au conseil. Car l’actuelle réglementation municipale empêche une lutte efficace à la propagation des punaises. Concrètement, les exterminateurs, propriétaires et locataires ne sont pas tenus de révéler la présence de punaises dans un logement… conséquemment, la Ville de Montréal n’a pas la vision du champ de bataille en cours.

Attendrons-nous que la situation soit hors de contrôle avant de prendre nos responsabilités politiques ?

Image de prévisualisation YouTubeVoir ici la question

Alerte aux punaises: une réglementation inefficace
Publié le 17 février 2009 à 23h41 | Mis à jour le 18 février 2009 à 07h38
Par Judith Lachapelle

Il y cinq ans, personne n’en parlait. Aujourd’hui, les punaises de lit prolifèrent à un rythme exponentiel dans la métropole. Que faire pour enrayer l’épidémie? La Ville devrait prendre ses responsabilités, estime un spécialiste.

La réglementation municipale actuelle empêche une lutte efficace à la propagation des punaises dans toute la ville, estime un spécialiste. En obligeant exterminateurs, propriétaires et locataires à révéler la présence de punaises dans un logement, la Ville pourrait agir promptement pour limiter l’infestation de ces bestioles nocturnes.

Harold Leavey, spécialiste en gestion parasitaire, constate que les punaises ne cessent de gagner de nouveaux logis à Montréal. «Actuellement, on a une augmentation de l’ordre de 600 % par année. Mais bientôt, dans certains secteurs, ce sera 2000% par année!»

Éradiquer complètement les punaises de la ville est utopique, dit l’homme qui est à la tête des Entreprises Maheu Extermination et qui travaille avec la Direction de la santé publique (DSP) et l’Office municipal d’habitation. Mais une stratégie concertée permettrait de contrôler l’infestation. Les inspecteurs en salubrité, dit le spécialiste, ignorent où des opérations d’exterminations sont menées. Ils ne peuvent donc s’assurer de leur efficacité, notamment en vérifiant que tout l’immeuble est inspecté. «Quand il y a des punaises, ce n’est pas un logement qui est touché, c’est tout un immeuble.»

Les punaises de lit ne transmettent pas de maladies et leur présence ne doit pas être obligatoirement indiquée aux autorités de la santé publique. Leurs piqûres sont généralement bénignes, même si dans certains cas graves, elles peuvent causer des problèmes dermatologiques et des réactions allergiques. Mais surtout, les dommages collatéraux sont nombreux: honte, culpabilité, perte du sommeil, isolement.

La plupart des gens interviendront rapidement pour exterminer les insectes. Mais d’autres, particulièrement ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale, laisseront l’infestation atteindre des niveaux catastrophiques. Lorsque rien n’est fait, la population peut passer d’une punaise à plus de 30 000 en six mois…

Et les punaises ne se nourrissent pas seulement du sang de leurs hôtes : elles profitent aussi de leur silence. Des locataires se taisent par peur d’être tenus responsables de leur présence, des propriétaires ignorent le problème ou le traitent superficiellement, et la Ville et ses arrondissements n’ont qu’une vague idée de l’ampleur de l’infestation.

Résultat ? Personne n’est à l’abri. À l’hôpital ou à l’hôtel, au cinéma ou chez le dentiste, à la garderie ou à l’école, en autobus ou dans le taxi, le risque de rapporter des punaises chez soi existe partout, à divers degrés. «On n’a pas honte d’avoir attrapé un rhume, mais on a honte d’avoir des punaises», a lancé hier M. Leavey lors d’une formation d’intervenants en santé publique.

Des blattes aux punaises

Dans la lutte aux punaises, il vaut mieux prendre ses responsabilités que de chercher un responsable, disent les experts. Tant la DSP que la Ville et que la Régie du logement insistent pour que le locataire avertisse rapidement son propriétaire, que celui-ci fasse rapidement venir un exterminateur, et que ce dernier prenne les bons moyens pour éliminer les punaises. Malheureusement, constate M. Leavey, beaucoup de locataires honteux se taisent et beaucoup de propriétaires négligents renvoient la balle au locataire en lui disant que c’est son problème.

Dans les années 80, raconte M. Leavey, la Ville de Montréal avait décidé de s’attaquer sérieusement à la prolifération de blattes (coquerelles) et de rats. Les exterminateurs étaient tenus d’envoyer aux inspecteurs en salubrité une copie du rapport d’intervention qu’ils avaient mené dans une résidence. Les inspecteurs s’assuraient ainsi que non seulement le logement atteint avait été nettoyé, mais que tous les voisins avaient été visités. L’opération avait porté fruits : l’infestation a été contrôlée.
Mais depuis que les arrondissements sont chargés d’appliquer le règlement sur la salubrité, cette obligation d’informer les inspecteurs est tombée, déplore M. Leavey. «Les inspecteurs n’ont plus le temps, dit-il. On nous a même demandé d’arrêter de leur envoyer des rapports parce qu’ils sont débordés.» Il se dit découragé des autorités municipales. «Ça fait des années qu’on essaie de passer le message et ça ne passe pas.»

Mais le vent vient peut-être de tourner. Norman King, épidémiologiste à la Direction de la santé publique, confirme que l’amélioration de la réglementation municipale sera étudiée conjointement avec des représentants de la Ville et de l’Office municipal d’habitation. «Y a-t-il des choses à faire de ce côté ? Ce sont des questions qu’on se posera à court terme.»
Pendant ce temps, des formations sont données à des intervenants (infirmières à domicile, travailleurs sociaux, inspecteurs en salubrité) appelés à se rendre dans des logements potentiellement infestés. Et il faut aller plus loin, plaide M. Leavey : tous les hôpitaux, les CLSC, les centres qui hébergent les sans-abri, les résidences pour personnes âgées, doivent avoir un protocole pour prévenir la présence de punaises.

Lors de la formation, Harold Leavey a rapporté le cas d’un hôpital qui s’était rendu compte qu’un patient, qui avait séjourné dans plusieurs chambres, avait transporté des punaises de chez lui. Comme il n’existe pas de protocole de traçabilité des équipements, l’hôpital n’était pas en mesure de savoir quel lit, quelle civière, quel fauteuil roulant le patient avait utilisés. Sans parler de l’ambulance qui l’avait transporté…
*****
Comment détecter les punaises ?
Au début de l’infestation, les punaises de lit sont difficile à détecter, puisqu’elles se cachent pendant plusieurs jours entre chaque piqûre. Quelques piqûres sur la peau (semblables à celles des moustiques) accompagnées de démangeaison sont toutefois des indices de leur présence. Leurs excréments sont aussi faciles à repérer: de petits points noirs sur les coutures du matelas ou du sofa. Les punaises sont finalement visibles à l’oeil nu: ce sont des insectes brunâtres dont la taille moyenne est de quatre millimètres. Il est fréquent de retrouver dans le lit leur peau morte en période de mue et des petites taches de sang causées par les piqûres.

Sources: Ville de Montréal et Harold Leavey

Comment les prévenir?
Éviter d’acheter des matelas et des meubles d’occasion rembourrés, puisqu’ils peuvent abriter des punaises.
Inspecter les autres meubles d’occasion, en accordant une attention particulière aux fissures. Avant de les introduire dans un logement, les frotter avec de l’eau savonneuse ou un produit nettoyant.

Éviter de ramasser les objets trouvés à l’extérieur. «?Parfois, les gens les jettent uniquement parce qu’ils sont infestés de punaises!» souligne le technicien Khalid Ezzerki.
Laver les vêtements d’occasion avec de l’eau très chaude avant de les ranger.
Passer régulièrement l’aspirateur dans la maison.
En voyage, utiliser une valise à support qu’on accrochera dans le garde-robe, plutôt que de mettre les vêtements dans les tiroirs ou sur le lit.
Sources:Ville de Montréal et Harold Leavey

Aucun mots clés
16 976 visionnements

21 Commentaires

  1. La réponse de l’arrondissement vous rassure?

  2. C’est toujours un avantage social d’être activement impliqué dans un parti politique lorsque ce dernier compose son programme électorale. 😉

    Alors, suite au problème en question, voici donc l’engagement 2.14 du programme de Projet Montréal 2009 :

    Améliorer l’inspection municipale
    Augmenter le nombre d’inspecteurs municipaux en établissant un plancher par
    arrondissement au prorata du parc de logements. De plus, conférer plus de pouvoirs à ces inspecteurs municipaux en leur permettant de prendre des mesures exécutoires de restauration de la salubrité et de l’habitabilité, y compris le pouvoir d’ordonner les travaux nécessaires et de les faire exécuter dans un délai raisonnable, aux frais du propriétaire. Aussi, élaborer un protocole d’action pour contrer l’insalubrité des logements, notamment en cas d’infestations parasitaires.

    NB. Vous trouverez ici le programme de Projet Montréal

  3. Déménagements: attention aux punaises
    Carole le Hirez
    Article mis en ligne le 30 juin 2009 à 14:39

    La période des déménagements, autour du 1er juillet, est propice à la propagation de la punaise de lit. La plus grande prudence s’impose donc face aux matelas et aux meubles qui se promènent d’un logement à l’autre ou qui se retrouvent sur les trottoirs.
    Cet insecte nuisible est toujours grandement présent sur le territoire montréalais. Il se retrouve généralement autour du lit, dans les coutures de matelas et sur les meubles et il peut se propager très facilement d’un logement à l’autre.

    «Le problème des punaises de lit, déjà préoccupant à Montréal, va être multiplié par deux ou par trois à la suite des déménagements», soutient Harold Leavey, spécialiste en gestion parasitaire. «Les personnes qui déménagent les amènent avec elles, et ceux qui arrivent dans des logements déjà infestés vont les attraper.»

    Dans le mois et demi qui suit chaque période de déménagement, M. Leavey, qui exploite l’entreprise d’extermination Maheu, constate une recrudescence importante du problème. Si elle n’est pas réellement dangereuse pour la santé, la punaise de lit provoque, par ses piqûres, de fortes démangeaisons.

    Le simple fait de déménager multiplie les risques de contamination. À commencer par les camions des déménageurs, qui, s’ils ne sont pas soigneusement nettoyés entre chaque voyage, contribuent à transmettre l’infection.

    Les amis qui donnent un coup de main pour transporter les meubles peuvent aussi se retrouver contaminés si leurs vêtements entrent en contact avec des meubles infectés. Le fait de simplement déposer les meubles dans un passage durant un déménagement peut suffire à propager le parasite au reste de l’immeuble.

    Une des règles de base pour éviter d’inviter l’intrus chez soi est de se garder de récupérer les matelas, les fauteuils et les meubles de chambre laissés sur le trottoir, car ils peuvent facilement héberger des punaises de lit.

    Lors de l’inspection d’un nouveau logement, M Leavey conseille d’inspecter minutieusement les fissures, les fentes et les moulures des chambres. Passer la balayeuse partout avant de rentrer des meubles permet également de limiter les risques.

    Lorsque l’on quitte un logement infesté, il faut faire preuve de civisme et tout mettre en œuvre pour régler le problème avant de déménager. Si le logement est infesté, il faut faire appel à un expert de la gestion parasitaire, car tenter d’éliminer soi-même les punaises de lit relève de la mission impossible.

    Si la présence du parasite a été établie, il faut nettoyer vêtements, rideaux et literie à la machine à laver et placer le tout dans un sac de plastique hermétique pour le transport. Si on décide de laisser notre vieux matelas derrière nous sur le trottoir, il faut le rendre inutilisable, par exemple en le déchirant ou l’enduisant de peinture.

    Selon le spécialiste, seule la déclaration obligatoire des cas d’infestation constatés pourrait permettre d’enrayer la progression de la punaise à Montréal. Une solution que la Ville de Montréal ne s’est pas encore décidée à adopter. En attendant, le mal gagne du terrain.

    Sur le territoire du Plateau, le secteur près du métro Laurier, à la hauteur de St-Denis et Gilford, est particulièrement infesté en raison de la présence de grands immeubles à logements. La zone comprise entre St-Laurent, St-Hubert, Mont-Royal et St-Joseph présente également un problème majeur, selon l’expert, ainsi que le secteur Fullum et Marianne.

  4. ❓ ma fille vien tout juste d eménagé sur la rue dezery a mtl le 1er juillet, ce matin elle s’est réveiller avec plein de piqure sur les bras et les jambes son conjoint même chose et en plus elle est enceinte de 4 mois que faire????

  5. Pour éradiquer une infestation de punaises dans un domicile, il vous faut trouver l’aide de professionnels. Évidemment, je vous conseillerai ici de faire appels aux spécialistes des entreprises Maheu à Montréal :
    http://www.maison-maheu.com/magasin/index.htm 😉

    Avant que les punaises se propagent à son bloc au complet, c’est d’ailleurs dans la responsabilité de son propriétaires d’agir rapidement.

    En attendant, si les punaises ne sont pas déjà cachées dans sa base de lit, elle peut toujours mettre de la vaseline autour des pattes de son lit. Voire, de rajouter une zone de protection avec de la terre diatomée (deux solutions écologiques pour minimiser leurs désagréments, mais pas assez efficaces pour s’en débarrasser au complet).

    Bonne chance dans cette épreuve.

  6. svp cela fait deux mois que jai des picures sur les bras et les janbes surtout sur les pieds ; au debut sest des taches rouges qui laissent place a une picure visible, jai pas compris tous de suite que sest les punaises , le medecin ne ma pas aidé pour autant ;il me donner des pommades , presque un mois je croyer que j avais la gale, apres jai quitte mon appartement pour une semaine et jai plus rien eu, sest la que jai compris que setait dans lappartement , on a parler avec le proprio , comme dhabitude ;vous ete s respenssable ; donc il ramene son propre exterminateur et sest nous qui devons payer , mais tous ca ca fait rien lessentielle sest que je mem debarrasse , avec l exterminateur on en a trouver une caché deriere la table de nuit, mais qu ant il a quitté , je continue toujours a sentire des picures , des taches rouges ,mais je vois rien , sauf des petits poins noires , par contre mon mari ne sest jamais fait piqué , ni mon bébé , ma grande fille sest fait piqué la premiere mais juste une fois , est sest tous , mais moi ca narette pas , je suis fatigué , honteuse , parano tous
    en plus l exterminateur me dit avec la poudre qu il a mit sur tous les bord ils vont sortires et mourires, et ca prend entre une a trois semaines , esque sest vrai ,en plus jai de la moquétte rapé dans les piéces que je ne supporte d hailleur plus , si quelqu un pourrait me donner des conseils , merci

  7. Bonjour Sara,

    Vous décrivez très bien l’enfer, trop méconnu par les autorités politiques, occasionné par ces parasites.

    D’entrée, vous avez manifestement encore des punaises dans votre logement. Pour avoir moi-même été exterminateur professionnel, je peux malheureusement vous affirmer que les punaises ayant survécu à votre premier traitement risquent de se propager à nouveau.

    D’autre part, pour des raisons encore méconnues par les entomologistes, il s’avère en effet que certaines personnes attirent plus les punaises que d’autres.

    Par ailleurs, cet insecte ayant la faculté de pouvoir se cacher formidablement dans le moindre interstice, les œufs des punaises pouvant résister aux pesticides, le traitement peut donc s’avérer long et laborieux en préparatif. C’est pour cela que vous devez bien effectuer les préparatifs (fortement) suggérés par votre professionnel en extermination.

    De la sorte, le délai entre les deux traitements est nécessaire pour tuer les nymphes ayant éclot après le premier traitement. La poudre (qui devrait être dans les murs) est un pesticide d’appoint (pyréthrine) secondant normalement un poison liquide. La poudre sert davantage à empêcher les punaises de traverser d’une pièce à l’autre.

    Je compte bientôt élaborer la mise en œuvre d’une nouvelle politique pour la lutte efficace aux punaises des lits à Montréal.

    Entre temps, n’hésitez pas à me donner de vos nouvelles concernant votre problème

  8. Bonjour,

    Voici mon histoire concernant les punaises de lit…

    Elle sont arrivées chez moi l’été passée! Notre propiétaire a envoyé un exterminateur mais seulement dans les logements ou les locataires ont porté plainte…donc les autres n’ont pas été traité! Il disait que c’était trop couteux!! Mais je lui ai bien affirmer que ça ne règlerais pas le problème…mais il s’est sauvé comme un rat… Donc le produit qui a été mis sur les plancher de bois, le sofa, matelas et semier, au contour des murs et sur tout ce qui était en bois… était actif pour 3 mois! Cela à bien fonctionné, plus rien!! Délivrance!!! Plus rien de l’automne, hiver!! Mais voilà que hier nous avons appris que notre voisine sous notre appartement, est victime de punaises!!! Un des logements qui n’avait pas été traité! Ma crainte? Vont-elles revenir chez nous??? Le proprio est venu arroser chez elle…mais y’a risque qu’elle reviennent chez moi ces sale bestioles!???? J’ai appellé le proprio pour lui en faire part…et il m’a dit:  » Ohh non elle en avait pas beaucoup, et ça ne monte pas ces bibittes là » Je n’y crois pas du tout!!! Ai-je raison?

    J’ai pas envie de revivre cet enfer!!!! Je ne dormais plus…j’étais presque fou… je me sens les nerfs à vif juste d’y repenser!!! Le proprio ne veut RIEN faire…. J’ai pas les moyens de payer pour ça!!! QUE FAIRE!???

  9. Bonjour,
    l’an dernier, en aout 2009, nous avons appris qu’un des 18 logements de l’immeuble était infesté. Le propriétaire (une agence de gestion) a fait appel à un exterminateur. Seul le logement infecté a été traité.

    Quelques jours plus tard, d’autres logements étaient eux aussi infectés. Ils ont aussi été traités.

    En mai 2010, après que plusieurs locataires aient émis des inquiètudes, et que 12 des 18 logements étaient infecté, l’agence de gestion a obligé tous les locataires à recevoir une inspection. Nous avons du également vider le sous-sol qui a été traité. Le traitement consistait en fait à mettre un produit le long des murs, mais aucune inspection en profondeur. On n’a même pas levé les draps de mon lit pour vérifier le matelat. L’inspection et le traitement on durés, quoi, 10-15 minutes.

    Juin 2010, mon appartement est maintenant infecté. Panique totale. Un nouvel exterminateur a été appelé et à ce moment, la chambre a été inspectée comme il le faut. La base de lit soulevé et traitée. Nous avons du jeter matelats et divans ainsi que laver tous nos vêtements. Nous verrons dans 21 jours, si cela a été efficace.

    Cependant, si l’immeuble a été traité en mai et qu’en juin nous en avons, cela me laisse croire que rien n’est réglé. Nous sommes fin juin et plusieurs locataires vont déménager, surement en apportant avec eux certaines punaises.

    Existe-il un protocole d’extermination efficace approuvé par les autorités? Non. Chaque exterminateur a sa propre méthode. J’ai posé plusieurs questions aux deux différents exterminateurs et leurs réponses étaient vagues, floues ou différentes.

    Nous avons découvert les punaies à 2h du matin. J’ai passé le reste de la nuit couché en plein milieu de mon plancher de cuisine. J’ai des maux de ventre infernaux du au stress et au choc psychologique que cela occasionne.

    En attendant que nos élus fassent quelques chose, je suggère à tous ceux et celles qui vivent ce cauchemard d’alerter la ville de Montréal, la Santé Publique du Québec, leur député fédéral et provincial, l’insectarium de Montréal tant qu’à y être. C’est simple et rapide de leur envoyer un courriel et plus les autorisé en sauront sur ce problème et plus les choses risques de bouger.

  10. j en ai eu en 2009 et meme apres 4 traitements l exterminateur m avait dit que c etait psychologique et c est alors ,j avais commencer a capturer les punaises ,la psychose s est alors materialiser.lexterminateur n etait pas a la hauteur de la situatione et c etait tres dur a vivre

  11. J’ai eu ce problème. Une façon très radicale pour s’en débarasser. Jeter matelas, base de lit, tête de lit et literie, fauteuil et tapis si il en a. Faire ce que les exterminateurs disent de faire avant la visite de désinfection. Avant que le l’exterminateur vaporise son produit, passer tout les planchers et les traines à la vapeur ( LA MOPPE H2O , DÉFROISSEUR TOBI ,ETC….). Les punaises ne support pas cette chaleur elles cuissent, ça tue aussi les oeufs. Ce traitement est encore plus efficace. J’ai parlé à un exterminateur et il m’a dit que c’était encore mieux que leurs produits, la vapeur va plus loin dans les fentes.

  12. Nous sommes actuellement aux prises avec un problème de punaises de lit. Je me suis levée un matin avec bon nombre de piqûres regroupées à plusieurs endroits sur l’avant-bras. J’ai tout de suite compris que quelque chose clochait. J’avais entendu parler des punaises de lit, alors j’ai aussitôt entrepris de vérifier mon matelas, mes draps. J’ai bien vu des graines noires sur le couvre-matelas mais sans savoir réellement s’il s’agissait d’excréments puisque mon conjoint marche pieds nus. Matin suivant, de nouvelles piqûres ont fait leur apparition. Et je remarque que ma fille de presque 4 ans en a aussi. Le bébé de 1 an n’a rien. J’entreprends une nouvelle vérification de tous les matelas, les bases de lit. Je ne trouve toujours rien, malgré ma fouille méticuleuse. En soirée, mon conjoint se fait piquer sur la jambe dans le salon.

    Jour 3, cette fois je démonte les bases de lit et fouille encore les matelas. Je lave tout à l’eau chaude. ENFIN! J’en trouve une, bien cachée sous une vis de ma base de lit. Une autre sous le couvercle de tissus du « pouf » du salon. Et une autre cachée sous la base de lit de ma fille de 4 ans.

    Appelle aussitôt le proprio. Homme intelligent. Il contacte une excellente compagnie d’extermination souvent mentionnée et je dois préparer mon logement à leur visite 6 jours plus tard. Ils feront les 3 logements du triplex par prévention.

    Je ne peux passer sous silence l’horreur vécue. Pris à son tout début, l’infestation ne semblait pas très avancée car l’exterminateur lui-même n’a pas trouvé de traces sur les matelas, le long des murs, sur les bases. Rien. Pas d’insecte vivant non plus. Traitement quand même de certains meubles, des bases de lit (pas les matelas) et le long des murs. Achat d’housses anti-acariens. Achat d’un défroisseur TOBI que j’ai utilisé à maintes reprises avant la venue de l’exterminateur pour vapeuriser les jouets, les matelas, les bases, les souliers et bottes. Enfin, tout ce qui n’allait pas dans l’eau bouillante de la laveuse.

    Bordel total de sacs de linge (2 enfants et 2 adultes!), les jouets dans des sacs aussi. Vider les garde-robe, sous les lits. Ça demande une certaine organisation et beaucoup de rigueur, car on doit vivre dans ce bordel durant quelques semaines.

    Demain cela fera 2 semaines que j’ai eu la visite de l’exterminateur. J’ai été piquée 2 jours après le traitement mais rien de certain depuis (on fini parano et on n’est plus sûrs s’il s’agit d’une piqûres ou d’un petit bouton d’urticaire….). Sur mon conjoint, dur à voir. Sur ma fille de 4 ans, je n’ai rien vu de flagrant en tout cas depuis. Dans 2 jours, l’exterminateur revient pour un second traitement. Et 2 semaines après, pour une inspection qui devrait être finale.

    Je n’ose pas crier victoire tout de suite. D’autant plus que mes voisins du haut n’ont pas fait leur job correctement et que tout le logement n’a pas pu être inspecté.

    À ce jour, j’ignore toujours comment ces bestioles sont entrées chez moi. Nous avons pilé sur notre honte pour en parler à notre entourage, incluant la garderie des enfants. Personne n’a rien. C’est encore plus inquiétant de ne pas en connaître la provenance (nous n’avons rien ramassé dans la rue ni rien acheté d’usagé, pas de voyage, rien du tout qui puisse expliquer!!)

    Je me souhaite de bientôt pouvoir ranger ma lampe de poche afin de cesser de jeter un coup d’oeil à mes draps la nuit. Bon courage à ceux qui sont aux prises avec ce calvaire. Et surtout, soyez rigoureux et faites affaire directement avec une compagnie RECONNUE en extermination.

  13. Bonjour Gabrielle,

    Je vis présentement le même enfer. Moi et ma fille avons de petites piqûres rouges qui pique pour quelques minutes et c’est fini. Par contre ma soeur, qui est venue me rendre visite, a été piquée à plusieurs reprises en une seule nuit et son pharmacien dit que c’est des punaises de lits. Mon mari, lui dit que c’est de la foutaise et il ne veut plus en entendre parler.

    Après avoir passé deux jours dans l’entretien minutieux de fond en comble (avec loupe), tel que passer l’aspirateur et le fer à vapeur dans tous les recoins inimaginables et de mettre du tape double face , autour du lit et de la vaseline sur les pattes de lit…nous nous faisons encore piqué, mais je n’en vois pas du tout.

    Je ne sais pas où elles pourraient venir, mais il y a tellement de lieu public où nous passons et je crois que je vais faire une dépression, car je suis paranoïaque. Il y a quatre ans, c’était une épidémie de poux à l’école de ma fille et maintenant. Je crois que je vais demander à un exterminateur, mais je ne veux pas me faire avoir avec les charlatans.

    Venez à mon secours s.v.p.

  14. Bonjour Michelle,

    Ouf, je me sens mal juste à te lire, ça me rappelle de bien mauvais souvenirs. La première chose que tu peux faire, c’est d’aller voir un exterminateur pour montrer tes piqûres et celles de ta fille. Normalement si ce sont des piqûres de punaises, elles restent visibles durant un bon 2-3 semaines. On exclu les piqûres de puces? Pour avoir une idée de quoi ont l’air les piqûres pour montrer à ton mari, tape « bed bugs bites » sur google images. Si l’exterminateur confirme que c’est bel et bien ça, contacte ton propriétaire. Il est de sa responsabilité de payer pour l’extermination. Ils en parlaient justement dans le journal de Montréal récemment. Et il faut faire affaire avec une bonne compagnie. J’ignore si j’ai le droit de les nommer ici, mais nous c’était Les Entreprises Maheu & Maheu sur la rue Masson à Montréal (ils ont un site Internet) et ils sont réputés et très efficaces. Mais peut-être n’es-tu pas de Montréal? Il faut en tout cas s’assurer que l’exterminateur est certifié.

    Pour ce qui est de ne rien trouver malgré tes recherches, comme tu l’as lu dans mon message du mois d’août, je ne trouvais rien non plus au début. Les punaises de cachaient dans les fentes de nos bases de lit et on ne pouvait pas les voir. Lors de la 2e visite de l’exterminateur chez nous, il n’a rien vu encore. La 3e fois, visite d’inspection finale, il a finalement trouvé le cadavre d’un bébé punaise mais c’est tout. De quoi rendre fou! On sait qu’il y a quelque chose mais on ne le voit pas!!!

    Pour la réaction de ton mari, mon conjoint avait tendance à ne pas s’en faire lui aussi et c’est moi qui ai tout fait (recherche, ménage, préparation pour l’extermination). Il l’a réalisé un peu lorsque j’en ai trouvé une sous une vis et que je l’ai pris avec une pince à cil pour la mettre dans un ziploc pour lui montrer à son retour :p Là, il a été dégoûté, mais il n’a jamais été aussi affecté par ça que moi.

    Pour ce qui est de la provenance, nous on a jamais trouvé d’où ça venait. Mais comme tu dis, n’importe quel lieu public… Dodo chez quelqu’un, quelqu’un qui vient coucher chez nous, les voisins, la garderie, l’école… De quoi rendre parano, hein!

    Bon courage en tout cas. Si tu as des questions, n’hésite pas!

  15. bonjour je vien de decouvrire se site atraver des tonnes de liens je suis heureuse de voire que je ne suis pas la seul qui a des problemmes avec ses nuisible la!pour tout dire ses recent et je ne ses que trop faire car sa a commencer quant jai recue un divant neuf que je venais dacheter et la le magasin dit quil non aucunne responsabiliter face a tout cesi quesque je peux faire ?

  16. Bonjour,
    je viens de découvrir des punaises de lit chez moi. L’exterminateur vient demain matin (Mr. Bébites, payé par ma proprio.. avez-vous des commentaires sur lui?). Je suis en train de devenir parano. Jusqu’où faut-il aller dans le grand ménage? Dois-je laver la cuisine? Les souliers qui ne sont pas dans les chambres? J’ai des objets sur ma commode dans la chambre.. dois-je les jeter ? Les nettoyer? J’ai une machine à vapeur, nous l’avons passé partout dans les chambres possiblement affectées (planchers, sommiers, matelas). Ce soir je vais faire les meubles. Je suis déjà crevée et ce n’est que le commencement.. Merci de votre aide !

  17. C’est fou. En France on a moins de punaises de lit que chez vous aux Quebec.
    Qu’est ce qui peut en etre la cause?

  18. bonjour depuis plus dun an mon mari et moi on souffre de punaise de lit jai jamais eu ca de ma vie je me reveille tout les jours piquer au complete sur tout les endroit possible du corps je dort pas la nuit vu que jai toujours peur de me faire piquer a chaque jours je vais voir le concierge et on appelle la proprietaire il ne font absolument rien jai du acheter a chaque semaines des gallons de produits a mes frais quand je nest pas trop les moyens pour faire le traitements moi meme a la maison apres plusieurs plaintes il ya 1 mois la proprio a decider de faire venir un exterminateurs vu quelle est tres radine (cheap) elle a dit a lexterminateur de ne pas trop utiliser de produit donc il es rentrer il a fait 3 poush poush avec son spray et il est partie jetait en choque !!!!! biensure le probleme nest toujours pas regler je continue a alle voir le concierge il ma repondu lexterminateur a dit que tes meubles sont infestes et surtout le lit faut tout jette !!!! jai dit pardon je nest jamais eu de probleme avant jusqua que jahbite ici et si je jette tout je doit assume les frais des nouveaux meubles il me repond mais biensure jai dit jai tu laire detre riche moi pour pouvoir faire ca non!!!! donc malheureusement je continue a vivre avec le meme lit et sofas aussi infeste pourtout tout est neuve!!! je suis decourager je vais rentrer dans une deprime jent peut plus je demande a laide a qui je peut contacte ou porter plaintes contre elle ou meme la poursuivre ( je nest pas les moyens malheureusement pour un avocat ) merci beaucoup et desoler de mon francais je susi pas une pro

  19. Les punaises sont un vrai cauchemard…j’en ai depuis le mois d’octobre!
    J’ai averti mon propriétaire dès que jai compris quel était la bête qui me piquait a chaque nuit…il a fait 3 exterminations maison, mais ça n’a pas fonctionné je me fait encore piquer. Je dois déménager et je ne souhaite pas en emmener dans mon nouvel appart ni en laisser au prochain occupant alors je lui ai envoyé une lettre par courrier recommandé le sommant de faire appel à un exterminateur membre de l’Association québecoise de gestion parasitaire.
    La je crois les doigts pour qu’il agisse…je n’ai pas le droit de céder mon bail si j’ai un problème à régler avec le propriétaire donc cest un gros stress, je me retrouve à payer 2 loyers en janvier, mes économies y passent.
    Si j’avais les moyens de payer une extermination à la chaleur, j’aurais fait une demande sans hésiter une seconde.
    S’il refuse j’hésite entre jeter tout mon mobilier, céder quand même mon appart( comme jai averti le proprio ce n’est  »plus mon problème ») et déménager avec vêtements, paperasse et articles de cuisine, ou…entamer des procédures à la Régie, ce qui m’obligerais à sous louer mon nouvel appart jusqu’a ce que le dossier soit clos ou que mon bail se termine….
    Bref…on ne me reprendra plus a acheter quoi que se soit d’usager…(sauf le linge que je peux passer 2h à la sécheuse à haute température)
    Ça ma fait du bien de lire les commentaires précédents…j’ai juste 22 ans et cest mon premier appart je me sens vraiment seule.
    Je n’ose pas trop en parler je me sens comme une pestiférée.
    Voilà je vide mon coeur hahah , il devrait y avoir des lois plus sévères à ce niveau, genre amendes aux propriétaires qui n’Agissent pas… ou dédommagement aux locataires dont les propriétaires n’ont pas assumé leurs responsabilités.
    C’est épuisant! Je lave toute ma literie minimum 2 fois par semaine, l’aspirateur au 2 jours , je n’invite plus personne et tous mes vêtements se trouvent dans des sacs fermés depuis presque 3 mois.
    J’aimerais bien avoir un ami avocat ! (ou un ami exterminateur pro hahah)

Laisser un commentaire