Pages Menu
Menu catégories

Posté par le 20 juillet 2010 dans Médias, Politique municipale, Sociologie

Le transit automobile, Luc Chartand et l’embourgeoisement du Plateau

voitures en transit congestionnant la circulation en ville

Histoire de vous remettre en contexte, Projet Montréal a gagné les sept postes électifs du Plateau-Mont-Royal en  frôlant 50% du suffrage exprimé à la dernière élection municipale. Ce mandat démontre clairement une volonté de changement politique; nous sommes en phase avec nos concitoyens et nous souhaitons, en autre, résoudre nos problèmes de circulation. Cependant, si nos idées pour l’apaisement de nos rues ne sont plus une nouveauté pour les gens de mon quartier, force est de constater que leur mise en place suscite l’attention des journalistes. (De toute façon, puisque le Plateau est toujours une matière à faire parler au Québec, la simple évocation de son nom fait vendre du papier journal… il faut donc apprendre à vivre avec cette dynamique).

C’est ainsi qu’en juin dernier, nous avons présenté en conférence de presse la première phase de nos mesures d’apaisement de la circulation… et de facto, nous avons officiellement lancé le débat dans l’opinion publique.:mrgreen:

Dans un premier temps, fort de l’appui immédiat de nos concitoyens, la réception médiatique fut nettement favorable. En effet, nous sentions alors une compréhension de notre politique et une réelle volonté des journalistes d’expliquer objectivement la situation en cause. (Il faut dire que ce sujet est captivant, car il retourne de mesures locales s’inscrivant en concordance avec des solutions globales).

  • Visionnez, ici, la conférence de presse de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal du 21 juin 2010 présentant les premières mesures d’apaisement de la circulation
  • Lire ici, le communiqué de presse officiel de Projet Montréal
  • Voir ici, l’entrevue de Luc accordé à la SRC
  • Lire, ici, l’excellent article de François Cardinal dans La Presse: Anti-auto, le Plateau?
  • Lire, ici, l’article de Jeanne Corriveau dans Le Devoir: La circulation sera restreinte sur le Plateau (Trois secteurs deviendront plus conviviaux pour les piétons et pour les cyclistes)

Puis, la politique ayant horreur du vide, parce que tout changement suscite des réactions, des journalistes ont naturellement soulevé des critiques. Mais ne soyons pas pour autant naïfs ; parce notre politique heurte aussi des intérêts particuliers, d’autres journalistes se sont aussi fait la voix d’une opposition à créer. De la sorte, Daniel Audet au JDM avait démarré les hostilités en jouant coup sur coup les cartes du «gros bon sens» puis celle de l’âgisme (!?!). Ensuite, il y a eu ces deux petits articles de Stéphanie Saucier dans le quotidien 24H, dont ce deuxième article qui empruntera l’axe audacieux de la pollution atmosphérique que généreront nos mesures (!!!). Bon, jusqu’ici, tout s’explique. De par ses fonctions à l’Institut Économique de Montréal, Daniel Audet est en conflit d’intérêts quant à ses perspectives idéologiques. De l’autre côté, la pigiste Stéphanie Saucier semble formater ses textes dans l’optique que ses articles soient relayés au Journal de Montréal (via l’agence de presse QMI, fondée par Quebecor juste avant la mise en lock-out de ses journalistes). Or, le Journal de Montréal s’adressant à des intérêts externes au Plateau, il n’est pas étonnant que notre point de vue n’y soit pas pris en considération.

Mais voilà qu’un certain Luc Chartrand (un journaliste de la SRC… mais utilisant ici la section opinion de La Presse pour s‘exprimer) mêlera les cartes en associant notre formation politique à l’embourgeoisement du Plateau. Bien que la gentrification du quartier soit un fait indéniable, et déplorable, il est d’une malhonnête intellectuelle que d’en responsabiliser notre plan d’apaisement de la circulation. En effet, pour l’instant, notre plan a simplement été annoncé et ne peut donc pas être mis en cause parce qu’il n’est pas encore effectif. Dans un même ordre d’idée, il est abusif, voire mensonger, d’annoncer à tout le Québec que le transit est désormais complètement freiné dans le Plateau. Voici la phrase en question.

Les pressions successives de la nouvelle clientèle aisée du Plateau auront réussi au fil des ans à freiner la circulation de transit jusqu’à, désormais, l’empêcher complètement
-Luc Chartand  

Par ailleurs, il faudra peut-être rappeler à M. Chartrand que Projet Montréal est un petit parti financé par et pour les citoyens, appuyer de surcroit par la majorité des organismes sociaux de notre quartier. En comparaison, les partis classiques sont principalement financés par des lobbys; celui du maire étant même sous l’objet de plusieurs enquêtes pour fraude, pots-de-vin et trafic d’influence. Or, avant d’affirmer que nous, Projet Montréal dans le Plateau, serions au service des riches, il faudrait quand même avoir l’honnêteté d’évoquer les forces économiques auxquelles nous nous opposons.

À Projet Montréal, parce que nous avions compris qu’il était impossible de réaliser des grands projets de société dans le contexte ou notre métropole est gérée par/pour des intérêts privés (une logique de gestion à court terme), le mode de financement des partis municipaux est devenu l’un de nos chevaux de bataille électorale. Ainsi, fort du support officiel de juge Gomery, nous avons révélé la liste de nos contributeurs sur notre site Web. Une initiative qui devrait, normalement, nous faire cheminer vers le plafonnement des dépenses électorales… voire une loi encadrant mieux le financement des partis politiques.
Richard Bergeron

Pour plus d’information à ce sujet, lisez mon article: Réjouissance et inquiétude: le comité exécutif de Montréal s’ouvre à Projet Montréal

Sociologie 101

Utilisant un ton professoral, «ce transiteur» d’un quartier voisin se permettra même de nous donner une leçon sociologique quant à ce que nous sommes sensés être. Sa comparaison est forte : selon Chartrand, la situation de mon quartier correspond à (la très riche) Ville Mont-Royal. Ici, c’est carrément comparer des pommes à des patates. D’entrée, non seulement la géographie des deux quartiers est très différente, mais Ville Mont-Royal est une enclave naturelle dans laquelle ses rues forment un labyrinthe.  A contrario, le Plateau est un quartier central qui est traversé de partout par des rues perpendiculaires; c’est-à-dire, concrètement, des dizaines d’axes de transit.

plan ville Mont Royal

Le plan de Ville Mont-Royal avec ses belles rues sinueuses

Le plan du Plateau-Mont-Royal

Le plan du Plateau-Mont-Royal avec ses rues bien perpendiculaire

D’autre part, dois-je vraiment apprendre à M. Chartrand que nos maisons sont toutes collées les unes sur les autres, que le Plateau est le quartier le plus densément peuplé au Canada, qu’il est autant à vocation commerciale que résidentielle et que la mixité sociale est le fondement de sa culture progressiste. De son côté, VMR est pratiquement résidentielle, la majorité des maisons comporte de beaux terrains verts, puis sa renommée sociologique tient surtout par la mise en place d’une clôture rhodésienne qui sépare sa population de Parc-Extension. Ah oui, la langue majoritaire de VMR étant l’anglais, ces derniers votent systématiquement pour des politiciens fédéralistes…  ai-je vraiment à dire que ce n’est pas pour demain l’élection de Québec solidaire à Ville Mont-Royal .

la densité à Montréal

La densité à Montréal: gris pour VMR, bleu foncé pour le Plateau

ile de Montreal

Vue d’en haut, VMR est de couleur verdure, le Plateau est de couleur béton

la frontière entre Ville Mont-Royal et Parc-Extension

la clôture « rhodésienne » entre Ville Mont-Royal et Parc-Extension. Il n’y a pas de ce genre de frontière artificielle entre le Plateau et ses voisins.

Luc Chartrand, à la défense des pauvres du Plateau!

Sous-entendant que le plan de mon administration est « d’accaparer le territoire pour les bien nantis » (?!?), Luc Chartrand plaide ainsi le statu quo au nom de « l’intérêt général de la Cité ». Comme c’est grossier. Notre transiteur se prétend mieux comprendre l’intérêt des citoyens que les élus qui les représentent. Puis, de toute façon, en quoi l’augmentation de la circulation automobile serait un avantage pour « les moins nantis » de mon quartier? La question M. Chartrand, n’est pas de savoir pourquoi certains quartiers, riches ou pauvres, s’organisent pour améliorer leur environnement. La question est plutôt: pourquoi les gouvernements actuels, au nom de la circulation automobile débridée, ne peuvent-il pas prendre en compte la dégradation de nos conditions de vie, rendues exécrables par le bruit, la pollution, le danger et le stress urbain?

Avenue de Mont-Royal

Pour mieux comprendre notre problème de « riche », je vous conseille de lire mon article: Le PDU du Plateau Mont-Royal: un axe citoyen de combat politique

Subséquemment M. Chartrand, comment trouvez-vous le culot d’évoquer le bien commun quand votre seul intérêt est de traverser le plus rapidement possible notre milieu de vie en voiture? Comment osez-vous parler pour nos moins nantis quand vous élidez complètement de l’équation l’amélioration du transport en commun? Parce que, voyez-vous, ces moins nantis comme vous dites, ne se déplacent pas en voiture vous savez. Puis franchement, puisque vous habitez dans l’arrondissement au nord du Plateau et que vous travaillez dans celui à notre sud, il serait peut-être temps d’envisager de prendre le transport en commun. Mais avouez, votre solidarité avec nos pauvres n’ira pas jusqu’à vous faire partager physiquement leur présence quand même.

Luc Chartrand

Ensuite, de grâce M. Chartrand, contenez votre registre populiste, arrêtez d’interpeller les réactionnaires et feindre l’ignorance pour nous stigmatiser politiquement. Vous, qui êtes correspondant à Paris pour Radio-Canada, vous devez très bien connaître les enjeux en question (le maire Delanoë compte réduire la circulation automobile de 40% d’ici 2020). Oui, bien sûr, les artères du Plateau sont déjà congestionnées, mais puisqu’il y a toujours plus de voitures, nos rues résidentielles se transforment à leur tour en axes de transit. Et après, vous nous suggérez de ne rien faire… de laisser nos enfants à la merci du flot de voitures s’engouffrant en trombe dans nos ruelles. C’est à se demander si vous n’êtes pas de ceux qui accélèrent aux passages piétonniers.

Sur cette photo, vous pouvez apercevoir des enfants jouer candidement dans une ruelle du Plateau. En arrière, vous pouvez aussi remarquer un automobiliste en direction de l’artère De Lorimier. Ainsi, ce conducteur utilise cette portion de ruelle comme un raccourcit afin de s’éviter des feux de circulation. Est-ce que ça prend vraiment la tête à Papineau pour réaliser que le trafic malin est une dynamique dangereuse pour la sécurité de nos enfants.

En conclusion, je donnerai le mot de la fin à votre collègue François Cardinal. Un journaliste, qui contrairement à vous, recherche des solutions lorsqu’il expose des problèmes sociétaux.

Ce débat ne touche pas qu’un arrondissement, pas plus qu’une classe sociale, mais bien l’ensemble de la ville centre. En ce sens, il importe de «déplateauiser» les discussions et de s’interroger sur la place accordée aux automobilistes et sur les alternatives qui leur sont offertes –François Cardinal

Alors, puisqu’il faut bien commencer quelque part, nous on fait notre bout sur les rues locales et collectrices. Or, plutôt que de nous renfermer sur nous-mêmes comme vous le suggérez, nous incitons les autres arrondissements à en faire autant. Maintenant que le débat sur le transport à Montréal est lancé, espérons que la Ville centre et la STM emboite le pas.

Projet Montréal propose le tramway

Un réactionnaire  est un somnambule  qui marche à reculons
– Franklin Delano Roosevelt (Extrait d’un Discours – 1939)

7 828 visionnements

55 Commentaires

  1. @Max,
    Moui, je trouve qu’André fait ca avec humour et s’attache aux comportements alors que vous me comparez à des religieux dont les plus extrémistes lancent des condamnations à mort… J’imagine que c’est une question de goût.
    Et votre usage de la condescendance est usant.

    Sur le fond maintenant, il est étrange de voir que vous reconnaissez que les TC ont besoin d’un boost massif, et que dans le même temps votre solution au problème est le rêve des années 50, plus de voies, plus de fluidité.
    Comme Marc le souligne bien, quel milieu de Vie vous entrvoyez pour les populations qui auront eu le malheur de rester dans les quartiers centraux ?
    Le cas de Portland qui a compris qu’il est absolument vital de casser cette logique au pays de la bagnole ca vous inspire quoi ?
    Le mythe de la voiture propre ayant apparement trouvé place dans votre conception du monde, je vous invite à trouver le moyen de voir le film suivant pour nourrir votre réflexion
    http://www.youtube.com/watch?v=WAyHIOg5aHk
    Vous comprendrez que le problème de l’utilisation du pétrole dépasse largement le champ des transports, mais que c’est un domaine dans lequel nous possédons dès aujourd’hui les moyens de faire quelque chose, à condition de le vouloir et d’arrêter d’engloutir notre argent comme vous le suggérez dans des infrastructures inadaptées.

    Last and least, @stephane.g Vous remarquerez que personne ici ne prête attention à vous, car vous vous contentez de troller. Je présente donc mes excuses à tous pour cette partie de mon intervention.
    Je pense qu’il serait bon pour vous de réaliser qu’internet NE garantit PAS votre anonymat, et que de proférer publiquement des menaces tout en se réjouissant de la souffrance et/ou mort d’une personne clairement identifiée peux vous attirer de gros ennuis, en plus de dénoter chez vous un problème psychologique SÉRIEUX.

  2. @Édouard

    Comme j’ai dit c’est pas le 0.05% qui nous fais chier..ceux qui ont des bagnoles…c’est OU SONT CES COUPURES…que tu mette Mont-Royal de St-Laurent a Papineau 100% piétonnières …j’pas mal sur que le monde chialerais pas…mais que tu pense reduire les rues Papineau..Christophe-Colomb et autres pour ceux qui voyagent nord-sud quand vous êtes un quartier au centre de la ville…je vois ca d’un inoui égoïsme

  3. @Marc:

    « La ville est pas mal plus difficile d’accès en auto que la banlieue »

    Pas tout à fait vrai. Les automobilistes ont accès à un bon 99% des rues de la ville (il y a juste trois ou quatre rues piétonnières, et ce seulement une partie de l’année). Ils ont accès jusque dans nos ruelles!

    Et là parce qu’on leur enlève 0,05% de tout l’espace qu’ils ont pour le redonner aux piétons, ils soulèvent un tollé. C’est à se demander qui est le plus idéologique dans cette affaire.

    Je sais que tout le monde n’est pas comme ça, mais ils me font vraiment penser à des enfants gâtés, égoïstes et irresponsables. Ils ne pensent qu’à leur petit confort et leurs précieuses « habitudes » si difficiles à changer.

  4. Je pense sérieusement a m’acheter un gros vieux VUS tout bosselé…et a m’amuser a tasser sur le cote des ti-clins en bécyk comme andré leboulanger…que de rire je vais avoir a les voir se planter dans des bagnoles stationées… j’espère qu’ils porteront leur casques

  5. Max: « Si la ville étouffe à cause des automobiles comme vous dites, c’est simplement parce que le réseau routier est mal planifié et n’a pas progressé depuis 40 ans, alors que la circulation y a progressé nettement. Ajoutez 6 voies à Décarie, la 40, la 25, la 20, etc., et adoptez des plans de fluidité de la circulation dans les arrondissements au lieu de contrainte: vous allez voir que ça va moins étouffer. Une autre évidence qui se passe bien d’une maitrise en génie civil »

    Voilà à quoi se résume votre vision: ajoutez encore plus d’infrastructures pour l’auto, plus de voies, plus d’autoroutes, et puis pour garer toutes ces voitures il faudra plus de stationnements aussi. Pour faire de l’espace pour tout ça on pourrait enlever quelques trottoirs (de toute façon qui veut marcher quand on peut conduire?). On pourrait aussi enlever quelques parcs et peut-être aussi raser quelques quartiers (Turcot). Franchement, vous vous rendez pas compte à quel point votre vision est dépassée au niveau mondial depuis déjà plusieurs années? Je croyais parler avec quelqu’un de sérieux.

  6. @ Max:

    Le monde que tu me renvoies est bien celui que tu dis « il a changé ». bonne chance, car il va s’effondrer d’ici quelques années. Premières pénuries de pétrole dans 5 an et bang.

    La voiture est « l’avancement de la sécurité et santé public ». BRAVO!! En France, la voiture, c’est plus de 4000 morts par an. Bel exemple d’avancement de la sécurité et de la santé publique.
    Lis donc « le livre noir de l’automobile » de Bergeron: ca t’en apprendra gros sur la santé publique et la sécurité.
    Un exemple: page 29, 20 millions de morts depuis le début de l’automobile

  7. @Alain: Ton argument de composants, ça vaut pour ton ordinateur, ton iPod, ta télé, ta cuisinière, ton vélo, ta brosse à dents, tes ampoules écoénergétiques (ou tungstènes, si tu oses), ta maison au grand complet et ton végé-pâté bio. L’auto c’est aussi, entre autres: l’ouverture des horizons, le partage des biens, du savoir, des connaissances, l’élargissement des possibilités et des relations interpersonnelles, le développement scientifique, social, économique et politique. Et aussi paradoxal que ça puisse paraître, c’est également l’avancement de la sécurité et santé public et de l’écologie (je sais, c’est un choc, je te comprends). Bref, ne mentionner que les imperfections de l’outil, c’est faire preuve de bien peu d’imagination ou de mauvaise foi.

    « En effet, Montréal existait avant la voiture et les habitants n’étaient pas des morts-vivants que je sache. » Sauf que le monde a changé depuis et ne retournera à cette époque révolue, malgré les souhaits de certains. Continuer de militer en ce sens, c’est faire abstraction de la réalité dans la recherche d’une solution valable et durable.

    @Marc: «Alors, en attendant la poule, l’arrondissement commence par l’oeuf.» C’est une erreur fatale puisqu’elle assure de perdre l’appui d’une vaste partie de la population qui va rejeter d’office toutes les propositions venant des mêmes gens qui seront dépeints comme les antiautomobilistes qui leur ont occasionné une augmentation des bouchons et de leurs désagréments.

    C’est pour ça que je dis qu’il vaut mieux faire face à la réalité de ce qui changera facilement (la technologie) et pas (les habitudes). C’est tellement de base comme évidence que je ne comprends pas pourquoi personne de votre mouvement ne l’a encore réalisé.

    Si la ville étouffe à cause des automobiles comme vous dites, c’est simplement parce que le réseau routier est mal planifié et n’a pas progressé depuis 40 ans, alors que la circulation y a progressé nettement. Ajoutez 6 voies à Décarie, la 40, la 25, la 20, etc., et adoptez des plans de fluidité de la circulation dans les arrondissements au lieu de contrainte: vous allez voir que ça va moins étouffer. Une autre évidence qui se passe bien d’une maitrise en génie civil.

    @Fabrice: De toute évidence, vous n’avez pas lu les commentaires d’André. Personne n’a besoin de vous caricaturer, vous le faites très bien vous même. Et avec l’incontestabilité omniprésente du propos et la grande ligne directrice verte qui condamne les infidèles et dicte la voie absolutiste, je crois que « ayatollahs », bien qu’un peu vicieux, n’est pas trop appuyé. Il n’y a jamais de tons de gris dans vos affirmations, pensez-y, le gris c’est l’aboutissement d’un raisonnement bien mené.

    Je sais bien que demander à des détenteurs de vérité absolue, endoctrinés jusqu’à la moelle et portés par une vogue, de faire preuve de jugement et d’ouverture d’esprit, c’est chercher de la glace dans le Sahara. Mais je pense qu’il est important que vous sachiez que vous ne représentez pas la totalité des citoyens, je doute que vous représentiez même une majorité. Dommage que vos bonnes idées (parce qu’il y en a) viennent dans cet amalgame politique étroit d’esprit et si loin de l’intérêt collectif de tous les Montréalais.

    Pour ma part, je continuerai à prendre ma voiture, à l’âge que j’ai probablement pour une bonne cinquantaine d’années encore et j’en aurai une électrique dès que je pourrai m’en procurer une. Je continuerai de passer par le Plateau tous les jours, en partie par soucis environnementaux, puisque c’est le chemin le plus court entre le bureau et la maison.

    Bonne chance, et merci pour le débat somme toute civilisé.

  8. @Max
    J’aurai juste une remarque sur la forme, le fond ayant été traité par d’autres intervenants.
    Avez vous une explication rationelle sur le fait que dans à peu près quasiment toutes les discussions internet, le « camp des chars » finit invariablement par vouloir décridibilier le camp adverse non pas en attaquant ses arguments, mais en le caricaturant ? Je suis heureux de débattre avec vous mais personne ici ne vous traite de toxico de la bagnole, alors remballez votre « ayatollahs verdâtres ».
    Merci.

  9. @Max: « Pensez-vous réellement que les gens vont opter pour le transport en commun à coups de dos d’âne? »

    Tout le monde semble s’entendre sur le fait qu’il faut commencer par développer le transport en commun, malheureusement les décideurs (STM? Transports Québec? Mairie de Montréal?) ne semblent pas faire partie de ce consensus.
    L’arrondissement ne peut rien pour améliorer le TC, ce n’est pas sa juridiction. Alors, en attendant la poule, l’arrondissement commence par l’oeuf. Pour paraphraser Fabrice, quelqu’un quelque part doit mettre la machine en marche.

    Il faut pas oublier qu’une des raisons pour lesquels on fuit la ville c’est l’excès de bruit et de pollution. Alors, si les espaces urbains, propices au transport actif et aux déplacements de proximité, sont rendus plus propres, calmes et agréables, probablement plus de gens choisiront de rester en ville et moins de gens iront en banlieue, moins de gens s’achèteront une auto et moins de gens contribueront ensuite à la congestion. Les gens qui ont vraiment besoin d’une auto (votre plombier, par exemple) pourraient même mieux circuler, les routes ne seraient pas congestionnées par des milliers d’autres personnes toutes seules dans leur auto.

    « Une ville tellement inaccessible en voiture qu’elle aussi, elle est morte. »

    Les endroits les plus morts sont ceux qui sont les plus accessibles en voiture (autoroutes, viaducs, stationnements, banlieues). La ville est pas mal plus difficile d’accès en auto que la banlieue, et pourtant c’est le lieu le plus vivant et le plus intéressant à des centaines de kilomètres à la ronde (sauf pour les places faites pour l’auto, qui elles sont pas mal plates). La ville n’a pas besoin d’autos pour être vivante, les autos ça l’étouffe, elle a juste besoin de gens!

  10. Max: La voiture propre, le grand gag de l’industrie automobile! Une boite en fer avec des milliers de composants tous issus de l’industrie pétrolière et de l’industrie chimique, une prise d’électricité, et hop!!! on appelle ça propre.

    La voiture propre? La voiture, c’est des morts, du bruit, de la congestion, de la vitesse excessive. Tout ce qui fait le mal de nos sociétés modernes. Rien ne sera réduit avec la voiture qu’on appelle propre.

    Dire que la voiture fait la ville (« Une ville tellement inaccessible en voiture qu’elle aussi, elle est morte »), c’est très réducteur: En effet, Montréal existait avant la voiture et les habitants n’étaient pas des morts-vivants que je sache. Ma femme, qui est québécoise, m’expliquait même qu’avant qu’on invente le frigidaire, on stockait déjà des denrées à Montréal dans une glacière en bois avec des pains de glace ou de la sciure de bois (en Gaspésie).
    Croire qu’il n’y avait rien avant la voiture, c’est voire petit, croire qu’il n’y aura rien après la voiture, c’est ne pas voir bien loin.

  11. Je propose deux solutions pour diminuer le nombre d’addicts du char qui passent sur Montréal :

    1) Au lieu de construire des lignes de métro, on construit un tunnel pour autos allant de Laval à Longueuil. On appellerait ça le Tunnel 450.

    2) En attendant, on demande aux fabriquants automobiles de mettre gratuitement sur le marché un tube, en plastique recyclé naturellement, qui connecterait la sortie d’exhase avec le système de climatisation. Il me semble que ça permettrait de diminuer rapidement le nombre d’automobilistes.

    Qu’en penses-tu Max ? Aimes-tu mon idée ou trouves-tu que les émanations des plus de 500,000 chars par jour dans mon quartier me font halluciner ?

  12. @Marc; « Est-ce que c’est ça qu’on veut pour Montréal? » Non, mais on ne veut certainement pas l’inverse non plus. Une ville tellement inaccessible en voiture qu’elle aussi, elle est morte.

    « Montréal au contraire est dans une position privilégiée ». Certainement pas avec le système de transport en commun actuel, qui m’amène à une réponse pour…

    @Fabrice; « C’est l’oeuf ou la poule votre truc, doit on attendre que ca diminue pour commencer, ou commencer pour que ca diminue ? » Êtes-vous sérieusement incapable de déterminer ce qu’il faut faire avant? Pensez-vous réellement que les gens vont opter pour le transport en commun à coups de dos d’âne? Regardez à Laval: on construit le métro et ça marche. Même pas eu besoin de couper des lignes sur le pont Lajeunesse. Construisez l’infrastructure afin que ce système soit un avantage, pas un acte de bonne conscience et puis ça va se faire tout seul votre réduction, même pas besoin de changer des sens unique de direction.

    Les ayatollahs verdâtres ne semblent pas se rendre compte qu’il s’attaquent à des moulins à vent. L’habitude d’une population complète, c’est beaucoup plus difficile à changer que de développer une voiture toute à fait propre. Voilà pour ma suggestion. Et en attendant, tapissons la ville de stations de métro.

    Comparer l’Europe et Montréal en problématique de transport c’est extrêmement boiteux. C’est comme quand on compare les accidents de la route en Suède et au Québec. Allez voir la qualité des routes et les programmes de révision technique des véhicules en Suède et vous allez vous rendre compte que de comparer leur taux de morts par kilomètre avec le Québec c’est d’une malhonnêteté crasse. En Europe, hormis le fait que les villes était déjà construites avant l’automobile il y a aussi les habitudes de transport qui y sont sont foutrement différente, par le prix élevé de l’essence, des voitures et ce qui vient avec, la proximité, la densité et l’accès à des systèmes de transport en commun efficaces et omniprésents.

    Et désolé, mais votre « tramway du futur sur Saint Laurent » ne sera plus tellement « du futur » quand il sera construit après plusieurs décennies d’études et de branlage.

  13. Pour avoir vécu et travaillé dans plusieurs villes des États-Unis, je peux vous dire que Montréal a des très grands atouts. Notamment, elle est encore vivante, il y a encore des gens qui l’habitent, qu’y marchent, qu’y font du vélo, qu’y travaillent, etc. La majorité des villes américaines ont toutes été désertées, leur centre-ville fait pitié, tout vide, mourant, entretenu de manière artificielle juste pour sauver les apparences. Comment sont-ils arrivés là? Est-ce que c’est parce qu’ils ont favorisé le piéton ou développé le transport en commun? Bien sûr que non! Au contraire, c’est parce que depuis cinquante ans tous les ressources sont allées dans le réseau automobile, et maintenant ils se retrouvent avec des océans d’autoroutes, des stations service, des parkings et des centres d’achat. C’est stérile et ennuyant à mort. C’est un paradis de voitures, pas de cyclistes pour les déranger, pas de piétons qui traversent à la mauvaise place, pas d’enfants qui échappent dangereusement leur ballon. Est-ce que c’est ça qu’on veut pour Montréal? J’aimerais que les gens qui défendent si ardemment l’automobile sur ce forum expriment leur vision des choses, qu’est-ce qu’ils proposent comme modèle de développement pour le futur? (ou c’est juste le statu-quo?).

    Les États-Unis commencent d’essayer de faire marche arrière, mais l’automobile est tellement l’équivalent du rêve américain que ça va être très difficile. Quelqu’un qui n’a pas d’auto c’est comme s’il n’existait pas, ou comme s’il avait raté sa vie. Montréal au contraire est dans une position privilégiée, elle n’est pas allée au bout de cette logique de tout à l’auto, elle garde encore un noyau bien vivant habité par des gens qui n’utilisent pas la voiture, ou qui l’utilisent rarement, seulement quand il est vraiment nécessaire.

    Maintenant Montréal doit capitaliser sur cet avantage. Bien sûr, il faut que ce soit fait de manière ordonnée et cohérente, mais sous cette optique je vois mal comment ces changements proposés par le Plateau puissent nuire. Ils vont plutôt dans la bonne direction.

  14. J’ajoute que la réalisation d’une ligne de tramway du futur sur Saint Laurent, injection massive de fonds publics à l’Européenne, serait certainement la manière la plus sûre de s’assurer la bienveillance de madame Hamelin…

  15. @Max : Mon employeur à tout intérêt à se dire publiquement insatisfait pour diverses raisons, mais sait très bien que pas moins de 65 pourcent de sa main d’oeuvre ne le suivrait pas en cas de déménagement, selon un sondage interne.

    C’est l’oeuf ou la poule votre truc, doit on attendre que ca diminue pour commencer, ou commencer pour que ca diminue ?

    Votre argument sur l’Europe est minable, au moins aussi minable que le « nous ici on a l’hiver » qui ressoort souvent.
    Cependant, je vous invite donc à étudier le cas de Portland, Oregon, États-Unis.
    http://trimet.org/maps/railsystem.htm

  16. Anecdote : Je faisais une recherche sur youtube voulant voir comment évoluait le Bixi une fois rendu, en 6000 exemplaires, à Londres.

    Je suis tombé sur la présentation de L’avenue verte Paris-London Greenway.

    Un bijou de concept de piste cyclable de 350 km qui sera prêt pour accueillir le touriste vert, pour les Olympiques, en Angleterre en 2012.

    Voici l’adresse :

  17. @Fabrice: j’espère pour vous que votre maire d’arrondissement va être en mesure de garder votre employeur sur le Plateau. Aux dernières nouvelles, il n’avait pas du tout impressionner madame Hamelin avec ses ruelles fleuries et son incapacité à développer un passage sur la voie ferrée.

    « RALENTIR l’augmentation du nombre de chars » c’est donc que vous réalisez qu’il y aura toujours une augmentation. Réduire les possibilités de circulation avant de construire des alternatives me semble alors contre le bon sens.

    Et pour ce qui est de l’Europe, je pense qu’il est clair que de citer des villes construites 1000 ans avant l’arrivée de l’automobile est hors contexte pour les problématiques Montréalaises.

    @André: Désolé, mais le délire il est dans l’obstination à ne pas vouloir accepter les réalité ambiantes et perdre son énergie dans l’élaboration de changements planétaires… sur le Plateau.

    Et si les autres s’inspirent de Projet Montréal, ce ne sont aps vriament des idées nouvelles.

  18. Nous continuerons à parler de tout le reste alors, et vous du traffic.

  19. @Max
    Vous ne verrez personne de sérieux, chez PM ou ailleurs, pour viser l’élimination de la voiture à Montréal. Par contre, vous verrez un nombre grandissant de personnes proclamer que RALENTIR l’augmentation du nombre de chars n’est pas seulement souhaitable, mais simplement vital.
    Par exemple, que pensez vous du fait que lorsque nos amis chinois auront atteint un taux d’équipement automobile équivalent à celui de la population nord américaine aujourd’hui (à l’heure actuelle, il correspond là bas à ce que l’on trouvait ici dans les années 1910), la TOTALITÉ de la production ACTUELLE du moyen orient y passera A CHAQUE JOUR.
    Je ne veux pas vous faire peur, ni même dire que vous avez tort en quoi que ce soit s’entend, mais c’est un fait qui doit nourrir votre réflexion quand vous pensez aux « solutions applicables ». Comme le faisait remarquer Alain, votre voiture, fut-elle-électrique ne pourra pas être produite sans pétrole. Mon tramway du futur non plus d’ailleurs, c’est pour ca qu’il faut s’engager sur cette voie le plus vite possible.
    Car j’en viens à votre idée -souvent exprimée par ailleurs- que « nous », les gens qui prônent un changement radical;) sommes une bande hippies réchappés vivant dans le fantasme de l’élevage de chèvre urbain. Et que nos idées sont des « rétrogradations ».
    Je suis né avec l’ordinateur au début des années 80. Je travaille dans l’industrie du dématérialisé, sur le Plateau (nous sommes 3000 sur mon lieu de travail), et ca rapporte des millions. Mon aspiration est une cité moderne et dynamique, où les gens ont la possibilité d’utiliser des moyens de transports rapides, flexibles, efficaces et pas chers construit et entretenu COLLECTIVEMENT, qui utilisent des ressources Québécoise. Ca plutôt que le transport motorisé individuel dont l’utilisation construit des châteaux à des émirs dans des déserts lointains.
    Quand nous aurons réussi ca, les plombiers, les chauffeurs de taxi, les mamans avec poches de hockey mais aussi tous les autre usagers qui ont réellement besoin de la souplesse et la flexibilité du char et qui aujourd’hui sont bloqués par les solautomobilistes en transit avec leur 4 sièges vides et leur valise pourront librement effectuer leurs activités.
    Je serai même prêt à payer pour plaquer la seule voie de circulation sur Christophe Colomb nécessaire à leurs besoin avec de l’asphalte premium.
    Ca demande même pas tant d’imagination pour voir ce que ca peux donner, traversez donc l’Atlantique et allez voir, d’autres s’y sont déja mis, et ils capteront les bénéfices car -par exemple- les gens de ma génération et des suivantes sont à la recherche de ces milieux de Vie, ils localiseront leur activité dans les villes qui leur offriront.
    http://www.rhonexpress.net/
    http://www.tcl.fr/documents/pdf/metro_tram.pdf

    Nous sommes donc d’accord, pas de solution du 19ème pour le 21ème, mais pas de solution du 20ème non plus.

    @stephane, que vous ne soyez pas d’accord, très bien c’est sain ; que vous en veniez aux insultes personnelles et tout votre propos en est décridibilisé.

  20. Steph et Max,

    Faudra que vous pensiez à fonder votre propre parti parce que tous les autres s’inspirent de Projet Montréal pour apporter des idées nouvelles sur le plancher des chars.

    Et si vous voulez gagner tes élections, il faudra faire beaucoup de portes-à-portes … de char naturellement. Commencez tout de suite si tu vous voulez mon avis.

    En attendant, je sais pas si vous avez remarqué, y’a personne qui vous empêche de passer sur le Plateau mis à part les plus de 500,000 bagnoles qui y passent quotidiennement. Sortez de votre coquille roulante les mecs, vous êtes en plein délire. Vous pourrez toujours passer sur les avenues convenues. Et vous le savez.

  21. Bon…faudrais que vous commenciez a écouter votre moron en chef Luc Ferrandez.

    http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=75415

    Faut être deconneté de la réalité pour croire que …en diminuant les bagnoles sur le Plateau ca va créer moins d’achalandage pour les magasins et ainsi leur loyer va diminuer …yeah right les proprios d’immeubles vont faire ca de même pour votre bonheur…je suis de centre-gauche mais je suis assez bright pour voir ce qui va arriver dans 12 ans….y’as des restos qui vont fermer. et d’autres boutiques aussi

    Vous avez pas le bassin de pop pour faire vivre tout ces restos….que vous soyez un quartier isolé dans un coin a Montréal ca serais pas un problème..mais vous êtes en plein centre …vous allez paralyser la ville pour votre petit bonheur de bourgeois c’est tout

    Ce que vous comprenez pas c’est que les bagnoles ca va toujours exister…mais elles vont être électrique…anyway…je le répète prochaines élections je vais militer contre votre parti soyez en assure.

  22. Qui a la vision la plus étroite? Quelqu’un comme moi, qui se fait dire que je manque d’imagination parce que je préfère des solutions applicables dans la réalité ou vous qui focusez sur l’élimination toute à fait improbable de l’automobile à Montréal?

    Elle pollue, elle fait du bruit? Arrangez-vous donc pour qu’elle ne pollue plus ou ne fasse plus de bruit au lieu de mettre vos énergie dans une cause perdue d’avance, qui en plus demande de s’imposer une rétrogradation des moyens.

    Désolé, mais se restreindre à utiliser un outil des plus flexibles et efficace et encore, pour plusieurs, essentiel (essayez juste d’imaginer un plombier en métro ou en Bixi) ce n’est pas trouver des solutions à un problème. C’est tout simplement ne pas chercher de vraies solutions. C’est simpliste et très peu visionnaire. Avant-gardiste vous dites? Autant qu’un Amish peut l’être.

    @André: « Avez-vous pensé aux transports alternatifs ? » Oui et on est sur le pont à lire la pancarte parce que le bouchon ici est 100 fois mieux que le trajet en TC. Ne sautez pas trop vite aux conclusions, ce n’est pas un changement de culture exprimé par le gouvernement conservateur. C’est simplement du « filler » de panneau au goût du jour composé par un employé de la société des ponts. C’est l’équivalent des bouteilles « écolo » de Naya: du marchandisage de bonne conscience.

    « c’est sur les gens du Plateau que le fiel national se déverse ». Bien entendu, c’est parce que c’est devenu l’illustration parfaite du ridicule de cette ville à arrondissements et au pouvoir central inexistant. On a une artère importante qui traverse la ville, mais en passant dans le plateau elle est soudainement victime des réclamations narcissiques de citoyens du coin cherchant le calme champêtre en plein centre d’une ville!

    @Edouard: « la nouvelle piste cyclable sur Maissonneuve, est-ce que ça empêche quiconque de circuler?  » Vous ne prenez pas De Maisonneuve souvent en voiture à ce que je vois. Et j’aimerai bien savoir d’où vous tenez l’information que « économiquement » le quartier des spectacles se porte mieux, ça me semble précoce comme affirmation. Il ne faut pas tout mélanger ou ramener à son argument: le but de la Place des festivals n’était pas l’élimination de la circulation automobile.

    @Alain: Quand l’automobile disparaitra en Amérique, c’est qu’il n’y aura plus personne pour les conduire. C’est triste, choquant peut-être, mais c’est la réalité. Aussi bien partir de ce constat afin de modeler des solutions plutôt que de cultiver des chimères.

    @Marc: « Autre temps, autres moeurs. » Justement, une solution issue du 19e siècle ne s’applique pas vraiment bien dans le contexte du 21e.

  23. Sapristi ca bouge par ici j’avais manqué ca !

    Je pense que SLY résume tr`s bien le problème : le réseau de transport en commun est inadapté aux besoins de la population.
    J’ai envie de pleurer quand je pense qu’il y a déja 15 ans je prenais des bus prioritaires à toutes les intersections et dont l’arrivée était affichée aux arrêts importants au moyen de grosses télévisions cathodiques plantées sur des poteaux…

    Ceci dit, il semble que l’idéologie du char, elle, soit bien implantée dans les esprits de ceux qui ont vraiment les manettes du pouvoir (comment expliquer sinon que le Maire de Montréal ne dise rien quand QC annonce des travaux pharaoniques pour la 19 au moment où le budget de la STM est compressé de 14 millions…).
    Après c’est un peu l’oeuf ou la poule entre le changement de mentalité et la réalisation d’actions concrètes pour l’amélioration des TC.
    Même si c’est vrai c’est un peu une démarche d’assiégés, les actions posées par les gens de PM, AU NOM DE LEURS ADMINISTRÉS, me semble être plutôt un excellent moyen de d’amorcer la machine.

  24. Que de batailles pour un objet en fer qui est voué à disparaitre…

    Je ne suis pas de Montréal, pas même du Québec et encore moins du Canada. Je suis en France, marié à une québécoise. Ca, c’est pour situer ma position géographique. On ne pourra pas me dire que je suis un intégriste écolo /bobo du plateau.

    La voiture est appelée à disparaitre. Dans 5 ans, les premières pénuries de pétrole seront là. Personne ne vous le dit mais le patron de Virgin, des membres de l’administration US et des cadres de l’industrie pétrolière ou automobile le disent. Ils savent qu’ils sont dans le mur.
    Bien, certains diront qu’on aura la voiture électrique, mais travaillant dans l’industrie auto, je n’y crois pas.
    D’abord, parce qu’on ne saurait remplacer toutes les autos à pétrole par des véhicules électriques. Les ressources naturelles ne suivraient pas. L’énergie manquerait.
    Ensuite, parce que dans une auto, le pétrole ne sert pas qu’au réservoir. On le retrouve (roulement de tambour…) dans la fabrication des circuits de freinage pour ne donner qu’un exemple. Les sous-traitants utilisent du pétrole pour fabriquer les pièces et ne sauraient s’en passer pour leur procédés de fabrication. Comment pourraient-ils remplacer les huiles pétrolières, les poudres, les peintures, les solvants. C’est mission impossible. Je connais assez bien le sujet. Et encore, là, je ne vous parle même pas du cuivre, du zinc et de tous ces jolis composants indispensables et quasiment irremplaçables, et qui eux aussi sont voués à une pénurie bien plus proche qu’on ne le croie.

    Donc, ne rêvons pas. tous vos trajets ou plutôt tous NOS trajets sont voués à disparaitre. Nous re-concentrerons nos activités (sauf si on veut continuer à jouer les idiots pour finir à se taper sur la gueule pour les miettes). Le projet de Projet Montréal est donc novateur et avant-gardiste.

  25. Le problème que je vois avec cette amorce de solution que vous voulez insuffler, c’est qu’elle se fait au détriment d’une large part d’utilisateurs du réseau routier pour qui l’automobile est moins liée à une « culture du char » qu’au seul outil disponible pour se déplacer. Présentement, l’offre de transport en commun ne répond aux besoins que d’une partie de la population, spécialement en banlieue. La demande est plus forte que l’offre.

    L’autre aspect est idéologique. Votre chef a à plusieurs reprises publiquement exprimé sa haine des automobilistes. En corollaire, ce dossier commence plus à ressembler à un débat idéologique qu’à la recherche de solutions pragmatiques. Faut-il alors s’étonner que cette haine transpire au travers des médias et que par ricochet, des réactions émotives se font entendre?

    Bref, je ne crois pas que la coercition, jumelée à une approche idéologique, soit une solution au problème énoncé. Ne serait-il pas plus efficace, qu’au lieu de travailler en silos, que l’ensemble des élus du Montréal métropolitain fasse pression auprès du gouvernement pour l’amélioration du réseau de transport en commun?

  26. @andré dit le boulanger
    Merci pour ta présence, cela doit être un signe que mon article est sur la ligne de front

    @max
    Je suis bien d’accord avec toi que pour l’instant, l’offre de transport en commun à Montréal est désolante. C’est principalement pour cette raison que Projet Montréal existe.

    @SLY
    Je te remercie d’avoir pris le temps de soigner ton argumentaire avec sérieux; ce qui est un signe de respect et d’intelligence. Cela dit, tu te trompes lorsque tu penses que ma formation politique ne pense pas la problématique du transport d’un point de vue global.

    En effet, notre chef est un urbaniste; il a fondé Projet Montréal avec cette idée maitresse d’élaborer un réseau de tramway. Alors, je te pose la question, pourquoi devrions-nous, dans le Plateau, attendre une hypothétique décision des paliers supérieurs pour bonifier le transport dans notre ville, quand nous pouvons insuffler l’amorce d’une solution? Et puis, vous devrez accepter que nous avons été élus pour apaiser nos rues… or c’est notre mandat démocratique de procéder ainsi.

    @Edouard,
    Vous avez tout à fait raison… simplement

    @ stephane.g
    C’est quoi que sous-entend l’expression « Plateauistes »?
    C’est bien la première fois que j’entends ça, étymologiquement, ça voudrait dire « pour » le Plateau. Bref, ça ne veut rien dire si ce n’est que tu te définis comme contre les gens de mon quartier… et ca, c’est pas bon pour la solidarité des montréalais. Peu importe, je te corrigerai d’entrée sur le statut de Christophe-Colomb ; elle n’a jamais été une artère… et n’est pas originalement conçue pour le transit. D’ailleurs, c’est bien pour cette raison que nous avons politiquement le pouvoir de réaménager cette rue.

    Petite question comme ça, qui fait plus « chier » entre une administration politique qui civilise les rues de ses citoyens et les automobilistes qui traversent nos rues résidentielles comme des autoroutes?

    S’il vous plait, un minimum de compréhension et nous évoluerons, tous, vers une meilleure société.

  27. Respire par le clavier Steph, ca va aller mieux ;0)

  28. Autre temps, autres moeurs. La ville change, les idées changent, c’est inévitable. En 2010 on a de la misère à imaginer des gens vivaient parmi la boue et le caca de cheval au début du siècle dernier, en 2040 on ne comprendra pas comment les gens de 2010 pouvaient supporter autant de bruit et respirer autant des gaz toxiques tous les jours.

  29. Ce que vous les Plateauistes semblez pas comprendre est que c’est pas en faisant chier les automobilistes en 1er et batir un réseau de TC ensuite qu’on va lacher la bagnole pour les TC…ca marche pas de même. Pis moi qui est Montrealais depuis 41 ans et fier de l’être je ne voterai JAMAIS pour votre parti si vous me faites chier. Et ce que vous semblez vouloir faire est de faire en sorte que le trafic automobile passe ailleurs que sur le Plateau pour aller soit au Sud ou au Nord.

    Réveillez vous vous êtes en plein milieu de Montreal…c’est illogique de faire chier le reste des Montrealais juste pour votre p’tit bonheur. Pis votre argument que le Plateau est un quartier pauvre…pllleaaaase….des condos ben ordinaire a 300,000$ j’en ai juste vu sur le Plateau

  30. @ Stephane.g,

    Je n’ai pas encore vu de barricades sur le Plateau. Je n’en veux pas non plus.
    Je viens d’aller sur Papineau, je n’ai pas vu Projet Montréal bloquer ladite avenue, j’ai vu beaucoup d’autos. Il y a en a de plus en plus. Ca ne cesse jamais d’augmenter.
    Vous semblez vous plaindre des travaux qui se réalisent présentement sous le viaduc sur Christophe-Colomb. Je crois que ça relève plus de votre arrondissement que du Plateau.

    Ceci dit, je vais continuer à aller dépenser mon fric sur l’avenue Masson et Beaubien. Vous savez pourquoi ? tout simplement parce que l’air de votre quartier y est beaucoup plus respirable que sur Mont-Royal. J’aime y aller à pied et en vélo tout simplement parce qu’il y moins de chars.

  31. Que les Plateauistes veulent vivre barricades dans leur quartier j’en ai rien a foutre. Qu’ils fassent en sorte que la circulation a l’intérieur des artères du plateau soient plus difficile pour les bagnoles j’en ai rien a foutre.

    Mais que vous faites aussi en sorte que les artères telles que Christophe-Colomb ..Papineau deviennent plus difficile d’accès pour les citoyens de Rosemont ou d’Ahuntsic pour aller au Sud…la vous méritez un bon pied dans les couilles.

    Vous voulez restreindre l’accès pour votre quartier de p’tit bourgeois..coool…j’vas dépenser mon fric ailleur que dans vos boutiques…mais vous allez me faire chier sur Papineau quand je veut me rendre au centre-ville et j’habite Rosemont depuis 40 ans…Vous pouvez oublier mon vote a jamais pour votre parti de merde

  32. Hier, en traversant le pont J-C, le grand panneau lumineux posait la question :

    Prix de l’essence ? Avez-vous pensé aux transports alternatifs ?

    Ciboulette, me dis-je, lorsque même le gouvernement conservateur nous demande de réfléchir à l’auto-individualisme extrême, c’est signe qu’un grand changement dans la culture du char est en train de se produire….

  33. @Max:

    « Il serait peut-être temps que vous redescendiez nous rejoindre. »

    C’est justement l’impression que vous me donnez, vous voudriez qu’on vous rejoigne dans votre médiocrité et votre manque d’imagination, mais je vois pas pourquoi on ferait ça. Un exemple: le côté ouest la Place des Arts, il y a trois ou quatre ans ça ressemblait à une cour à scrap, c’était un stationnement. On a décidé de transformer ça en place publique. Est-ce qu’aujourd’hui il y a quelqu’un qui se plaint? Au contraire, la place est plus agréable, plus populaire que jamais et le quartier se porte mieux, y compris économiquement. Un autre exemple: la nouvelle piste cyclable sur Maissonneuve, est-ce que ça empêche quiconque de circuler? Non, au contraire, ça facilite la circulation à des centaines de personnes chaque jour.

    Et vous, avez vous quelques idées à proposer? Ou êtes-vous juste bons pour critiquer?

  34. C’est vraiment surprenant le fix que les québécois ont pour le Plateau. Car c’est bien dans l’arrondissement Ville-Marie, LE centre-ville de Montréal, que les rues sont pratiquement toutes fermées mais lorsque le Plateau annonce simplement qu’il veut canaliser la circulation sur les artères principales, sans aucunement les fermer, c’est sur les gens du Plateau que le fiel national se déverse.

    Aujourd’hui, je suis allé à 230 km de Montréal et quand j’ai dit à mes cousins, qui ne viennent jamais à Montréal, que j’habitait sur le Plateau, tout le monde avait son mot à dire sur nos problèmes de circulation.

    J’imagine que bientôt, Il va bien y avoir des thèses universitaires sur le sujet titrées :
    Vivre à pied, luxe suprême ou pas ?

    C’est bon signe tout ça.

  35. Bien entendu, si on souligne vos excès de victimisation et on démasque votre propagande, c’est de la rage, tout comme les journalistes qui remettent en cause vos idées sont des réactionnaires.

    Vous, comme Édouard et plusieurs autres avez choisi d’habiter au centre d’une ville, mais voudriez que ce soit Walt Disney World. Il serait peut-être temps que vous redescendiez nous rejoindre.

  36. Max, calme-toi, calme-toi. La rage au clavier c’est comme la rage au volant, ça se soigne par le nez ;0)

  37. @SLY

    Mettons qu’un jour le Plateau et les autres quartiers centraux réussissent à améliorer l’urbanisme de la ville, à agrandir les trottoirs, à créer des belles places publiques, à implanter un réseau de transport électrique moderne et efficace, est-ce que ce serait seulement au bénéfice des habitants du quartier? Est-ce que ça exclut les gens des autres quartiers? Bien sûr que non! Le quartier reste ouvert à tout le monde, peu importe d’où ils viennent. Je ne comprends pas pourquoi vous voyez ça comme un affront ou comme un acte de fermeture. Au contraire c’est un acte d’ouverture, d’ouverture des espaces pour un usage public, d’ouverture aux nouvelles idées en architecture et en aménagement, d’ouverture à des meilleures façons de vivre en ville, d’ouverture vers un futur plus respectueux de l’environnement.

    Si j’ai bien compris vous aimez marcher et faire vos courses à pied. Préférez vous marcher dans un lieu tranquille, beau, agréable et bien aménagé ou sur un petit trottoir tout déglingué (ou pas de trottoir tu tout) à côté du bruit et de la pollution du trafic?

    Utopique, se débarrasser du trafic? Pas vraiment, Montréal est juste en retard.

  38. @Edouard.

    Je fais la majeure partie de mes courses à pied. Pour les endroits trop loin à marcher, j’y accède sur le chemin du retour de mon travail. Je n’ai pas à mettre les pieds à Montréal pour mon travail qui est à Laval. Les seules fois ou j’ai à aller régulièrement à Montréal, c’est pour des études à temps partiel et bénévolat auprès de sans-abri. Si ce n’était de ces deux activités qui me tiennent à cœur, mes visites en ville seraient rarissimes.

    Non la banlieue n’est pas parfaite, tout comme Montréal d’ailleurs. Chaque milieu à ses avantages et inconvénients. Reste qu’en faisant une colonne des « pour » des « contre .», je ne regrette absolument pas mon choix de m’établir en banlieue.

    Vos propos confirment ce que j’avançais dans mon message original. « vous » et « nous », c’est exactement le genre de division que tente de provoquer les gens de Projet Montréal. Le Plateau et les autres. Pourquoi au lieu de prendre des positions antagonistes, on ne tenterait pas de trouver des solutions qui, sans être parfaites, répondraient aux besoins de l’ensemble des citoyens de la grande région de Montréal?

  39. « Plus de 30 décès par année causé par des accidents de la circulation dans le Plateau. »

    Mensonge ou exagération puisque le total de victime de la route à Montréal en 2009 s’élève à 33.

    En plus, vous osez vous comparer à l’Afghanistan! Ça démontre bien la paranoïa et le délire dans lequel vous et vos amis de Projet Montréal vivez.

  40. SLY:

    <>

    Il est intéressant de constater que bien de gens qui habitent en banlieue dissent tout avoir chez eux, alors que dans les faits il ne peuvent pas se passer de la ville. Si vous pouvez tout trouver en banlieue, alors pourquoi se crisper autant quand on prend des mesures pour favoriser le transport actif EN VILLE?

    Peut-être parce vous aurez toujours besoin de venir en ville, pour le travail probablement, ou les amis, l’éducation, les loisirs, les achats… Votre banlieue n’est peut-être pas si superbe finalement? (par exemple, vous vous intéressez à ce qui se passe en ville, mais combien de Montréalais s’intéressent à ce qui se passe chez vous?)

    L’avenir est en ville, la seule différence entre vous et nous c’est que nous nous avons décidé d’améliorer notre milieu de vie en réduisant le bruit, la pollution, l’insécurité, alors que vous vous avez décidé de fuir ces problèmes et ensuite d’y contribuer.

  41. Plus de 30 décès par année causé par des accidents de la circulation dans le Plateau. Ciboulette, y’en a moins que ça qui meurent en Afghanistan.
    C’est évident qu’il y a un très sérieux problème. Ca les automobilistes n’en parlent jamais. Trop pressés je suppose….

  42. Ça ne ralenti pas le rythme, ça ne fait que pelleter du trafic dans les arrondissements voisins. Quand on est au centre géographique d’une ville, il faut s’attendre à avoir beaucoup de circulation transitoire, ça va de soit. Il faut l’accepter, le gérer ou alors quitter, tout simplement.

    S’enclaver ce n’est pas une solution acceptable pour le reste de la ville qui a, malgré ce que peuvent prétendre vos élus, un mot à dire sur ce qui se passe dans votre arrondissement. Le Plateau n’est pas souverain, il n’est qu’une simple partie d’une ville.

  43. Je trouve ça ben correct que les gens achètent près de leur lieu de résidence.
    Après tout, tous ces commerces n’ont pas été construits que pour faire des éléphants blancs.

    Présentement, jusqu’à 630,000 véhicules se déplacent sur le Plateau Mont-Royal. Si dans les banlieux, l’équivalent de 30 tours de l’Ile passaient chaque jour dans leurs espaces publics, je crois que l’on en entendrait parler en ciboulette.

    Ici, sur le Plateau, les résidents ont voté pour un ralentissement de ce transit automobile qui ne cessera jamais d’augmenter, on le sait tous. Les mesures prises par Projet Montréal ne feront que ralentir le rhytme de la progression. Et c’est ce que les résidents demandent depuis longtemps.
    Alors chers automobilistes, cessez de jouer les victimes. En dernière analyse, on fait tous du transport en commun mais c’est toujours vous qui êtes le mieux assis, tout seul, dans votre 4 places.

  44. Petit commentaire d’un ex-plateau, résidant maintenant sur la rive-nord

    J’ai habité le plateau de 2000 à 2008, j’ai été à même de constater les problèmes de circulation de ce quartier. Jusque là je suis d’accord avec vous. Cette problématique n’a cependant pas joué un rôle majeur dans ma décision de quitter.

    C’est plutôt dans l’approche préconisée pour régler ce problème que je m’inscris en faux. Au lieu de considérer la problématique du transport d’un point de vue global, qui inclurait les réalités des 3 Millions de résidants de la grande région de Montréal, votre formation politique me donne l’impression de vouloir s’enfermer dans une mentalité d’assiégé : le Plateau et les autres.

    Chasser les automobilistes du Plateau et volontairement provoquer des bouchons sur les « artérielles » sans réellement proposer d’alternatives valables n’est pas une solution acceptable. Le fait d’ouvertement vouloir « décourager » (lire ici écœurer) les automobilistes n’aidera en rien à redorer l’image qu’on se fait du Plateau.

    Cette mentalité d’assiégé, elle est également palpable à la lecture de vos réactions de même que celles de votre collègue Ferrandez à la couverture médiatique du réaménagement des rues du Plateau. Vous montez aux barricades à chaque fois qu’un journaliste pond un texte qui ne va pas dans le sens de vos convictions. Vous faites même dans le sarcasme et l’insulte (Daniel Audet, moustique vrombissant qu’il vous plairait d’écraser, entre autres). Cela est inaceptable de la part d’un élu.

    Par contre, vous n’hésitez pas à louanger tous les François Cardinal de ce monde, lorsque ses propos sont alignés sur vos vues.

    Avant de me traiter également de sale réactionnaire, je vous invite à sortir de votre Plateau et constater les réalités de la banlieue. Pour votre propre bénéfice sachez que :

    Si les résidents du Plateau n’aiment pas voir une circulation importante traverser leur quartier, les automobilistes n’aiment pas plus être pris dans des bouchons interminables

    En corollaire, lorsque le faible réseau de transport en commun, spécialement en banlieue répond au besoin de certains usagers, il est utilisé. Il suffit de voir les stationnements incitatifs aux abords des gares et stations de métro qui débordent dès 7.00 du matin.

    Face à une ville qui offre de moins en moins d’attrait, pour les « étrangers », les banlieues sont devenues autosuffisantes en termes de commerce, industries, activités de loisir. Vous affirmez que votre Plateau peut également bien vivre avec ses seuls résidents. Grand bien vous en fasse, mais sachez que de plus en plus de Montréalais font leurs courses en banlieue, là ou ils ne seront pas vus comme des pestiférés de par leur statut d’automobiliste.

  45. André, il est facile de prétendre que tout est beau et de ne pas utiliser l’automobile quand on va de station à station, mais la ville est un peu plus grande que ça. Essayez un jour, dans le cadre d’une journée de travail, d’aller de Rivières-des-prairies à Lachine en TC et vous viendrez me reparler de mauvaise volonté.

  46. Personnellement, je suis adepte du vélo4saisons dans un rayon de 10-12 km.
    Lorsque je prends les TC, je suis très satisfait du service.
    J’ai du mal à saisir les critiques sur son inefficacité. Il y a mauvaise volonté dans ces commentaires. ¨Ca me semble toujours une tentative pour maquiller, justifier le fait que les gens utilisent leur char.

    Ceci dit, bravo pour l’article et surtout Chapeau ! pour les actions si vitement entreprises.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le Gros Bon Sens | L’importance du vote - [...] exactement ce que fait Carl Boileau, Conseiller municipal dans le Plateau-Mont-Royal à Montréal, sur son blogue. En s’offusquant que…

Laisser un commentaire