Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu catégories

Posté par le 24 février 2012 dans Psychanalyse

Le scaphandrier chimérique

La chimère de Luc Ferrandez, scaphandrier

La nuit dernière j’ai fait un court rêve… qui ma foi, s’avère intéressant à interpréter.

Alors, voilà, je suis habillé en habit d’homme-grenouille, et je nage à côté d’un bateau, seul au milieu d’une mer calme; du moins pour l’instant, car le ciel est uniformément gris et le vent se lève… ce qui me laisse présager une tempête.

Je m’inquiète alors pour Luc Ferrandez, qui explore seul le fond océanique comme scaphandrier depuis plusieurs journées. Bien que je présume qu’il va bien, car les collègues sur le bateau de recherche sont en communication radio avec lui et ne m’ont rien dit à son sujet, je décide de mon propre chef à remonter Luc avant la tempête.

A ce moment, je crois comprendre que mon rôle consiste à assurer la surveillance du lien en oxygène à Luc, et je semble frustré qu’on ne m’a pas donné d’appareil pour être en contact radio avec l’équipage. Je sacre à moi-même sur le fait que les opérateurs de cette mission sont irresponsables, car je ne peux même pas savoir ce qu’il se passe, appeler de l’aide en cas d’urgence ou demander l’autorisation pour une manœuvre quelconque.

J’active alors un genre de grue pour remonter Luc à bord du bateau, puis je plonge dans l’eau pour m’assurer que le tube d’air ne se coince pas. C’est alors que dans l’eau, j’observe le visage de Luc à travers son scaphandre. Il a les yeux fermés, son visage est impassible, voire inconscient; or je n’arrive pas à décoder son état de santé.

Mes «collègues» à bord du bateau  sont énervés par le retour de Luc et courent de long en large sur le pont en gesticulant «The mayor are back!». Je constate à ce moment que je ne reconnais plus aucun membre de l’équipage; je me demande alors combien de temps je suis moi-même ainsi dans l’eau… aurais-je été inconscient au point d’avoir laissé le maire sans oxygène durant plusieurs jours? Toujours dans l’eau, j’attends qu’une personne s’occupe de moi pour me faire embarquer… mais le bateau finit par partir sans moi.

Tout en regardant le bateau s’en aller au loin, je me pose la question comment j’ai bien pu avoir si confiance en une entreprise pour me retrouver seul sans garantie de retour. Était-ce parce que je pensais être respecté par tous les risques que j’avais pris individuellement pour la mission. Mais finalement, mon rôle était-il essentiel à la mission?

Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour
– Friedrich Nietzsche

Aucun mots clés
580 visionnements

1 commentaire

  1. Plongeur
    Que l’on voit: on sera appelé à prendre une décision grave
    Que l’on est: de grands avantages que procureras uene décision courageuse.

    Bateau
    Dans lequel on se trouve: il faut réexaminer l’intention de procéder bientôt a un changement ou a une modification

    MORT
    Terme évident d’un chapitre de la vie

Laisser un commentaire